Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2395 Billets

2 Éditions

Billet de blog 25 janv. 2017

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Un Rocard peut en cacher un autre

Alors que vont s'affronter ce soir à la télévision deux disciples de Michel Rocard, j'ai été opportunément interpellé hier par un abonné sur le sens qu'il convenait de donner à l'adjectif "rocardien"...

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Car effectivement, il y a deux périodes différentes dans le parcours politique de cet homme d'Etat qui fut une des grandes figures de la République : il faut donc les rappeler.

Le Rocard que j'estime et duquel je me suis senti proche est celui qui succéda en 1967 à Edouard Depreux comme secrétaire général du PSU (parti socialiste unifié), fondé en 1960 par un groupe de militants anti-colonialistes luttant pour que prenne fin la guerre d'Algérie.

Cette nouvelle formation politique se situait entre la SFIO et le PCF et se proclamait l'héritière du socialisme libertaire de la Commune de Paris en proposant de substituer à l'affrontement des classes sociales, l'autogestion et le fédéralisme. Lorsque Michel Rocard fait acte de candidature à la Présidence de la République en 1969, il affiche ces idées et annonce la couleur.. rouge. Il recueillera 3,6% des voix.

Au début des années 70, le jeune militant plein de révolte va faire place au technocrate de "gauche". Il va quitter le PSU en 1973 pour rejoindre le nouveau parti socialiste qui a jeté la SFIO à la poubelle, et commence sa carrière de "gourou de la deuxième gauche".

Je l'ai rencontré plusieurs fois à cette époque ; nous avons échangé nos analyses et nos idées, et pris acte de nos divergences. Profondes.

Il m'a confié qu'il avait renoncé aux idées utopiques et généreuses de la révolution communaliste car il avait décidé d'opter pour une carrière de responsable politique au service de l'Etat. Et "qu'il fallait savoir terminer sa légitime insurrection de jeunesse"...

On connait la suite, avec un parcours sans taches ni malhonnêteté, mais un cheminement vers le réformisme social-démocrate et le compromis de classes. Une circumnavigation dans la république bourgeoise.

C'est pourquoi le combat des disciples sera plus un choc des égos qu'une conjuration des égaux.

# une gauche disqualifiée.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm