LA PEUR, PUISQU'IL FAUT L'APPELER PAR SON NOM

Face à la prochaine échéance électorale, SARKOZY vient de sortir à nouveau l'arme suprême qu'il affectionne : LA PEUR. De même que l'on apprend au lycée dans une mémorable version latine que "la faim est le meilleur condiment pour les Lacédémoniens qui se contentent d'un brouet noir",nous savons maintenant que la meilleure arme en politique est LA PEUR. Car il a bien compris qu'il fallait agiter ce chiffon pour obtenir un phénomène moutonnier du type "bienvenue chez les Chtis","ruée sur Apocalypse" , "vaccination Bachelot" ou le "téléthon".

Ce piétinement sourd de la majorité apeurée ( UMP = union des moutons de Panurge) est le bruit de fond de l'ère sarkozyenne en attendant que le train siffle trois fois.

Mais sifflera-t-il ?

Dans un décor de faux semblants,le bon ( Xavier Bertrand),la brute (Brice Hortefeux) et le truand (Patrick Balkany) tiennent le haut du pavé dans l'attente d'un réglements de comptes à OK-Royal...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.