Merci Christiane Taubira !

On peut tout reprocher à François Hollande, et j'ai moi-même stigmatisé sa mollesse, son absence de convictions sociales voire son technocratisme, mais il faut bien reconnaître qu'il a su faire respecter la séparation des pouvoirs exécutif et judiciaire, et qu'il a donné un sérieux coup de pouce à l'indépendance des juges, notamment à ceux qui ont la charge de traiter les délits de corruption...

...et le tableau de chasse du prédécesseur d'Emmanuel Macron qui comportait déjà l'élimination de Nicolas Sarkozy, son challenger battu en 2012, va bientôt pouvoir s'honorer de la déchéance civique du même triste sire.

En effet, le 25 octobre 2013, un décret pondu par Christiane Taubira et signé par François Hollande, déterminait la création d'un Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales.

Cet organisme nouveau, le OCLCIFF, comportant une centaine de gendarmes, de policiers spécialisés et de magistrats, s'installait à Nanterre.

Il faut bien reconnaître qu'une telle machine de guerre contre la corruption et les entourloupes fiscales urbi et orbi n'était pas le résultat d'une génération spontanée. Des affaires en tous genres n'arrêtaient pas de défrayer la chronique jusqu'au jour de l' l'incroyable révélation Cahuzac à la suite des pertinentes et fructueuses enquêtes menées par les as du journalisme d'investigation à Mediapart.

Avec l'affaire libyenne de Sarkozy, notre journal en ligne vient de prendre place dans l'Histoire comme jadis, le grand quotidien de Clémenceau "L'Aurore", avait donné à l'Affaire Dreyfus ses lettres de noblesse en publiant le J'accuse ! de Zola...

En souillant la démocratie française avec l'argent putride du dictateur-terroriste Kadhafi profitant du pétrole libyen, l'ancien locataire de l'Elysée s'est condamné à l'opprobre civique, au déshonneur absolu sinon à la honte à perpétuité. Et ce ne sont pas ses cris d'orfraie ni ceux de ses affidés qui en feront oublier l'ignominie.

Acta est fabula.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.