Monsieur Hulot ne peut rire jaune

Pour tenter d'éradiquer voire de freiner l'émergence spontanée et massive des "gilets jaunes", Macron a lancé hier soir l'opération Hulot, avec la complicité de France 2 ; il espère ainsi pouvoir retourner une opinion publique qui se déclare à 70% favorable aux protestataires en jetant un discrédit écologique sur leur mouvement...

C'est ainsi que le téléspectateur médusé a du assister à la prestation d'un Ministre d'Etat qui a démissionné avec éclat du gouvernement et qui  est revenu (volontairement ?) sur la scène publique pour l'aider à franchir la trés mauvaise passe dans laquelle il s'est englué ! ...

Devant l'urgence environnementale, des transformations profondes sont sans aucun doute nécessaires, avec un impact économique et social probablement impopulaire, mais peut-on, doit-on , est-il seulement possible d'imposer au peuple un changement de modèle de société aussi drastique sans que le peuple lui-même soit acteur et co-responsable du virage à prendre ?

Autrement dit, comment peut-on faire confiance aux classes privilégiées de la nation pour leur prise en main de problèmes dont elles sont relativement protégées ? Et comment les conséquences sociales de cette prise en main peuvent-elles être acceptées par des populations déja victimes des inégalités économiques, politiques, culturelles et sociales ?

L'état macronien et la haute bourgeoisie capitaliste font une politique qui est à l'inverse des nécessités sociales et environnementales : comment dans ces conditions appeler à plus d'autorité ou plus d'état afin d'induire une action nationale en accord avec le bien commun ?

Nicolas Hulot, constatant (un peu tard !) son impuissance ministérielle à enrayer l'inéluctable machine à faire des profits dans une problématique productiviste imposée par le capitalisme, avait démissionné cet été en nous donnant le spectacle des larmes tièdes d'un écologiste cocu.

Il devrait enfin comprendre qu'on ne peut faire confiance aux entreprises capitalistes et aux pouvoirs politiques qui leur sont associées, pour nous sortir de cette menace dangereuse et de ces difficultés mortifères qu'ils ont eux-mêmes créées !...

Le véritable combat écologique est anti-autoritaire et anti-capitaliste : c'est évidemment une idée révolutionnaire qui devrait faire son chemin en dehors des autoroutes construites pour diffuser les mesures autoritaires, productivistes et destructrices... des pantins qui nous dirigent.

"Vivre en symbiose avec la nature", disait le géographe communeux Elisée Reclus !

NB/ Hulot a été regardé par 3,2 millions de téléspectateurs, soit 14,9% de l'audience nationale

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.