VpourVendredi
Ingénieur
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 avr. 2021

La gauche (dés)unie

Déjà désolé du retard, on est sur un VpourDimanche, mais bon … Enfin dans tous las cas, on parle beaucoup d’union de la gauche ces temps-ci. D’ailleurs, je ne sais pas si vous avez noté, et c’est assez rigolo (ha, ha… ahem), quasiment tous ceux qui veulent l’union de la gauche la veulent autour d’eux.

VpourVendredi
Ingénieur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mais du coup, c’est quoi la gauche ? Enfin, plus exactement, c’est quoi les gauches ? Parce que bon, en vrai il faut quand même le dire, fut un temps, pas tout a fait révolu, où il fallait une encyclopédie pour distinguer les factions de cette brave gauche, et un microscope pour en distinguer les différences. Et c’est pas tellement révolu, en fait. Mais on va essayer de prendre un chouïa de hauteur, et d’étudier la substantifique moëlle des gauches, comme celle des droites fut habilement étudiée, voilà quelques temps.

A tout seigneur, tout honneur, les sociaux-démocrates. Ils se sont rêvés la preuve que l’économie de marché mondialisée à visage humain pouvait avoir une réalité, ils sont, en fait, ce qui est resté collé sur la paroi, lorsque la gauche s’est fracassée la tête la première sur le mur de l’argent. Incarnation vivante de l’impératif contradictoire, le social-démocrate est intimement convaincu que le changement dans la continuité est possible. Il croit dans la responsabilité sociale des entreprises, le réformisme, la flexisécurité et la finance verte. Il croit dans la moralisation du capitalisme, l’économie sociale de marché, mais aussi dans la nécessaire réduction de la dette et la responsabilisation des individus. Il croit qu’en consommant mieux, plus local, plus circulaire, à l’échelle de chacun, en partageant les pétitions et en votant, le système fournira de marginalement meilleures conditions de vie à tous dans les limites du possible. Et que ce sera pour le mieux. Il croit, comme Liebnitz, que nous sommes dans le meilleur des systèmes possibles, que tout pourrait aller mieux pour toutes les minorités si chacun faisait un petit effort. C’est un grand croyant. Mais il est par-dessus tout persuadé d’être le seul raisonnable, responsable, et qu’à terme et qu’en dernière analyse, il n’y a pas d’autres alternatives. En un mot comme en cent, le social-démocrate est chiant.

Ensuite, et comme il lui fait souvent contrepoids, vient le souverainiste réindustrialisateur. Son idéal, c’est les Trente Glorieuses, voire, pour les plus extrêmes, le programme du CNR. Il a son drapeau français, évidemment made in France, son couteau Laguiole fabriqué dans le patelin du même nom, passe ses week-ends dans les plus beaux villages de France, et s’enorgueillit de se chauffer au nucléaire. Il considère, évidemment, que la France a été bradée, à vil prix, aux requins banquiers de la finance oligarchique internationale, que l’Union Européenne est une bride sur le cou du cheval fougueux de la France, cet étalon de créativité et de productivité. Il veut des voitures issues du capitalisme hexagonal, équipées de pneus issus du capitalisme hexagonal pour rouler sur des routes construites par le capitalisme hexagonal permettant d’aller faire ses courses dans des marchés de producteurs français. Et tant pis pour le reste du monde, après tout, c’est eux que ça regarde. Quelqu’un a dit minorités ? … Ah, non, personne.

Et quand il a le spleen, le souverainiste réindustrialisateur regarde du côté de son grand père, le communiste productiviste. Espèce en voie de disparition depuis le Programme Commun, se rencontrant principalement dans les EHPAD et à la fête du l’Huma, entre Renaud saoul et Pierre Laurent seul, le communiste productiviste se souvient des jours glorieux. Le Front Populaire, Jacques Duclos, Maurice Thorez, Georges Marchais pour les plus frais. L’échec du bloc de l’Est, la conversion de la Chine au communisme, Robert Hue… Il a tout pris dans la gueule, et il a continué. Il croit dans la lutte des classes, les petits matins radieux de la révolution prolétarienne, et, les bons jours, la collectivisation des moyens de production. Il était probablement en vacances ces cinquante dernières années (ou dans l’éducation nationale, ce qui est assez équivalent). Mais il conserve une certaine aura romantique, comme une photo sépia… Peut-être sera-t-il ressuscité en filtre Instagram ?

Suite, bien évidemment, au prochain épisode ! Et sans teasing, il y aura, en guest star, le déconstructiviste (dis moi d’où tu parles, et je te dirais qui tu es… du coup ton discours importe peu, en fait, et tais-toi s’il te plaît). Et, naturellement, son ami l’écologiste alarmiste (la salut de la planète et de l’âme par le yoga, les AMAP et l’attractivité croissante des métropoles). Et puis, parce que bon, on essaie un peu ici aussi de ne pas énumérer pour la beauté du geste, on essaiera de discuter chiffre et union.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine