La résistible ascension de Marine Le Pen

Alors que la gouvernance bourgeoise technocratique n'en finit plus de patauger dans l'incertaine problématique du combat contre la pandémie, ce virus peut en cacher un autre, tout aussi redoutable : la prise du pouvoir présidentiel par le Rassemblement National...

...en effet, sondage après sondage, le parti de Marine Le Pen grignote des pourcentages et il se trouve aujourd'hui à une courte encablure de la victoire électorale de la compétition sommitale de 2022 !

Autrement dit, ce qui apparaissait comme étant totalement improbable il y a quelques années, est devenu tout à fait possible.

Pourtant la démocratie française qui s'est incarnée sous la forme d'une république gérée par les classes possédantes, a su toujours résister au tropisme populiste ; il s'est manifesté comme un furoncle récurrent tout au long de son histoire récente avec la boulangisme, les Croix de feu du Colonel de la Roque et le poujadisme. Mais la République a été pulvérisée avec l'irruption de la "Révolution nationale" de Vichy, après le choc de "l'étrange défaite" de 1940.

Le traumatisme national de la Covid 19 serait-il aussi virulent et aussi dangereux que celui de l'invasion et de l'occupation ?

Je ne suis pas féru en sociologie pour répondre à cette question mais j'ai bien l'impression que les années 20 et 21 pèseront lourd dans la conscience française, et que la méfiance de la population vis à vis de l'Etat  n'a fait que s'accroître au fur et à mesure que les victimes de cette pandémie rejoignaient les "grands cimetières sous la Lune".

Alors, cette disjonction brutale ne peut-elle pas engendrer un vote massif d'écoeurement et de défiance ? Le scrutin du désespoir.

Ce serait effectivement le comble si après avoir subi confinements, oukases sanitaires variés, contradictoires et parfois absurdes ainsi que des velléités de vaccination, nous devions hériter de la harpie du nationalisme !

Les Gauches vont-elles enfin se réveiller et s'unir ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.