Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2360 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 juil. 2018

Le monstre froid du pouvoir d'Etat

Il faut qu'apparaissent dans les faits divers, les inductions perverses des dérives du pouvoir d'Etat pour que sa nocivité structurelle s'étale au grand jour, dans l'ignominie de sa justification régalienne...qui devrait être conchiée non seulement pas les cosaques Zaporogues mais aussi par tout un chacun ...

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

...ainsi cette "affaire Benalla" qu'analyse avec pertinence Edwy Plenel comme il a su, à une autre époque, pointer celle des "irlandais de Vincennes", vient après la séquence ultra-démagogique de la glorification des bleus à l'Elysée , jeter un éclairage brutal sur la barbouzerie indigne et  l'autocratie répugnante du pouvoir macronien.

Ce grave incident de parcours du nouveau quinquennat qui remet en cause l'esprit démocratique qui devrait baigner la vie républicaine, est un signal d'alarme pour tous les citoyens : il signifie que le pouvoir d'Etat échappe désormais à tout contrôle et qu'il a sans doute été illusoire de prendre la Bastille puisque nous sommes revenus, aujourd'hui, au temps des lettres de cachet...

Mais la présence de ce nervi dans l'alcôve de la présidence est aussi une indication sur la nature délétère du pouvoir, un pouvoir qui se moque de la raison et de la morale collectives, un pouvoir qui empoisonne le bien public, un pouvoir qui est la négation de la République.

Le bonapartisme de la Ve République qui privilégie la verticalité du pouvoir politique, accentue le risque d'un retour à la monarchie absolue, c'est à dire à un modèle de gouvernance autant obsolète que haïssable...

Pour éloigner ce spectre épouvantable, les Communeux avaient en 1871, élaboré un phalanstère de gestion publique qui répondait à leur devise : "ni Dieu ni Maître !"

C'était l'apanage d'une responsabilité collective à la fois horizontale et transversale, le sang républicain circulant de la base citoyenne aux mandataires et vice versa.

Ils avaient ainsi, dans le sillage fructueux du bouillonnement extraordinaire de la pensée politique sociale au XIXe siècle, inventé un système pour remplacer l'Etat et rendre au peuple la réalité du pouvoir qui lui avait été volé.

Ce fut "l'ébauche d'un ordre libertaire"*...

* sous-titre du tome 2 des "72 Immortelles" (à paraître en octobre)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Fiscalité
Quand le Sénat américain ignore la grammaire des affaires
Impôt minimal pour les multinationales, taxe sur les rachats d’actions, contreparties aux aides d’État… même si le plan climat et le plan pour la lutte contre l’inflation adoptés par le Sénat américain ne sont pas aussi ambitieux qu’espéré, ils ouvrent des brèches dans des dogmes acceptés depuis des décennies.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou