Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2380 Billets

2 Éditions

Billet de blog 28 juil. 2012

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Le cri de Robespierre

Le 10 thermidor an II (28 juillet 1794), mourait l'une des personnalités les plus remarquables de la Révolution française, l'un des hommes politiques français le plus calomnié et le plus stigmatisé : Maximilien Robespierre.

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 10 thermidor an II (28 juillet 1794), mourait l'une des personnalités les plus remarquables de la Révolution française, l'un des hommes politiques français le plus calomnié et le plus stigmatisé : Maximilien Robespierre.

Afin de commémorer ce triste anniversaire, je vais me permettre de citer quelques lignes d'un texte magnifique de Slavoj Zizek, intitulé "Robespierre : entre vertu et terreur"* :

"Quelques instants avant l'exécution de Robespierre, le bourreau remarqua que sa tête ne pourrait pas passer dans la lunette de la guillotine, à cause des bandages qui enveloppaient sa blessure à la mâchoire, aussi les arracha-t-il avec brutalité ; de la gorge abîmée de Robespierre jaillit alors un cri perçant et épouvantable, que trancha net le couperet tombant sur sa nuque. Le statut de ce dernier cri est légendaire : il a suscité tout un éventail d'interprétations, la plupart autour du cri inhumain et terrifiant de l'esprit malin parasitaire, qui exprime une ultime protestation impuissante au moment où il perd possession du corps humain qui l'abritait - comme si, à ce moment dernier, Robespierre s'humanisait, rejetait le personnage qui avait incarné la vertu révolutionnaire et réapparaissait comme un être humain misérable et terrifié."

"L'incorruptible" était un homme clairvoyant, honnête et sincère, tout entier dévoué à la cause révolutionnaire dont la pureté pose problème, comme l'a bien analysé Ruth Scurr dans un livre intitulé "Fatal Purity", paru à Londres en 2006. Concernant sa responsabilité dans "la Terreur", elle est certaine mais elle n'est pas exclusive. On lui fait à ce sujet un procès d'intentions indigne et absurde car ce sont les "Thermidoriens" (c'est à dire ceux qui profiteront de l'élimination de Robespierre, de Saint-Just, de Couthon et de leurs compagnons) qui avaient du sang sur les mains !

C'est pourquoi je déplore l'attitude des Conseillers de Paris du Parti socialiste qui ont refusé de donner le nom de Maximilien Robespierre à une rue de la capitale. De cet homme que l'on peut considérer comme l'un des fondateurs de la République et qui disait encore, à la veille de son arrestation :

"Elle existe, cette passion tendre, impérieuse et irrésistible, tourment et délire des coeurs magnanimes ; cette horreur profonde de la tyrannie, ce zèle compatissant pour les opprimés, cet amour sacré de la patrie, cet amour plus sublime et plus saint de l'humanité, sans lequel une grande révolution n'est qu'un crime éclatant qui détruit un autre crime ; elle existe, cette ambition généreuse de fonder sur la terre la première République du monde."

* Stock (coll "l'autre pensée") 2008

NB/ il existe une association des amis de Robespierre, l'AMRA, qui a pour but la création d'un musée de l'incorruptible à Arras (pour la joindre, alnc@laposte.net ou bien amisderobespierre@orange.fr)

Je dédie ce billet à mon oncle Maximilien Robespierre Guerrier, qui est mort centenaire. Il fût mon instituteur.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange
Journal — Politique
Sur l’Ukraine, la gauche ne parle toujours pas d’une seule voix
Un PS à l’offensive, une France insoumise semblant plus floue que jamais… Alors que le premier conflit sur le sol européen du siècle s’intensifie, la question ukrainienne reste la grande absente des débats à gauche.  
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod