«La non-épuration»: un livre majeur d'Annie Lacroix-Riz

Profitant de l'ouverture des archives relatives aux années quarante et cinquante, la brillante et courageuse historienne Annie Lacroix-Riz vient de nous révéler pourquoi notre société reste encore intoxiquée par le syndrome de Vichy, quelque soixante-quinze ans après la Libération...

Cet ouvrage de 664 pages (dont un cinquième en notes éclairantes) est le fruit d'un remarquable travail heuristique qui se décline en deux parties : 1 - "la résistance populaire transformée en armée d'épuration sauvage"  2 - "les fondements de la non-épuration".

Dans sa conclusion, Annie Lacroix-Riz avoue sa stupéfaction lorsqu'elle a dépouillé les séries BB18 et BB30 des archives, d'y découvrir une violence à nulle autre pareille ainsi que tous les éléments de l'ignoble forfaiture des juges de Vichy qui ont agi pour de simples raisons de classe, "tuteurés par leur hiérarchie, au mépris habituel de tous les principes du droit français".

Et elle ajoute ceci qui explique pourquoi ce passé ne passe pas : "les archives administratives et policières nous permettent d'ores et déjà de comprendre que Papon ait pu, sans jamais quitter la "Préfectorale", diriger après la Libération la répression anticommuniste et anti-algérienne comme il avait à Bordeaux, pendant l'Occupation, organisé la chasse aux "terroristes" et aux juifs. Papon, contrairement à l'image qui règne en France, ne fut pas l'exception, mais la règle."

Dans son analyse de ce que les historiens bourgeois continuent d'appeler l'épuration sauvage, Annie Lacroix-Riz démontre chiffres à l'appui, que l'opinion publique a été manipulée et abusée par les récits de "femmes tondues" ou les exécutions sommaires de traîtres ou de collabos par les FTP, cette "canaille" de résistants communistes à qui Londres avait imprudemment donné des armes...

Elle montre à quel point l'histoire des lendemains de la deuxième Guerre Mondiale est falsifiée par l'anticommuniste rampant et la bien-pensance des classes dominantes qui avaient eu trés peur de perdre leurs intérêts et leurs privilèges.

C'est bien pourquoi elles vont peser sur la mise en place du nouvel appareil d'Etat qui succède à Vichy pour que la Justice reste aux mains de l'exécutif bourgeois et de ses "élites" qui vont continuer à se coopter.

D'où cette non-épuration en France de 1943 aux années 1950 qui pèse lourdement sur l'harmonie de la société et obère le civisme !

Le mal-être citoyen que nous ressentons aujourd'hui où une large frange de la France d'en bas s'est résignée à porter ses suffrages au RN de Marine Le Pen, est issu de ce tour de passe-passe délétère réalisé par les possédants qui pilotent la France d'en haut.

Le livre d'Annie Lacroix-Riz est un pavé dans la mare des historiens de salon et un acte démystificateur et salutaire dans le sillage d'Henri Guillemin dont elle honore brillamment la mémoire. De quoi ringardiser toutes les Zémmoureries...

"Laissons la peur du rouge aux bêtes à cornes !" comme diraient le Communeux.

livre publié chez Armand Colin

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.