L’administration pénitentiaire est une institution totale

Je suis officier dans l’administration pénitentiaire. (...) Très vite, j’ai constaté que le nouveau directeur avait un management toxique et pervers ; il aimait humilier les cadres en réunion et les faire craquer.

Je suis officier dans l’administration pénitentiaire. Il y a quelques années, j’ai eu une promotion dans un établissement sensible sécuritaire. J’ai déménagé avec ma femme qui a dû d’ailleurs changer de travail pour me suivre. 

L’établissement dans lequel j’étais muté avait connu un incident très grave ce qui avait valu au précédent directeur une mutation disciplinaire. 

Je suis arrivé sur cette structure très motivé, ayant même accepté de renoncer à mes congés annuels.

Très vite, j’ai constaté que le nouveau directeur avait un management toxique et pervers ; il aimait humilier les cadres en réunion et les faire craquer.

Je dois dire qu’il a senti très vite que je désapprouvais ses méthodes et m’a pris en grippe. Et là mes ennuis ont commencé…

Exclusion des réunions importantes tout en me disant que j’étais pas au niveau… exclusion des projets importants, refus de signer mes congés, refus de me donner un bureau décent, menaces de me virer du poste, retrait de toutes mes attributions en quelques mois de mon poste.

... Parallèlement, j’ai vu ma santé se dégrader (maux de dos, insomnies, dérèglement de la thyroïde) sans qu’au début je fasse le lien avec le harcèlement que je subissais au quotidien…

D’ailleurs j’ai mis les mots sur cette situation que des années après son départ… j’ai d’ailleurs engagé une procédure administrative que j’ai gagnée. 

Et pourtant, ce directeur n’a jamais été inquiété alors qu’il avait agi de la sorte toute sa carrière ; en fait on le bougeait quand la situation devenait trop problématique.

J’ai parlé dans mon titre d’institution totale pour parler de la pénitentiaire, c’est parce que ce management est systémique. Ce directeur n’est pas un cas isolé. 

Dans la pénitentiaire, on exige de vous une soumission totale…. vous êtes corvéable à merci. Malheur à celui qui se rebelle, sa carrière est brisée... pas ou plus de vie privée, réunions le soir, opérations tôt le matin ou tard la nuit..

On exige de vous et vous juge sur votre capacité à être soumis... à obéir aux ordres même quand ils sont illégaux. J’en veux pour preuve la loi Taubira sur les fouilles corporelles qui a mis des années à être appliquée…

Bref, aujourd’hui, c’est une véritable hémorragie de tout grade… vers d’autres administrations y compris chez les directeurs. 

Il y avait par exemple un directeur interrégional qui aimait bien déplacer ses directeurs tels des pions sans leur demander leur avis au mépris de leur situations personnelles… malheur à celui qui refusait de suivre ses « recommandations ».

Aujourd’hui, je demande un détachement mais on m’empêche de partir…

L’administration pénitentiaire est une administration toxique qui vous broie à petit feu.

Pas trop dur d’y rentrer mais difficile d’en partir.

Je vois mes collègues qui n’en peuvent plus, tomber malades… mais peu de médecins de prévention et quand ils sont présents, ils ferment les yeux.

Aujourd’hui, j’attends une seule chose, ma retraite anticipée. 

Un officier

Février 2021

Violencedutravail.com

Ce témoignage nous a été envoyé suite à la publication d'un autre témoignage. Si vous avez envie de raconter ce que vous vivez au travail, quelque soit votre métier, votre secteur d'activité, écrivez nous à l’adresse suivante : contact@violencedutravail.com 

Il n’y a pas de format pour témoigner, faites comme vous le sentez, écrivez nous avec vos mots ou racontez le nous.

Les témoignages sont anonymisés (sauf demande contraire). 

Pour lire d’autres témoignages c’est par ici : www.violencedutravail.com et sur le blog de médiapart : violencedutravail

Vous pouvez nous suivre sur :

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.