In Vino Veritas
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 août 2021

Petite enquête, depuis mon ordinateur, sur la zozosphère antivax

Récemment, j'évoquais la très probable influence des réseaux sectaires et des gourous opérant dans le secteur de la santé et du bien-être/développement personnel, à mon sens complétement sous-évaluée, sur bien des participants aux manifestations contre le passe-sanitaire. Voici ce que l'on peut trouver pour tenter de mesurer l'ampleur de cette zozosphère.

In Vino Veritas
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En premier lieu, un nécessaire point de définition. Je qualifierai, dans ce billet, de zozosphère toutes les personnes proches, de près ou de loin, de toute cette mouvance qui gravite autour de gourous ou de sectes en lien avec les domaines de la santé et du bien-être/développement personnel, gourous et membres actifs de sectes compris, dont l'essentiel des propos consiste à un galimatias new-age, anti-médecine (et donc antivaccins) et complotiste. Un zozo est une expression familière pour désigner quelqu'un qui serait un peu niais, un peu bête. Et, il faut bien le dire, c'est la première impression qui vient à l'esprit quand on découvre cet univers des "médecines" dites alternatives ou traditionnelles, des "crudivores", des "révélateurs de potentiel", de l'"urinothérapie", du "pranisme", des "chamans", de l'approche "holistique" de la médecine, des "énergies" et de leurs "chanelisations", des cailloux aux vertus "thérapeutiques", des huiles essentielles qui "soignent" tout (du bobo au cancer en passant par le diabète), j'en passe, des plus ou moins loufoques, des plus ou moins dangereuses... Une belle bande de zozos quoi. Car, au premier abord, on se dit que ce n'est pas possible, qu'il faut être sacrément niais, non seulement pour gober toutes ces théories, disons... farfelues, mais, en plus, pour en faire la promotion publiquement.

Cependant, quand on commence à gratter un peu, on se rend compte qu'au milieu des divers zozos, il y en a des moins zozos que les autres. Et, si on s'intéresse à ce zozo là, on réalise assez vite qu'en général, c'est celui que les autres zozos écoutent et suivent. Mieux, si on gratte encore un peu, on voit rapidement que le zozo moins zozos que les autres manipule les autres zozos pour les rendre zozos et/ou qu'ils le restent, leur soutire de l'argent, leur fait faire des trucs qu'aucune personne raisonnable ne ferait... Bref, vous aurez reconnu le zozo gourou, le zozo charlatan, le zozo escroc, le zozo pervers, le zozo qui n'en est pas un et qui manipule à son plus grand profit ceux qui sont devenus zozos en tombant dans le piège de ses beaux discours, de ses belles promesses, de sa "science", de son "savoir", de sa "sagesse"...

Je suis bien conscient qu'englober en un même terme ceux qui manipulent et ceux qui sont manipulés pourrait être problématique. Soyons clair, je ne cherche en usant du terme zozosphère qu'à utiliser un néologisme pour remplacer la périphrase : gourous, escrocs, charlatans, new-age, anti-médecine et complotistes, sévissant dans le secteur de la santé/bien-être/développement personnel et ceux qui les suivent de près ou de loin, qui, vous en conviendrez, est plutôt longue à écrire et fastidieuse à lire quand on la voit répétée plus de trois fois. Il ne s'agit bien sûr pas, non plus, de dénigrer ou d'insulter les victimes et, pire encore, de minimiser les actes des gourous, charlatans et autres escrocs, juste de trouver une expression qui englobe des personnes, des réseaux et des mouvements aussi divers que variés dans la forme, mais beaucoup moins sur le fond, et ceux qui, d'une façon ou d'une autre, en surface ou en profondeur, adhèrent totalement ou partiellement à leurs thèses. De plus, la niaiserie est parfois drôle dans la littérature, dans la Bande Dessinée, au théâtre ou au cinéma, mais dans la vraie vie, elle est souvent tragique (en français ici).

Merci à Monsieur ou Madame Sanyet, abonné-e qui a trouvé le néologisme que je cherchais vainement tout en me suggérant le sujet de ce billet. Qu'il, ou elle, en soit doublement remercié-e.

Précision et remerciement faits, nous allons pouvoir attaquer le vif du sujet, à savoir, essayer de montrer que la zozosphère joue un rôle important, dans la mobilisation pour les manifestations anti-passe sanitaire. Nous montrerons que cette zozosphère a crû ces dix-huit derniers mois, nous essayerons d'évaluer la qualité et le nombre de ses composants, nous nous attarderons sur le fond de son idéologie, ses accointances politiques et, cerise moisie sur le gâteau avarié, qu'elle se prépare à ce genre de manifestations depuis longtemps. N'étant pas journaliste et n'ayant pas les moyens d'une rédaction, même petite, je me suis contenté des sources que l'on peut trouver sur internet. J'en avais déjà quelques unes, j'en ai cherché d'autres ces derniers jours, mais je tiens à avertir, même si ça semble évident, le sujet est loin, très loin, très, très, très loin, d'être traité dans son intégralité et aussi très loin de ce que pourrait faire un journaliste (sans parler d'une rédaction), à mon avis, sur ce sujet.

1/ Croissance de la zozosphère à la faveur de la crise sanitaire

Commençons par un petit tour d'horizon de ce que nous disent les personnes qui, par profession et/ou par engagement militant, travaillent sur l'activité de cette zozosphère depuis ce funeste mois de mars 2020 où l'épidémie mondiale de SRAS Covid-19 est devenu une réalité palpable pour tout le monde. Enfin, quand je dis tout le monde...

Nous avons d'abord le rapport de la Milivudes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) que j'avais cité dans mon précédent billet. Portant sur la période 2018 - 2020, il ne couvre que les dix premiers mois de l'épidémie et cette dernière n'est évidemment pas au centre du rapport. Il dit toutefois, pages 90 - 91 à propos de l'impact sanitaire de la crise :

"La Milivudes a fait une veille au début de la crise et constaté que tous les mouvements qui présentent des risques de dérives de nature sectaire  ont remarquablement adapté leurs discours et leurs offres. (...)

Mais ce sont surtout les mouvements et les personnalités qui s'opposent à la médecine scientifique qui ont trouvé de nouveaux arguments pour séduire.

Quant aux méthodes, des gourous thérapeutes pratiquaient déjà les téléconsultations, les soins à distances et les télépaiements. La crise sanitaire et le confinement ont banalisé ces pratiques en les renforçant et en permettant à certains de se livrer à des prédations financières en toute discrétion. (...)

Face aux contraintes qu'imposent les recommandations des autorités sanitaires, il y a des idées séduisantes comme "la maladie n'existe pas, ou le régime miracle qui prémuni de toutes les maladies." Elles reposent sur le récit d'un supposé complot des pouvoirs publics en lien avec l'industrie pharmaceutique.

Le public doit être informé que derrière ces offres, des leaders manipulateurs et bons communicants, ne cherchent qu'à faire prospérer leurs affaires sans assumer la responsabilité de leurs propos et les incidences qu'ils peuvent avoir sur la situation médicale des personnes qui suivent leurs préconisations.

Donc, déjà, un organisme officiel, interministériel même, nous dit que les discours de la zozosphère se sont remarquablement adaptés à la crise sanitaire. Que ses pratiques via internet se sont banalisées avec toutes celles qui l'ont été durant les confinements successifs. Que certains dans cette zozosphère (on se doute desquels) ont pu se livrer à des prédations financières en toute discrétion. Note l'importance de son récit d'un supposé complot des pouvoirs publics en lien avec l'industrie pharmaceutique dans son discours. Préconise l'information du public de la nocivité des pratiques de la zozosphère. On peut donc raisonnablement penser que, si cette zozosphère a très bien adapté son discours et qu'elle a vu ses pratiques commerciales banalisées par la crise sanitaire, elle a probablement grossi par l'ajout de nouveaux zozos. Surtout que les discours complotistes étant légions et prospérant aussi (le même rapport de la Milivudes indique aussi une augmentation de l'adhésion aux théories politiques complotistes et l'arrivée de la mouvance QAnon en France), les siens se fondent dans le décors, se normalisent. En plus, on ne peut pas dire que l'information du public vis-à-vis des élucubrations et des pratiques dangereuses de la zozosphère, recommandée par la mission interministérielle, ait eu une réelle concrétisation politique depuis décembre 2020...

Du côté de la littérature des associations d'aide aux victimes c'est le même constat que pour la Milivudes. L'Unadfi (Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l'Individu contre les sectes) a jugé utile, depuis le début de la crise, de réaliser pas moins de trois hors séries (ici, ici et ici) d'actualité consacrés aux dérives sectaires liées à la crise Covid. La présentation de ces hors-séries nous informe que :

"Depuis plusieurs mois, l’actualité montre que mouvements sectaires et complotistes profitent de la crise sanitaire de la Covid-19 pour déverser leur flot d’inepties. La vaccination est leur principale cible : elle ne constituerait plus seulement un risque pour la santé, elle rendrait homosexuel, serait le fruit d’une action globale des élites visant à asservir l’humanité, elle permettrait le traçage de la population ou encore modifierait l’ADN.

Depuis l’attaque du Capitole par les adeptes de QAnon, les autorités françaises ont pris la mesure du danger qu’encourent les Etats. S’il est peu présent en France, des « sympathisants » de ce mouvement devenu international déversent son discours anti-institutions et anti-médecine à travers des sites dédiés à des pratiques de soins non conventionnelles ou à la spiritualité new age.
Le terme conspiritualité, créé en 2011 par les anthropologues Charlotte Ward et David Voas, prend tout son sens dans le contexte actuel : il décrit la fusion des théories du complot et de la spiritualité, notamment celle du New Age, et s’applique à ces théories fleurissant sur le web. Prétextant le contrôle de la société par une élite, les new agers appellent à un « changement de paradigme » dans le prétendu but d’émanciper la société de cette élite.

Et force est de constater qu’Internet est devenu le lieu de recrutement, de prosélytisme et de développement de groupes virtuels où l’emprise mentale s’exerce même à distance."

Même constat de l'activité débordante de la zozosphère par les associations de défense des victimes de dérives sectaires, s'y ajoute aussi le constat de la centralité d'une partie de la zozosphère dans la diffusion des thèses conspirationnistes de la mouvance d'extrême-droite QAnon qui :" [déverse]nt son discours anti-institutions et anti-médecine à travers des sites dédiés à des pratiques de soins non conventionnelles ou à la spiritualité new age."  On ne peut aussi que constater que le terme de "conspiritualité" est parfaitement adapté aux croyances de la zozosphère. Enfin, l'importance d'internet pour la zozosphère se confirme puisqu'il permet aux divers zozos malveillants des capacités "de recrutement, de prosélytisme et de développement de groupes virtuels où l’emprise mentale s’exerce même à distance." 

Quand on sait le temps que certains ont pu passer sur internet lors des confinements successifs, sans parler de ceux qui y passaient déjà beaucoup trop de temps avant, notamment à la recherche d'informations rassurantes, d'explications simples, voire de recettes miracles, sur le Covid-19 ; quand on sait aussi comment, en gros, fonctionnent les algorithmes des rézosocios, ayant tendance à enfermer leurs utilisateurs dans un style de contenu censé leur plaire ; quand on constate la quantité de contenus produits par la zozosphère sur les divers rézosocios ; ce n'est plus probable, c'est certain, la zozosphère a vu son nombre de zozos augmenter de façon non négligeable ces dix-huit derniers mois.

De plus, on imagine mal les zozos malveillants se donner la peine qu'ils se sont donnés ces derniers temps si leurs activités n'étaient pas rentables, au moins pour attirer le chaland. Le chaland, lui, il entend la petite musique des zozos malveillants, il l'entend une fois, deux fois, trois fois, dix fois, cent fois... Et même s'il n'adhère pas au fond du discours des zozos malveillants, il gardera en tête leur petite musique. Elle sera validée par la répétition : "si autant de gens pensent la même chose, c'est que ce doit être, au moins en partie, vrai". Le chaland en gardera au moins une forme de doute et ce doute le fera revenir vers les boniments de la zozosphère, jusqu'à temps qu'il devienne zozo lui-même et, de la sorte, un client potentiel pour tous les attrape-nigauds des zozos malveillants, mais aussi, un agent actif de leur propagande sur les rézosocios.

A la lecture de ces rapports issus de sources crédibles on peut donc faire le constat que la zozosphère a, bel et bien, crû au cours des derniers mois. Reste à savoir ce qu'elle représente en nombre de personnes.

2/ La zozosphère, combien de divisions ? 

Là encore, il ne pourra s'agir que d'une estimation, dans la mesure où je ne dispose pas des outils nécessaires à une évaluation précise. Le rapport commandé à la Milivudes par Mme. Schiappa et remis en février 2021 estime à cinq cent petits groupes, concernant 140 000 personnes dont 90 000 enfants et, donc, 50 000 adultes, les activistes sectaires indépendants des grandes "églises" du même genre, ce qui est, d'après l'Unadfi, peut-être sous-estimé. Ce chiffre ne concerne pas que la zozosphère, puisqu'il englobe des domaines qui ne sont pas les siens (intégrisme religieux, enseignement...). Mais, le même rapport nous informe que 40% des signalements (sur lesquels reposent toutes les estimations) concernent le secteur de la santé et du bien-être. En extrapolant ce chiffre de 40%, on peut donc estimer à 20 000 adultes le noyau dur de la zozosphère. Le plus compliqué reste d'estimer la nébuleuse qui gravite autour de ce noyau dur : zozos pas encore clients et chalands sur le point de devenir zozos.

Cependant, en prenant l'exemple d'un réseau social spécialisé dans le partage de vidéos, on peut se faire une petite idée de l'étendue de la zozosphère. Sur ce réseau social, comme sur les autres, son activité est débordante depuis le début de l'épidémie, ce qui vient confirmer les rapports précédemment cités, mais aussi ce qu'en disent des acteurs de ce réseau social issus essentiellement de lanceurs d'alerte sur les dérives sectaires et des milieux sceptiques et zététiciens, qui se sont aussi mobilisés face aux inepties scientifiques véhiculées, sur ce réseau et ailleurs, entre autres, par la zozosphère. Pour ce qui est des militants qui surveillent les activités sectaires, je voudrais saluer le travail du collectif L'Extracteur, dont je me suis beaucoup servi pour ce billet, qui a largement participé à dévoiler les pratiques illégales et potentiellement criminelles du gourou naturopathe T. Casasnovas. Des associations ou collectifs de promotion et de vulgarisation de la culture scientifique, du scepticisme raisonné et de la démarche zététique, se sont, elles aussi, intéressés à certains meneurs de la zozosphère, notamment afin de montrer le bullshit scientifique dans lequel ils pataugent. Citons l'ASTEC, Association pour la Science et la Transmission de l'Esprit Critique, avec son blog et sa chaîne Ioutoube, qui s'est activée, entre autre, à démontrer l'ineptie du documenteur Hold-up (dans lequel on retrouve des acteurs de la zozosphère. Etonnant, non ?), les impostures de Jean-Dominique Michel ou encore à informer sur les vaccins contre le Covid-19. D'autres chaînes Ioutube de collectif ou d'individus impliqués dans la promotion de la démarche scientifique, du scepticisme raisonné et de l'esprit critique, ont fait aussi un bon boulot d'information et de prévention. Je citerai celle d'Aude WTFake en particulier pour son travail sur Jean-Jacques Crévecoeur et celle de Mr Sam, notamment pour cette interview des plus intéressantes.

Le travail de ces personnes, en plus de démontrer l'absurdité des raisonnements en vogue dans la zozosphère, nous permet aussi d'identifier quelques figures de zozos en chef et d'essayer de mesurer leur audience, uniquement sur Ioutoube. Le travail du collectif l'Extracteur, et notamment cette vidéo, permet d'en repérer quelques-uns correspondant parfaitement à la définition de la zozosphère.

Thierry Casasnovas, le plus connu du grand public du fait des diverses enquêtes journalistiques dont il a fait l'objet depuis quelques mois, gourou naturopathe prônant le crudivorisme végétalien, en particulier par l'absorption de jus de fruits et de légumes en quantité gargantuesques, mais aussi le jeûne. Il va sans dire qu'il n'a pas le moindre diplôme de médecin nutritionniste, mais qu'il se permet de donner des conseils "santé" et "nutrition" tout azimut. Selon lui, son régime préserve de toutes les maladies et les soigne aussi toutes : la dépression, le cancer, les cardiopathies, le sida etc. Il est, bien sûr, farouchement opposé à toutes formes de vaccinations. Son business ? La vente d'extracteurs de jus à des prix prohibitifs, de compléments alimentaires tout aussi chers et de formations à sa "science" pas données non plus. Ses activités sont surveillées de près par la Milivudes et fait l'objet de plaintes en justice. Sa chaine possède 548 000 abonnés. Ses vidéos ont été visionnées plus de quatre-vingt millions de fois. En eux-mêmes, les visionnages montrent déjà le nombre de gens potentiellement touchés par ses discours. Mais le nombre d'abonnés est carrément plus significatif. Si on s'abonne à ce genre de chaîne, si on accepte, donc, d'être tenu au courant des dernières vidéos, des directs, des interviews, tous plus surréalistes les uns que les autres, c'est qu'à minima, on adhère, au moins en partie, aux discours de ce zozo là. En admettant, pour être charitable et bienveillant quant aux capacités de recul et d'humour de nos contemporains, que la moitié de ses abonnées le sont pour se foutre de sa gueule, ça en laisse quand même un bon paquet qui le prend, tout ou partie, au sérieux.

Jean-Jacques Crévecoeur, lui aussi a une certaine notoriété et a fait aussi l'objet d'articles de grands media. Belge résidant au Canada depuis 2004, prétendument "médecin" homéopathe, soi-disant "physicien, philosophe et pédagogue de formations universitaires" et surtout conférencier toutologue qui vend ses conseils en formation personnelle qui vous promettent rien moins que "prendre soin de [votre] vie" en réalisant votre potentiel", via sa chaîne payante et ses "formations" qui ne le sont pas moins. Antivaccin forcené qui a déjà organisé des démonstrations antivax au Canada lors de l'épidémie H1N1 en 2009 (j'y reviendrai), anti-masque, négationniste de l'épidémie... Il revendiquait 235 000 abonnés et treize millions de vues en six mois d'activité covid (d'après lui-même) avant que sa chaîne ne soit supprimée par la plate-forme au mois de mai. Même en appliquant la même bienveillance et la même charité que précédemment sur les raisons de s'abonner à une telle chaîne, il reste plus de 100 000 personnes qui prennent son baratin pour argent comptant.

Jean-Dominique Michel, autoproclamé "anthropologue médical et expert en santé publique" et surtout blogueur compulsif de l'hébergeur La tribune de Genève, où, depuis le début de la crise, il se répand en propos complotistes sur l'épidémie, en soutien à l'inénarrable Raoult et autres preuves de sérieux... Il n'est pas clairement antivax, mais il s'affiche sans hésiter avec des antivax notoires. Il est invité dans les media mainstream et il possède, lui aussi, une chaîne Ioutoube sur laquelle le nombre d'abonnés n'apparaît pas. On peut constater cependant qu'il cumule plus de 100 000 vues pour huit vidéos en un an. Il est aussi largement interviewé et repris par d'autres chaînes Ioutoube de la zozosphère, ce qui diffuse ses inepties complotistes auprès d'un large public. C'est aussi le cas du zozo suivant.

Christian "Tal" Schaller, ex-médecin suisse, se revendiquant désormais "chaman", adepte des "médecines" dites alternatives et de l'"urinothérapie". Bien entendu, c'est un antivax primaire qui vend des bouquins et des conférences pour promouvoir ses théories fumeuses. Schaller n'a pas de chaîne Ioutoube, mais il profite de tout un réseau de chaînes issues de la zozosphère, à commencer par celles de Casasnovas et Crévecoeur mais pas seulement, pour répandre sa "bonne" parole, ce qui lui assure une diffusion maximale sans débourser un kopek...

Emanuela "Ema "Krusi, fille à papa, vendeuse de godasses de luxe à Genève, elle s'est mise à la vidéo pour promouvoir sa camelote pour riche et, depuis avril 2020, elle est devenue l'égérie des anti-masques/antivax/négationnistes de l'épidémie en se rependant en théories conspirationnistes. Elle édite aussi des saloperies négationnistes venues d'Outre-Atlantique en Suisse. Elle fait partie de ceux qui invitent Michel et Schaller régulièrement. Pas loin de 100 000 abonnés et des dizaines de millions de vues pour ses vidéos avant que Ioutoube ne sévisse, mais on peut la retrouver sur d'autres chaînes qui diffusent ses vidéos, quand elle n'est pas elle-même complaisamment interviewée.

Irène Grosjean, la doyenne de la bande, quatre-vingt-dix balais, sévit depuis 1958, gourelle naturopathe, antivax patentée, elle prétend que le Covid est "écologique" et qu'il ne faut surtout rien faire contre... Elle n'a pas de chaîne Ioutoube, mais elle est régulièrement citée, invitée et interviewée par les chaînes de la zozosphère.

Et puis vous avez le ban et l'arrière ban des membres de la zozosphère, suffisamment zozos pour essayer de faire la même chose que les autres zozos précédemment cités, sur Ioutoube. En suivant, un petit florilège de ce que j'ai pu trouver en quelques jours, en me faisant un compte bidon, en m'abonnant à ce qui a trait à la santé et au bien-être/développement personnel et en cherchant des vidéos des zozos mentionnés auparavant : L'instant cru, pas loin de 30 000 abonnés, relaie Casasnovas et Schaller ; La télé de Lilou Macé, avec une version en anglais, pas loin de 200 000 abonnés, relaie Schaller et Crévecoeur ; Sommet de la conscience, 28 000 abonnés, relaie Schaller et sa femme au moins aussi timbrée que lui ; CRUsine Académie, 58 000 abonnés, relaie Krusi ; Roche Alazet Elisabeth, pas loin de 39 000 abonnés, relaie Crévecoeur et Casasnovas ; Le Chou Brave Magazine, 91 000 abonnés, relaie Schaller, Grosjean et Casasnovas ; Réflexologie Santé Naturelle, 183 000 abonnés, relaie Grosjean ; Coubiac Nouveau Paradigme, pas loin de 11 000 abonnés, relaie Schaller et Grosjean en plus de faire des hommages à Dieudonné... ; Alchymed, pas loin des 3 000 abonnés, relaie Crévecoeur et Schaller. Je pourrai continuer longtemps, il y a des milliers et des milliers de chaînes qui, rien que sur cette plateforme de vidéos, ont pour sujet la santé (il y a même une sous-catégorie "guérison" qui est un véritable festival de la connerie humaine), le coaching, le bien-être, le développement personnel... Les personnes qui sont derrières les chaînes que j'ai citées ne sont pas les seules à divaguer et à balancer du bullshit en vidéos, elles sont mentionnées à titre d'exemple pour sourcer mon propos et non pas pour être désignées à la vindicte publique ou au harcèlement, ça semble évident, mais ça va mieux en l'écrivant.

Alors, on n'est pas forcément plus avancé pour estimer précisément la zozosphère. En effet, on ne peut pas cumuler les abonnés, certains étant souvent abonnés aux uns et aux autres. Mais aussi, on peut être adepte de développement personnel, sans être crudivore ; on peut être crudivore et trouver que boire son urine, ce n'est pas super ; on peut boire sa pisse en croyant que ça soigne tout et préférer ses légumes cuits... Bref, tout comptage précis semble, avec mes faibles moyens d'enseignant en vacance, voué d'avance à l'échec. En revanche, on peut, sans se tromper, affirmer que les personnes influencées par les zozos en chef et les autres ne se limitent pas à leurs cercles proches et à ceux qui sont le plus gouroufiés, soit les quelques 20 000 personnes identifiées par la Milivudes. Il y a bien toute une nébuleuse de zozos, plus ou moins convaincue, qui prend au sérieux une partie des élucubrations des autres. Le nombre d'abonnés d'un Casasnovas le prouve. Il n'y a pas plus d'un demi-millions de personnes qui suivent son régime abracadabrant avec assiduité (les autorités sanitaires s'en seraient rendues compte très vite), quelques centaines, un gros millier maximum (et c'est déjà beaucoup trop), mais il y en a bien une bonne moitié du total (pour continuer à être sympa) qui est influencée par ses discours. Pareil pour les autres. De plus, là, je n'ai cherché que sur un des très nombreux rézosocios et plateformes de vidéos existants. Les zozos en chef et les autres ont aussi des comptes et des chaînes ailleurs. Sans parler de leurs blogs et autres sites internet. A ce propos, regardez qui j'ai eu la surprise de trouver dans les blogs de Médiapart...

Du coup, est-il si déraisonnable que ça de penser que la zozosphère doit avoisiner les 500 000 zozos ? Le parti animaliste dont le cœur de cible est assez similaire à celui de la zozosphère a fait 490 074 voix aux élections européennes de 2019. Que 0,75% de la population française adhèrent, de près ou de loin, aux discours fumeux, à cette "conspiritualité", que promeuvent quelques dangereux allumés, est-ce vraiment si incroyable ? Après tout, on n'a jamais, d'après ce sondage, qu'un bon cinquième de la population française qui croit à, au moins, cinq théories du complot.

Alors ? Un demi-million de zozos dans la zozosphère ? Une fois, deux fois... Allez ! Adjugé ! Même si je subodore que ça reste une estimation basse, mais peu importe. Ainsi, s'il y a 500 000 zozos, on peut raisonnablement se dire qu'au moins 100 000 à 150 000 d'entre eux, gonflés à bloc par ce qu'ils biberonnent depuis des mois sur internet, sont venus grossir les rangs des manifestations anti-passe. Voire même qu'ils en aient organisées. D'ailleurs, ce n'est pas l'habitude, ni les relais politiques, qui leur manquent pour participer à ce genre de sauterie en compagnie de fascistes et de nazis.

3/ Fond idéologique, amitiés politiques et activisme subversif de la zozosphère          

Bien qu'ils soient très souriants sur leurs vidéos, qu'il aient un look de gentils baba-cool ou d'inoffensifs originaux et qu'ils prônent, à tout bout de champs, la liberté et la tolérance, on se rend assez vite compte que les zozos en chef sont de parfaits réacs sur bien des questions économiques et sociales. La liberté et la tolérance, c'est essentiellement pour eux et leurs pratiques qu'ils la défendent. Quand il s'agit de liberté et de tolérance pour ceux qui démontent leurs inepties, c'est une toute autre histoire.

Au niveau économique pour commencer : tous ces zozos en chefs se disent, peu ou prou, détenteurs d'un savoir, d'une science extraordinaire, dont l'application par tout un chacun aurait des capacités médicales à même de soigner mieux que la médecine scientifique, voire de prolonger considérablement l'espérance de vie. Or, qu'en font-ils ? Eux qui se veulent des sauveurs de l'humanité, altruistes, compatissants, engagés, soucieux du bien-être collectif. Le donnent-ils ce savoir ? Mettent-ils leurs sciences dans le domaine public ? Que nenni ! Ils les vendent ! A des prix prohibitifs qui plus est. Et que je te fourgue des extracteurs de jus ou des déminéralisateurs d'eau à dix fois le prix du marché. Et que je te refourgue des compléments alimentaires et des huiles essentielles hors de prix. Et que je te refile des formations, des séances de coaching, des journées de méditation, des consultations, y compris et surtout à distance, qui coûtent un bras. Prenons le cas de Casasnovas, même s'il n'a que 1% de ses abonnés sur Ioutoube, soit 5 480 personnes, qui lui prennent un extracteur de jus à 500 balles en moyenne (on en trouve à moins de 50 euros sur internet), ça fait 2,7 millions d'euros. Avec un investissement dix fois inférieur au prix de vente, ça fait pas loin de 2,5 millions de bénéfices, rien qu'avec ce gadget, et il en vend d'autres sur le même mode, sans parler des placements de produits, de la monétisation des vidéos, et des dons. Il va où tout ce pognon ? Sur le livret A de Casasnovas à la Banque Postale de Perpignan ? Sur son compte chèque au Crédit Agricole d'Argelès s/mer ? Ou bien dans une banque du paradis fiscal andorran à même pas trois heures de route de la préfecture des Pyrénées-Orientales ? Comment il le déclare ? D'ailleurs, le déclare t'il ? Je n'ai pas de réponses. Il semble que personne ne se soit intéressé à ce volet financier du problème. La Milivudes pose la question, mais l'administration fiscale n'a pas vraiment l'air de prendre le sujet à cœur. Les réseaux d'associations et de militants contre les dérives sectaires le relèvent aussi, mais n'ont pas vraiment les moyens de fouiner de ce côté là et les périodiques (notamment l'Express, Marianne ou Le Point) qui traitent le sujet ne s'appesantissent pas vraiment sur cet aspect du problème qui concerne tous les zozos en chef qu'ils étudient de temps en temps. Peut-être une prochaine enquête de Médiapart ?

En tout cas, s'il y a bien un dénominateur commun à toute cette engeance de zozos en chef, c'est l'apprêté aux gains. Ils ont tous des truc à vous fourguer à des prix exorbitants, prix justifiés par les propriétés quasi-magiques de leur camelote matérielle ou immatérielle. De vrais capitalistes libéraux, avec encore moins de considération pour ceux qu'ils arnaquent que n'en a un fond de pension pour les petits vieux des maisons de retraite qu'il rachète et revend... Avec une telle "morale" économique, à peu près similaire à celle d'un trader cocaïnomane (pléonasme) qui vient de faire des millions en spéculant sur l'agriculture vivrière du Zimbabwe, ils sont exactement au même niveau que Servier et son Médiator. Ils dénoncent Big Pharma, mais ils en ont les pires pratiques commerciales. En économie-politique, ils ont la même doxa que Macron et le Pen. Ils sont, en matière économique et financière, profondément, viscéralement, de droite.

Une chose est sûre, ces gens là brassent du fric en quantité non négligeable. Est-il fou de penser qu'ils s'en sont servis d'une partie pour organiser ces manifestations ? On me rétorquera qu'au vu de leur attachement maladif au pognon et leur morale hyper-individualiste, leur faire cracher du blé pour une action commune ne doit pas être simple. C'est certain. Mais qui nous dit qu'ils n'ont pas envisagé un retour sur investissement en estimant qu'ils pourraient, à ces occasions, recruter de nouveaux zozos à plumer ? Comme opération marketing pour leur petit fond de commerce, cinq manifs en cinq semaines, avec tout le battage médiatique (et donc la pub gratuite) autour, ce n'est pas si mal... 

D'un point de vue social, il est clair aussi, au vu des tarifs qu'ils pratiquent, que les zozos en chef visent une clientèle qui a de l'argent. Ce n'est pas un bénéficiaire du RSA qui va mettre l'équivalent de son allocation dans un extracteur de jus ou dans trois heures de "formation"... D'ailleurs, en ayant un petit aperçu des adeptes de Casasnovas, on se rend compte, même s'ils sont floutés dans la vidéo, entre autre à leur niveau d'élocution, au vocabulaire utilisé, même et surtout pour raconter de la merde, aux intérieurs, aux styles vestimentaires, qu'il s'agit de personne issus des classes moyennes type CSP+/CSP++, de bourgeois et de petits-bourgeois pour parler le marxiste. Des gens qui ont, sinon des montagnes de fric, un bon salaire et quelques économies, doublés d'un nombrilisme exacerbé qui les fait se préoccuper plus que de raison de leur "capital santé". D'ailleurs, une fonction des prix prohibitifs doit certainement consister à exclure de fait tous les traînes savates, nécessiteux, paumés et autres puent-la-sueur de la secte. Chez les zozos en chef on est ni à l'Armée du Salut, ni au Secours Populaire... Pour en revenir à la bande de bourgeois et de petits-bourgeois qui, indubitablement, forment le cœur de cible des zozos en chef et le cœur de la meule de la zozosphère, leur motivation est exactement dans le discours néo-libéral sur la santé : "Chacun son "capital santé" !", "Chacun sa merde !","Si tu es malade, c'est de ta faute !", "Tu n'as pas pris soin de ton "capital-santé" !", "Et si ce n'est toi, ce sont donc tes parents !". Pas étonnant que les discours des zozos en chef fonctionnent. Plus dans l'air du temps de l'idéologie néolibérale sur la santé, il n'y a pas. Le plus gros des manifestants semble aussi se concentrer dans le sud-est du pays, une des zones où les CSP+/CSP++ sont nombreuses et où la sociologie politique nous indique une claire préférence de l'électorat pour les discours individualistes de droite. Hasard sociologique ? Je ne pense pas. Je le pense encore moins quand l'essentiel des slogans des petits-bourges, des bons bourgeois et des mémères emperlousées de Nice, Toulon ou Annecy, tournent  autour de la "liberté" et uniquement de la "liberté". Clairement, la zozosphère est donc bien idéologiquement et sociologiquement de droite, ou "apolitique", comme disent les droitards qui ont honte d'eux-mêmes ou aiment à cultiver l'ambiguïté à ce sujet, comme, entre autres, les zozos en chef.

Si socialement et économiquement, la zozosphère est de droite, sur les questions sociétales, les discours des zozos en chef sont assez discrets (il ne faudrait pas se fâcher avec la clientèle qui gobe leurs discours de tolérance), mais grâce au collectif l'Extracteur, encore une fois, on peut se faire une idée très claire des avis d'un type comme Casasnovas sur le rôle des femmes dans la société ou sur la contraception et l'avortement... De manière générale, tous les zozos en chef versés dans la naturopathie (Casasnovas, Grosjean, Schaller) partant du principe qu'il faut laisser faire la Nature (oui, avec une majuscule, parce que ça fait longtemps que, pour eux, c'est une divinité) sur le corps humain, on les voit mal faire de la promotion pour les méthodes contraceptives autres que l'ingestion ou la friction de quelques plantes, la méthode Ogino et le coïtus interuptus, et encore moins pour l'avortement.

Pour ce qui est des méthodes envers les professionnels et les militants, dont certains que j'ai cité plus haut, qui cherchent à démontrer l'ineptie de leurs discours, cette tribune dans Libération du 17 mars 2021, nous indique qu'elles n'ont rien à envier à celles des fascistes :

"Les responsables d’une véritable emprise mentale numérique se sentant en danger font tout pour nous faire taire. Ils réussissent parfois à invisibiliser les critiques argumentées en les faisant supprimer de la Toile, au prétexte d’atteinte aux droits d’auteur. (...) 

Quand les tentatives de censure ne suffisent pas, les désinformateurs instrumentalisent la justice pour tenter de nous intimider et de nous décourager, en multipliant les plaintes abusives et les courriers d’avocats. Certains portent atteinte à notre vie privée en rendant publiques nos identités, rompant ainsi le pseudonymat que certains d’entre nous ont choisi comme protection minimale face à la violence qui leur est opposée. Et rappelons-le, cet anonymat tout relatif ne permet en aucun cas d’outrepasser les lois.

Une fois une identité révélée, les injures s’accentuent, des pressions s’exercent auprès de notre employeur pour nuire à notre carrière professionnelle, et le harcèlement ciblé peut aller jusqu’à porter atteinte à notre famille et nos proches. Enfin, arrivent les appels à la violence et parfois les menaces de mort ; les sympathisants de ces nouveaux gourous du Net y étant souvent encouragés par leurs leaders eux-mêmes. L’objectif est clair : nous faire peur, nous faire taire et maintenir leur emprise."

Il est clair que la zozosphère a un pouvoir de nuisance bien réel qui ne se manifeste pas que sur les rézosocios et que ses capacités financières ne sont pas nulles puisqu'elle lui permette de donner dans le harcèlement juridique qui n'est pas à la portée de la première bourse venue. Certains parmi elle sont même prêt à faire pression sur leurs contradicteurs, à les menacer physiquement, y compris de mort, et de façon suffisamment crédible pour que ce réseaux de lanceurs d'alerte demande :

"(...) en plus de nous fournir une assistance juridique et une protection en cas de besoin, nous demandons à l’Etat, pour pérenniser et garantir nos actions, de créer une cellule nationale composée d’agents spécifiquement formés au cyberharcèlement, à l’emprise mentale et aux dérives sectaires, pour nous permettre, le cas échéant, de déposer plainte auprès de personnes conscientes des enjeux."

Six mois après cette tribune plutôt inquiétante, à ma connaissance, toujours aucune réaction officielle des autorités compétentes.

Toujours sur les méthodes, je citais plus haut une interview réalisée par la chaine de Mr Sam qui détaille les façons de faire de certains pro-Raoult, mais aussi, très certainement d'autres, pour augmenter le référencement dans les moteurs de recherche, pour avoir des alertes en fonction de mots-clefs recherchés ou publiés sur les rézosocios, pour créer des Bots qui répondent automatiquement en fonction de ces mêmes mots-clefs... Bref, comment on peut, avec quelques moyens facilement accessibles, tenter de manipuler l'opinion sur les rézosocios. C'est instructif et pas forcément rassurant quant au pouvoir de nuisance de certains zozos en chef à ce niveau là.

En matière d'amitiés politiques et d'accointances idéologiques, nous avons vu que les rapports de la Milivudes et de l'Unadfi soulignent les passerelles entre le mouvement étasunien d'extrême-droite QAnon et la zozosphère. Dans mon dernier billet, je mentionnai déjà cette vidéo où l'on voit Crévecoeur, Krusi et Schaller, se répandre en discours antisémites en compagnie d'un négationniste et d'une timbrée aussi paranoïaque que judéophobe. On y voit aussi Casasnovas et Dieudonné se rouler des pelles ou presque. Je vous épargne les liens vers le site Egalité et Réconciliation d'Alain Soral qui soutient lui-aussi Casasnovas dans ses péripéties judiciaires (il faudra me croire sur parole ou aller vérifier par vous même sur le dit site, pour ma part, il est hors de question, même pour sourcer un propos, de faire la moindre publicité pour ce monument des égouts de l'internet). Les liens des zozos en chef avec la mouvance politique à la droite de l'extrême-droite pourraient faire le sujet d'un billet à eux tout seul. Ils montrent très bien à quel genre d'idéologie frelatée on a à faire avec la zozosphère, mais aussi qu'il n'est pas improbable d'imaginer une coopération entre les réseaux des uns et des autres pour organiser et/ou participer massivement à ces manifestations. Il n'y a pas que les gentils Gilets-Jaunes de Commercy ou de Millau (spéciale dédicace à Mme Annie Lasorne) qui se mobilisent par le biais des rézosocios et de l'internet. Les fachos et les zozos aussi et, en plus, eux, ils savent faire depuis longtemps.

Je crains que cette "petite enquête" ne fasse, d'ores et déjà, ce billet un peu long.... Voici donc le moment promis de la cerise avariée sur le gâteau pourri. Je l'ai trouvée grâce à la chaine Aude WTFake sur cette chaîne Ioutoube, vaccinfatal, qui diffuse un documentaire assez court, mais en trois partie (ici, ici et ici), de Radio-Canada, en français, sur la mouvance antivax au Canada lors de l'épidémie de H1N1 et de la campagne de vaccination qui s'en est suivie dans ce pays en 2009. Outre le fait que l'on retrouve notre zozo Crévecoeur avec dix ans de moins, qui raconte déjà les mêmes conneries, qui fait déjà dans l'allusion antisémite bien lourde, qui en profite pour recruter des adeptes et faire sa réclame pour sa propre personne, on y voit aussi des manifs où les mots d'ordre, les revendications, les catégories sociales qui y participent sont exactement les mêmes que ceux que l'ont voit en France depuis cinq semaines. Peut-être que le visionnage de ce reportage par certains leur fera prendre conscience de la fable que l'on nous vend à propos de la spontanéité et de l'absence d'organisateurs de ces manifs et que je dénonçais dans mon dernier billet. Pour ma part, je persiste et signe à ne pas y croire. Quand on constate la croissance d'une mouvance complotisto-activiste, qu'elle est en mesure de concerner plusieurs centaines de millier de personnes, qu'elle a des chefs qui ont du fric, des réseaux, des avocats, des suiveurs fanatiques et des amitiés avec des mouvements politiques présents aussi dans ces manifs, c'est quoi la conclusion logique ? Que cette mouvance n'est pour rien dans ces manifs qu'elle a tout fait pour susciter ? Qu'elle n'y appelle pas ? Quelle n'y participe pas ? Qu'elle ne les organise pas, du moins en partie ? Qu'elle n'existe pas ? Ou bien qu'elle participe à les organiser, après les avoir souhaités très fort, pour son plus grand intérêt tant économique qu'idéologique ? Faites votre choix...

Je terminerai ce billet par une adresse à Monsieur Plénel concernant son parti pris du 9 août 2021 au sujet de ces manifestations. Monsieur Plénel, vous dites en conclusion de votre papier :

"S’il est un enseignement de cette présidence, c’est bien l’urgence vitale de la question démocratique. (Je passe le couplet de l'union face à la catastrophe, qui ne sont que des effets de manche de votre part)  S’ils se trompent sur bien d’autres sujets, les manifestants contre une politique sanitaire réduite à des contraintes imposées d’en haut sans débats ne font pas fausse route en pointant cet enjeu primordial.

Voyez-vous, je m'interroge. Où est donc l’urgence vitale de la question démocratique dans les pancartes antisémites de la semaine dernière ou de cette semaine ? Où est donc l’urgence vitale de la question démocratique, dans les élucubrations, les pratiques et les méthodes de la sphère des zozos antivax ? Où est donc l’urgence vitale de la question démocratique, dans les dérives sectaires que l'on peut constater autour de ces manifs et dans l'emprise mentale qu'elles impliquent ? Croyez vous vraiment que l'urgence vitale de la question démocratique soit un enjeu primordial pour Philipopo, pour Wonner, pour Ducon-Gnangnan, pour Asselinœud, pour Lal'âne, pour Big(e)ard, pour Casasnovas, pour Crévecoeur, pour Schaller, pour Michel, pour Grosjean, pour Kruci, pour Dieudonné, pour Soral ?

Votre ancien collègue Hubert Huertas a écrit, fort justement, à propos de la pancarte antisémite de Metz, samedi dernier : cette pancarte est-elle représentative du mouvement anti-pass ? » Réponse : Un sucre dans le café c’est minoritaire en quantité, mais ça dit que le consommateur l’aime sucré, sinon il le cracherait. Vous voyez beaucoup, de cracheurs dégoûtés autour de ces multiples sucres ?  

Je poserai la même question à propos de la zozosphère antivax quand on voit de quoi elle relève. Sans compter que les morceaux de sucre, là, ça commence à déborder sérieusement de la tasse de café et que, pour ma part, le café sucré, même un peu, j'ai horreur de ça.

Allez ! A la prochaine !

IVV

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau