Le bon pavé dans la mauvaise mare

Après les tentatives grotesques de blanchiment du ministre de Rugy, voici l'obscène et sinistre mensonge d'Etat concernant la noyade de Steve qui exonère la police de toute responsabilité : la démocrature en marche a donc choisi l'affrontement.

A l'instar de Charles Beslay, le doyen de la Commune de Paris, qui avait écrit fin avril 1871 à son ancien collègue Adolphe Thiers pour l'adjurer d'accepter un compromis afin d'éviter les horreurs d'une guerre civile, la bourgeoisie éclairée de la France de 2019 vient de mettre dans la bouche du Président Macron, à Bormes-les-mimosas, des paroles de compréhension et d'apaisement...

C'était l'hypothèse que je rapportais dans mon précédent billet.

Or depuis le 30 juillet et la découverte dans la Loire du cadavre de Steve, cette hypothèse vient d'être déchirée suite aux déclarations ambiguës, hypocrites et odieuses du premier ministre Philippe en présence de son ministre de l'intérieur, Castaner, muet et pétrifié.

En effet, on ne voit pas comment cet infortuné jeune homme aurait été précipité dans le fleuve sinon à la suite d'une charge policière brutale et inconséquente comme l'appareil répressif de l'Etat en a pris l'habitude depuis qu'il a reçu l'ordre de dissuader et de mater coûte que coûte toutes les tentatives de contestation ou de revendication : la dictocratie* a ses raisons que la raison ne connaît pas !

Venant après bien d'autres, cette épouvantable affaire jette un discrédit absolu sur la bonne volonté du bien public des classes dominantes et pointe désormais la co-responsabilité de tous les affidés "marcheurs" qui cautionnent de telles pratiques.

Car le phénomène du dégagisme dont ils ont été les bénéficiaires a supprimé tous les amortisseurs politiques et tous les édredons institutionnels, que ce soit LR ou le PS, et les a placés en première ligne : c'est pourquoi ils sont devenus les cibles des Gilets jaunes.

On a beaucoup écrit sur la violence d'Etat mais elle n'est jamais fortuite : elle en cache une autre, sournoise et délétère, la violence économique et sociale, cette partie immergée de l'iceberg capitaliste.

Le fond de l'air est caniculaire.

* démocrature

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.