GUILLON/BESSON,LE BASTON

Je n'apprécie pas toujours l'humour de Stéphane Guillon,surtout lorsqu'il est humour noir et s'exerce à propos des victimes de catastrophes... Mais ce matin là,sur France Inter (au lendemain de la magistrale raclée infligée à Sarkozy par les français) je dois bien avouer que j'ai éclaté de rire en écoutant l'humoriste. Car non seulement son billet était bien troussé ,un peu à la manière de Francis Blanche,mais aussi et surtout parce qu'il exprimait tout haut ce que bon nombre de nos concitoyens pensent à propos de ce personnage renégat de la gauche,carriériste de vocation,et mauvais génie du prince qui nous gouverne. Et je ne comprends pas pourquoi le Président de Radio-France s'est cru obligé de venir faire acte de repentance en présentant ses excuses !

En effet,en engageant le pouvoir dans cette opération dite "d'identité nationale",Besson a joué avec le feu,réveillant de vieux démons et faisant ainsi le jeu de ceux qui en tirent profit. Dire qu'il est "une taupe du Front National" est sans doute exagéré,mais c'est une caricature,et la caricature vise souvent juste : "Il y a des caricatures plus ressemblantes que des portraits" (Bergson)

En jouant les Cassandre de sous-préfecture,l'homme qui se vantait d'expulser un maximum de sans-papiers (29 000 en 2009) ,Eric Besson ,est devenu l'un des artisans principaux de la défaite de Sarkozy. Qu'il en soit remercié.

Il y a soixante-six ans,un autre Cassandre nommé Philippe Henriot,tonitruait sur les ondes de Radio-Paris pour stigmatiser les mauvais français indignes de Jeanne d'Arc et de Napoléon. Un caricaturiste de talent,nommé Pierre Dac,lui avait cloué le bec au micro de la BBC dans l'émission "Les français parlent aux français". Le général de Gaulle n'avait pas jugé bon de présenter ses excuses.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.