Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2291 Billets

2 Éditions

Billet de blog 31 oct. 2019

«La non-épuration»: un livre majeur d'Annie Lacroix-Riz

Profitant de l'ouverture des archives relatives aux années quarante et cinquante, la brillante et courageuse historienne Annie Lacroix-Riz vient de nous révéler pourquoi notre société reste encore intoxiquée par le syndrome de Vichy, quelque soixante-quinze ans après la Libération...

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cet ouvrage de 664 pages (dont un cinquième en notes éclairantes) est le fruit d'un remarquable travail heuristique qui se décline en deux parties : 1 - "la résistance populaire transformée en armée d'épuration sauvage"  2 - "les fondements de la non-épuration".

Dans sa conclusion, Annie Lacroix-Riz avoue sa stupéfaction lorsqu'elle a dépouillé les séries BB18 et BB30 des archives, d'y découvrir une violence à nulle autre pareille ainsi que tous les éléments de l'ignoble forfaiture des juges de Vichy qui ont agi pour de simples raisons de classe, "tuteurés par leur hiérarchie, au mépris habituel de tous les principes du droit français".

Et elle ajoute ceci qui explique pourquoi ce passé ne passe pas : "les archives administratives et policières nous permettent d'ores et déjà de comprendre que Papon ait pu, sans jamais quitter la "Préfectorale", diriger après la Libération la répression anticommuniste et anti-algérienne comme il avait à Bordeaux, pendant l'Occupation, organisé la chasse aux "terroristes" et aux juifs. Papon, contrairement à l'image qui règne en France, ne fut pas l'exception, mais la règle."

Dans son analyse de ce que les historiens bourgeois continuent d'appeler l'épuration sauvage, Annie Lacroix-Riz démontre chiffres à l'appui, que l'opinion publique a été manipulée et abusée par les récits de "femmes tondues" ou les exécutions sommaires de traîtres ou de collabos par les FTP, cette "canaille" de résistants communistes à qui Londres avait imprudemment donné des armes...

Elle montre à quel point l'histoire des lendemains de la deuxième Guerre Mondiale est falsifiée par l'anticommuniste rampant et la bien-pensance des classes dominantes qui avaient eu trés peur de perdre leurs intérêts et leurs privilèges.

C'est bien pourquoi elles vont peser sur la mise en place du nouvel appareil d'Etat qui succède à Vichy pour que la Justice reste aux mains de l'exécutif bourgeois et de ses "élites" qui vont continuer à se coopter.

D'où cette non-épuration en France de 1943 aux années 1950 qui pèse lourdement sur l'harmonie de la société et obère le civisme !

Le mal-être citoyen que nous ressentons aujourd'hui où une large frange de la France d'en bas s'est résignée à porter ses suffrages au RN de Marine Le Pen, est issu de ce tour de passe-passe délétère réalisé par les possédants qui pilotent la France d'en haut.

Le livre d'Annie Lacroix-Riz est un pavé dans la mare des historiens de salon et un acte démystificateur et salutaire dans le sillage d'Henri Guillemin dont elle honore brillamment la mémoire. De quoi ringardiser toutes les Zémmoureries...

"Laissons la peur du rouge aux bêtes à cornes !" comme diraient le Communeux.

livre publié chez Armand Colin

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B