violencedutravail
www.violencedutravail.com
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Lien 1 avr. 2020

violencedutravail
www.violencedutravail.com
Abonné·e de Mediapart

Témoignage d'un médecin

«Au début de la crise sanitaire, les masques de protection du personnel soignant manquant cruellement, la direction de l’établissement de soins où je travaille a décrété que tout le monde est réquisitionné, continue à travailler, mais qu’il n y aurait pas de masques pour tout le monde...»

violencedutravail
www.violencedutravail.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.violencedutravail.com/2020/03/27/temoignage-dun-medecin/

Au début de la crise sanitaire, les masques de protection du personnel soignant manquant cruellement, la direction de l’établissement de soins où je travaille a décrété que tout le monde est réquisitionné, continue à travailler, mais qu’il n y aurait pas de masques pour tout le monde.

Ils ont notamment décidé que les brancardiers (les hommes qui transportent les malades au sein de l’établissement) et les femmes de ménage n’auront pas de masque, ainsi que les secrétaires et hôtesses d’accueil.

Or, les hôtesses d’accueil et les brancardiers sont en contact proche et étroit avec les malades infectés. Les brancardiers sont ceux qui les touchent, touchent leurs draps, les aident à s’installer sur le brancard puis sur les lieux d’examens ou dans leur nouvelle chambre, souvent en les portant. Les femmes de ménage s’occupent d’éloigner les déchets contaminés. Les hôtesses d’accueil les reçoivent lors de l’admission, leur parlent à proximité, partagent leur stylos pour signer les documents.

L’ensemble du personnel s’est vu interdit de porter des gants dans le but de se protéger  (et on leur a enlevé les gants quand on les croisait dans les couloirs ou dans les salles de réunion).

Il y a eu même des scènes terribles où des membres de la direction ont obligé les brancardiers à retirer les masques que les médecins et infirmières leur avaient donné de leur propre gré, désobéissant aux consignes officielles.

J’ai trouvé cette situation d’une violence inouïe : le personnel qui est au bas de l’échelle hiérarchique a été obligé de prendre un risque mortel, contraint d’obéir (sous peine de licenciement) à ses ordres absurdes et dangereux, sous prétexte qu’ils sont moins qualifiés et donc facilement “remplaçables”.

Profondément choqué par ces méthodes indignes, envers les travailleurs les plus vulnérables sur le plan économique, je souhaite apporter ce témoignage.

Violencedutravail.com

Merci pour ce témoignage qui fait suite à l'appel à témoignage sur les conditions de travail en cette période de pandémie, appel à témoigner que vous retrouverez sur le blog: https://blogs.mediapart.fr/violencedutravailcom/blog/260320/quand-la-violence-pandemique-demultiplie-la-violence-du-travail

"A l’heure où le covid-19 amène certaines populations à continuer à travailler coûte que coûte, où il est demandé à d’autres de faire du télétravail, à d’autres d’être en activité partielle et où le gouvernement réduit les droits des salariés, il nous paraît nécessaire de rendre visible ce qui se passe dans le monde du travail. Témoignez ! "

Si vous aussi vous voulez témoigner écrivez nous à contact@violencedutravail.com

 (Il n’y a pas de format pour témoigner, faites comme vous le sentez. Les témoignages sont anonymisés.)

Pour lire d'autres témoignages en ligne c’est sur www.violencedutravail.com et sur le blog de médiapart : violencedutravail.com

Nous sommes aussi sur facebook sur une page intitulée Violencedutravail  https://www.facebook.com/violencedutravail/

et sur twitter : https://twitter.com/ViolenceTravail

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza