voiseux.corentin
Entrepreneur social et écrivain
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 oct. 2020

Intégrisme et fanatisme : avons-nous vraiment la bonne approche?

Comprenons-nous vraiment l'intégrisme et les passages à l'acte meurtrier? Que pouvons-nous faire collectivement pour annihiler cette violence absolue?

voiseux.corentin
Entrepreneur social et écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'horreur.

La France ne compte plus les fois qu'elle aura fait l'emploi de ce qualificatif depuis 2015. C'est 2 à 3 attentats par an que nous avons à connaître depuis 2015. Avec à chaque fois un redoublement du degré de violence, d'épouvante et d'effet de sidération. C'est un encore un nouveau seuil de franchi lorsque c'est notre école républicaine qui est désormais attaquée de plein fouet. 

Face à cela, la réponse ne saurait être ni purement compassionnelle ni seulement sécuritaire, mais bien s'exercer à comprendre les ressorts et les déterminants du fanatisme pour y agir pleinement et vraiment. 

Mais qu'est-ce que le fanatisme? C'est là que les difficultés commencent. Car la définition qu'en donne un philosophe tel que Henri Péna Ruiz dans l'une de ses conférences interpelle : le fanatisme, c'est lorsque l'homme ne ferait qu'un avec ses convictions ou avec ses croyances métaphysiques. Pour faire simple : ce serait lorsque l'on ne peut plus dissocier l'homme des croyances qu'il porte. 

Le fanatisme commence donc avec ce que l'on appelle l'intégrisme : si vous attaquez ses croyances, c'est la personne elle-même que vous attaquez. Et alors comme cette offense ne peut obtenir de réparation devant les tribunaux, l'intégriste en vient à prendre les armes pour réparer par la violence l'outrage qu'il dit subir sur son "intégrité", et il prend alors le nom de fanatique. Les romantiques du XIXème siècle, façon Pouchkine ou Barry Lindon qui réglaient les querelles amoureuses dans des duels étaient d'une certaine façon des intégristes, mais ils avaient un code de l'honneur non écrit pour régler leurs différends.

Aujourd'hui, le discours dominant de la laïcité contemporaine incarné par Henri Péna-Ruiz qui consiste à dire : "tous ceux qui assimilent une croyance métaphysiques à leur propre personne sont des intégristes" tend donc à s'attaquer d'abord à l'intégrisme. 

 Mais c'est là confondre conviction et croyance, car l'une engage les idées d'un être séculier qui accepte de pouvoir se tromper, l'autre le sens de la vie de l'individu dans son ensemble qui en se trompant se tromperait de vivre. Le système de croyance de l'intégriste est une indispensable nécessité pour vivre, s'il s'écroule, c'est le sens même de sa vie qui s'écroule, et la violence au lieu de se porter d'abord contre soi-même a tendance à alors d'abord tendance à se décharger contre autrui.

 L'une des façons que nous avons en France de chercher à lutter contre l'intégrisme consiste donc, dans la tradition de Charlie Hebdo, à moquer les croyances pour leur faire "prendre du recul", les relativiser, les moquer et (donc les humilier aussi un peu disons le) en leur rappelant qu'elles ne sont que des convictions susceptibles de critique ouverte. 

Mais c'est là la trace d'un profond défaut d'empathie cognitive pour toutes les croyances, qui montre que nous faisons une lecture de notre laïcité avec un prisme athée et agnostique et non avec un prisme spirituel. Cette laïcité là dénue de toute spiritualité crée les possibilités de la propre violence que nous vivons aujourd'hui. 

Elle renie le concept même de croyance métaphysique qui contient une continuité et une identité entre l'homme et ses croyances qui a quelque chose d'un absolu incompréhensible pour un athée qui ne fait pas d'effort d'altérité. 

Si nous comprenons cela, alors nous comprenons que c'est une très mauvaise idée qui se retourne contre nous que de vouloir s'attaquer à l'intégrisme par l'intermédiaire des caricatures. C'est en reconnaissant, en respectant et en intégrant dans la conversation civique toutes les formes de croyance, que nous pourrons nous attaquer au fanatisme avec deux effets possibles à rechercher : 

- isoler les intégristes du reste de leur communauté comme disait Jean Baubérot qui doit être le principe de toute politique laïque.

- ou alors justement réinclure les intégristes dans la conversation civique, plutôt que de vouloir leur couper la possibilité de toute existence et ainsi les asphyxier et les conduire à la violence, leur reconnaître le respect et donc le droit à vivre avec leurs croyances, les exposer à leur tour à l'altérité plutôt que de les conduire à s'isoler toujours plus du reste de la société. 

L'une et l'autre de ces stratégies ne sont pas exclusive. Isoler puis réinclure. 

Enfin, le rôle de l'école n'est-il pas d'abord d'éduquer à la liberté de conscience et à l'éducation à l'altérité avant toute liberté d'expression? Le pré-requis du droit à la parole ouverte n'est-il pas d'abord de disposer de la faculté d'introspection et de jugement et de la capacité à mettre les justes formes à la critique que l'on veut énoncer?

Puissions-nous enfin changer de cap, ouvrir une nouvelle ère pour ne pas replonger dans cette spirale mortifère qui n'aura pour seul résultat que de faire couler encore les larmes et le sang et d'attiser la haine. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP