Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2396 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 janv. 2017

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

La Grande Justice

Le 21 janvier 1793, sur la grande place de la Révolution ( ex place Louis XV dessinée par Gabriel, aujourd'hui place de la Concorde), le roi de France ou plutôt depuis 1791, le roi des Français Louis XVI, né Louis-Auguste Capet, montait sur l'échafaud et avait la tête tranchée. Pouvons-nous deux-cent-vingt-quatre après, porter un jugement serein sur cet événement ?

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le poids de l'histoire est parfois bien lourd mais il faut l'assumer sinon elle vous échappe comme l'eau qu'on tente de recueillir au creux de la main.

C'est en particulier le cas pour cette "Grande Justice", qui était jadis l'appellation publique de la guillotine...

Aussi vais-je poser le problème directement : fallait-il exécuter un homme "coupable de conspiration contre la liberté de la nation et d'attentats contre la sûreté générale de l'Etat", qui avait été condamné à mort par la Convention, sans appel au peuple ni sursis, à une faible majorité ?

Jouet plus qu'acteur de l'histoire, Louis XVI à qui manquaient les qualités et l'autorité nécessaires pour régner, avait tenté vainement de se disculper avec l'aide de ses avocats Desèze, Malesherbes et Tronchet...

Mais il était pris dans le fatal engrenage d'un puissant flux populaire de la liberté contre l'Europe monarchiste, réactionnaire et cléricale. Un flux qui allait bientôt franchir nos frontières pour libérer les peuples de la tyrannie.

Fallait-il immoler un bouc-émissaire au titre de la catharsis révolutionnaire ou bien se contenter d'éliminer un souverain en l'exilant ?

Grave dilemme à propos duquel tous les historiens se sont interrogés, à perte de vue et sans trouver de réponse.

Effectivement, on peut admettre que la Révolution française avait besoin d'un acte exemplaire pour marquer définitivement la rupture avec un régime honni ; ce fût d'ailleurs le sens du bref discours que prononca Robespierre (hostile à la peine de mort) pour justifier son vote.

Mais n'était-ce pas ouvrir une voie sanglante et incontrôlable à toutes les injustices ?

Pour ma part, étant farouchement contre la peine de mort (à l'instar des Communeux qui organisèrent en avril 1871 une fête place Voltaire où furent brûlés les bois de la guillotine), j'aurais banni le souverain déchu. La Convention se serait grandie en prenant une telle décison et elle aurait, probablement, évité le piège infernal de la Terreur...

L'exil n'est-il pas une guillotine sèche, une mise à l'écart infâmante et douloureuse ?

La raison d' Etat qui tue, c'est l'Etat qui perd la raison...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez