Adulation posthume

Après l'excellente mise au point d'Edwy Plenel commentant la disparition de Jacques Chirac, il n'y a pas grand chose à ajouter sinon que d'exprimer notre étonnement face aux réactions populaires qui se sont manifestées à cette occasion...

..."Il est plus grand mort que vivant !" s'était exclamé Henri III en observant le cadavre d'Henri de Lorraine, 3e duc de Guise, dit "le balafré", qu'il venait de faire assassiner par des spadassins le 23 décembre 1588.

On pourrait reprendre la même formule à propos de cet ancien Président dont la médiocre gouvernance ne laissera sans doute pas de trace marquante dans l'Histoire de France mais dont le comportement personnel a singularisé une personnalité pittoresque, conviviale et attachante.

Je n'ai aucune animosité à son égard et ne l'ai rencontré qu'une seule fois, en 1956, à Souk el Arba, dans la région de Tlemcen, lorsqu'il était chef de section d'une compagnie du 6e Régiments de chasseurs, lors d'un ravitaillement effectué par ma propre unité héliportée de l'Alat.

J'ai conservé le souvenir d'un grand gaillard affable et rigolard, qui jouait au soldat sans avoir conscience de participer à une guerre coloniale...

Et je crois que cette impression fugace définit assez bien la trajectoire qu'il suivra : il jouera au politicien, voire à l'homme d'Etat, sans aucune conviction politique réelle et profonde, avec la seule et unique perspective d'accéder puis de conserver le pouvoir.

Il sera ainsi l'exécutant fidèle des lobbies, des oligarchies, et de la haute bourgeoisie d'affaires.

Sur son action, tout a été dit et analysé par Edwy Plenel. Je reviendrai néanmoins sur ce qui reste pour moi une énigme majeure : après le plébiscite de sa réélection en 2002 (82% !) pourquoi n'a-t-il pas eu l'intelligence de former un gouvernement d'unité nationale ?

Il y avait là une opportunité semblable à celle que le général de Gaulle a connue à la Libération et le destin de notre pays aurait pu enfin connaître cette union fraternelle qui nous fait cruellement défaut.

Mais l'élu n'était qu'un politicien lambda et les classes dominantes lui ont vite fait comprendre qu'il lui fallait rester dans le sens des flèches.

Nous sommes donc bonnes pommes !

Nb / moralité : le mensonge et l'imposture restent des valeurs sûres !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.