Cadences imposées, système D: mon frère travaille à La Poste

Mon frère travaille à la Poste : premier confinement, ça a été système D pour les masques et les gels. Aucune consigne pour éviter les contacts au centre de tri. Au fur et à mesure, des informations glanées sur les chaînes de télé, il a mis des gants et un masque.

Mon frère travaille à la Poste : premier confinement, ça a été système D pour les masques et les gels. Aucune consigne pour éviter les contacts au centre de tri. Au fur et à mesure, des informations glanées sur les chaînes de télé, il a mis des gants et un masque.

Actuellement les collègues malades ne sont pas remplacés : les tournées sont doubles pour le même salaire.

Par ailleurs, ça fait trois ans que mon frère demande une mutation à laquelle il a droit, il est soi-disant même prioritaire. Il n’a toujours aucune réponse de l’administration qui lui a simplement indiqué qu’actuellement, il faut restructurer l’entreprise et après on verra. Les délégués syndicaux n’ont pas réussi à faire bouger la moindre ligne.

Épuisé par les cadences imposées, il gagne un salaire de misère. La famille l’aide pour élever son fils unique.

Décembre 2020

Violencedutravail.com

Un témoignage à retrouver ici

Ce témoignage nous a été envoyé suite à la publication d'un autre témoignage. Si vous avez envie de raconter ce que vous vivez au travail, quelque soit votre métier, votre secteur d'activité, écrivez nous à l’adresse suivante : contact@violencedutravail.com 

Il n’y a pas de format pour témoigner, faites comme vous le sentez, écrivez nous avec vos mots ou racontez le nous.

Les témoignages sont anonymisés (sauf demande contraire). 

Pour lire d’autres témoignages c’est par ici : www.violencedutravail.com et sur le blog de médiapart : violencedutravail

Vous pouvez nous suivre sur :

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.