Face à l'intégrisme et au fanatisme, mettre du contenu dans l'EMC

Ce qu'il faut avant tout réarmer, c'est l'esprit de nos professeurs et celui de nos élèves. Et c'est cette culture civique et cette liberté de conscience en actes qui feront reculer au temps long l'intégrisme et le fanatisme. Tout le reste ne sera que provisoire et insuffisant.

L’espèce de "panique morale" qui s'est emparé du pays à la suite des attentats de Conflans est humaine, trop humaine. La recherche de bouc émissaires tout azymut, et la polarisation déjà forte entre deux camps irréconciliables se renforce en conséquence. C'est le "avec nous" ou "contre nous" qui s'impose, ne laissant plus aucune place à la nuance, à la prise de recul, et donc à une réponse en profondeur et sur le long-terme.

De nouveau l'action politique se retrouve piégée dans le présentisme permanent et Emmanuel Macron est définitivement devenu un homme politique comme les autres. C'est au demeurant ce que les fanatiques espéraient et ils l'obtiennent. "Ils ne passeront pas", et pourtant ils continueront à passer tant que nous nous contenterons de soubresauts répressifs ponctuels de plus en plus confus et désordonnés. 

L'intégrisme et le fanatisme ont des causes culturelles. Ils viennent occuper le vide métaphysique de tous ceux qui "ont besoin de se donner à quelque chose" comme disait la philosophe Weil mais ne trouvent nulle direction où diriger leur enthousiasme (ce qui signifie au sens grec du terme, "faire union avec son Dieu") de jeunes gens et leur demande de repères. Le travail ne remplit plus que très mal cette demande de sens, et la société moderne et son individualisme de déliaison produisent de l'anomie à tour de bras.

L'école, elle-même, a cédé du terrain. En témoigne ce tragique épisode. L'enseignement de "l'éducation civique et morale" est devenue une sorte de fourre-tout informe dénué de programme. Je me souviens de mes heures "d'EMC" au lycée : l'enseignante nous avait demandé de choisir une chanson et j'avais choisi "La Mauvaise Réputation" de Georges Brassens et j'avais pu librement discourir sur le contenu civique de cette chanson : la citoyenneté, c'était justement à mon sens l'individualité d'un esprit capable de raisonner par lui-même et de se tenir à distance du conformisme grégaire. 

Mais soyons-clairs : le contenu n'avait pas d'épine dorsale, et le programme était vague au possible, ce qui laissait l'enseignante dans la position de devoir improviser beaucoup pour ne pas dire tout le temps. 

Si nous voulons les mettre en sécurité, ce n'est pas de policiers aux portes des collèges dont nos professeurs ont besoin, mais d'un véritable programme scolaire sur cette matière. Plutôt de de discuter à l'infini de sémantique, de s'il faut parler "instruction" ou "enseignement", définir l'objectif pédagogique : enseigner la liberté de conscience. Faire une histoire du fait et de la pensée laïque dans le monde. Puis s'assurer que chaque élève puisse jauger si ses croyances ont été développées de façon libre, c'est à dire affranchi des influences familiales et de la pression sociale. Renforcer les consciences individuelles de cette liberté là, première devant toutes les libertés de l'esprit, car elle suppose raisonnement personnel, introspection, autonomie de jugement.  Distinguer ce qui fait l'objet d'une croyance librement contractée de celle dont nous héritons sans réfléchir. Qu'est-ce que l'intégrisme, qu'est-ce que le fanatisme? Discuter du dialogue entre les citoyens : comment échanger et même exprimer des différences de croyance tout en se respectant? Qu'est-ce qu'une conviction et qu'est-ce qu'une croyance? Qu'est-ce que le respect? Qu'est-ce que l'offense? Comment formuler une critique? Qu'est-ce que la satire?  Comment faire face à un intégriste? Qu'est-ce qu'une secte et qu'est-ce qu'une religion? Qu'est-ce qu'une dérive sectaire? Qu'est-ce qu'un citoyen?

Ce qu'il faut avant tout réarmer, c'est l'esprit de nos professeurs et de nos enseignants et celui de nos élèves. Et c'est cette culture civique et cette liberté de conscience en actes qui feront reculer au temps long l'intégrisme et le fanatisme. Tout le reste ne sera que provisoire et insuffisant.

Corentin Voiseux 

Auteur de L'Âme de la République : https://www.librinova.com/librairie/corentin-voiseux/l-ame-de-la-republique

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.