25 Mai 1871 : la barricade des femmes

Tandis que la percée versaillaise vise prioritairement la récupération de la Banque de France, le 5e corps d'armée du général Clinchant, bénéficiant de la neutralité/complicité allemande, s'oriente vers la Butte Montmartre pour la prendre à revers...

...c'est pourquoi "l'Union des femmes pour la défense de Paris" mobilise les Communeuses afin d'édifier des barricades, notamment rue Lepic et dans les voies d'accès à la place Blanche.

Et c'est ainsi que les 24 et les 25 Mai 1871, une compagnie d'une centaine de combattantes s'opposèrent aux assauts des soldats de ligne versaillais avec l'énergie du désespoir qui mirent un peu plus de 4 heures pour donner l'assaut à la première barricade, celle de la place Blanche*, puis toute la soirée du 25 Mai afin de venir à bout de celle de la place Pigalle**.

Ces faits d'armes, peu relevés par les historiens dont certains les jugent peu crédibles, sont pourtant rapportés dans de nombreuses correspondances privées et ont même laissé une trace dans les dessins et les oeuvres picturales inspirées par la Commune.

J'en ai pour ma part, une preuve singulière dans les archives de mon arrière grande-tante, Victoire Tinayre née Guerrier...

Une troupe hétéroclite et ardente, de femmes en jupes et en pantalons militaires, la plupart échevelées ou enturbannées mais dont certaines arboraient même un bonnet phrygien, qui se passaient les pavés avec dextérité et épaulaient ensuite le chassepot comme de vieux tirailleurs. Elles  ont opposé une résistance farouche et efficace à la horde versaillaise...

Elles ont d'ailleurs fait l'objet d'une évocation magnifique et bouleversante, grâce à la plume et aux pinceaux inspirés d'Eloi Valat, dans son album intitulé "Les Louises".

Ainsi les femmes de la Commune ont acquis leurs droits civiques au temps des cerises.

Mais elles les ont payés de leur sang.

* animée par Elisabeth Dmitrieff

** animée par Nathalie Le Mel

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.