Un face à face terrifiant...

Je reconnais m'être trompé avec mon billet relatif à Zemmour en estimant qu'il était dangereux...sa prestation sur BFM face à Mélenchon (qui a été suivie par quatre millions de téléspectateurs) nous a révélé qu'il était TRES dangereux, et qu'il était sans doute l'annonciateur de convulsions et de troubles...

...car ce débat, ou plutôt ces deux heures de monologues croisés, nous ont plongé dans cette "nuit claire du néant de l'angoisse" que pointait déjà l'écrivain Michel Houellebecq.

Au cours d'un échange direct, rugueux et sans litotes, Zemmour et Mélenchon se sont affrontés comme des gladiateurs politiques, mot contre mot, idée contre idée, analyse contre analyse, projet contre projet, discours contre discours, culture contre culture...dans une empoignade sans merci où tous les coups étaient permis y compris ceux qui voulaient être meurtriers.

Et ils nous ont livré un grand moment de télévision, c'est à dire un grand moment de vérité dans la rude confrontation de leurs convictions.

Ainsi le leader de la France insoumise, brillant débatteur, a-t-il pu démasquer les traits essentiels de la "bête immonde" que dissimulait mal le comportement policé du chantre de l'extrême-droite, ce lettré glacé, impitoyablement figé dans sa conception d'une histoire de France racornie, avatar de Déroulède et du Colonel de la Roque.

Mais en dehors de tout la panoplie pseudo-fasciste exhibée enfin au grand jour par Zemmour-d'Arc, ce preux chevalier qui veut bouter hors d'un pays de vieille civilisation chrétienne les hordes islamiques, il était consternant de voir que le héraut de Paris-Match n'avait aucun programme à proposer aux Françaises et aux Français s'il confirmait sa candidature à l'élection présidentielle.

Oui, cet homme est très dangereux car il risque de parasiter la droite républicaine qui n'hésitera pas à faire de la surenchère et poussera le pouvoir à prendre des décisions indignes au pays des droits de l'homme...

Les piqûres d'insecte peuvent être mortelles.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.