VpourVendredi
Ingénieur
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2021

La génération Z’

Un grand penseur (un vrai cette fois), partait du principe que le poisson pourrit par la tête (avant de donner son nom à des virée alcoolo-culturelles dans toute l’Europe, mais ça, c’est une autre histoire). Et naturellement, forts de cette sagesse ancestrale, nous allons non pas faire de la biologie, mais (évidemment) parler élites.

VpourVendredi
Ingénieur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ou pas, en réalité. Car avant ça, il convient de se clarifier un peu les idées. Déjà, en premier lieu, posons le périmètre de l’analyse, la fonction publique. En son sein, et pour en faire une découpe à la serpe, trois grandes catégories (je vais en faire hurler beaucoup, mais tant pis). Premièrement, avec les guillemets qui vont bien, les fonctionnaires du rang. Formés dans des écoles dédiées, ils constituent ceux qui font le travail de terrain, au quotidien. Professeurs, infirmières, policiers, employés, … Ils constituent un groupe, certes disparates socialement, économiquement, géographiquement, … mais qui partage le fait qu’ils sont rarement en position hors démarche groupée, d’influencer les politiques de leur administration. En second lieu, et pour le plaisir du cliché, les énarques, issus de l’énarchie triomphante. Adeptes, bien souvent, des passerelles entre public et privé, profitant des ors de la République, ils sont les décideurs de la fonction publique (cace-dédi à mon poteau JMB ! – blague, je précise).

Bon, du coup nous sommes condamnés à ce manichéisme, à cette dualité yin/yang en forme de haut/bas ? Bien évidemment non. En effet, en troisième lieu, nous avons les cadres de l’administration centrale. D’ordinaire issus d’écoles plus généraliste, ou de l’ENA (dont ils forment en réalité les gros bataillons, mais considérablement moins médiatisés que leurs collègues plus télégéniques qui gravitent dans les hautes sphères), ils constituent l’ossature des directions ministérielles ou interministérielles, des administrations. Même s’ils ne sont que rarement amenés à réaliser du travail de terrain, ils sont chargés de décliner opérationnellement des directives parfois apparemment tout droit tombées de la stratosphère, et de planifier les choses de sorte que tout se passe bien. Et comme tous ceux qui sont chargés de faire en sorte que les choses tournent, personne n’en parle jamais.

Bon, cette découpe en trois est fort sympathique, elle permet d’employer des mots comme déclinaison opérationnelle au premier degré et sans ironie, ce qui est toujours cool, mais en soi, elle n’a que peu d’intérêt. Plus intéressant, en revanche, est le constat de désaffection actuel pour la fonction publique. En un mot comme en cent, la carrière de fonctionnaire ne fait plus rêver. Les raisons en sont simples et multiples.

La perspective d’un emploi à vie dans la même entité, ou presque, d’une carrière bien tracée, d’une stabilité advienne que pourra, tout ça n’attire plus tant que ça, en ces temps d’individualisme, de volonté d’unicité, de parcours personnalisé. En parallèle, une certaine forme de soft power américain, mais pas que, promeut depuis un paquet de décennies l’idéal de la réussite individuelle, du self-made-man qui construit seul son entreprise, et l’a rendue indissociable de l’esprit d’aventure et de l’innovation à l’opposé d’un secteur public vu comme ennuyeux, plan-plan, sans relief. Enfin, bien évidemment, si les conditions salariales et sociales d’un emploi de fonctionnaires pouvaient sembler attractives (et elles l’étaient) il y a un demi-siècle, c’est loin d’être le cas aujourd’hui. Dans certaines villes, les salaires d’entrée ne suffisent même plus à se loger décemment. Entre ça, et une sous-dotation chronique en moyens humains, financiers et matériels, seuls les plus acharnés, ou ceux chez qui la vocation est la plus forte survivent. Et encore une fois, je n’invente rien, une pléthore de témoignages issus de tous les secteurs (éducation, hôpital, police, …) l’ont dit, redit et répété avant moi, avec plus de force, de vigueur et d’authenticité.

Du coup, entre une désaffection pour la fonction publique ‘de base’, et un rejet des élites issues des formations publiques, car déconnectées, et à l’occasion légèrement corrompues, quel salut possible ? Il convient déjà de constater que si ces élites autoproclamées ont choisi la fonction publique, elles ne l’ont pas fait par goût du bien commun, mais plutôt pour l’exposition médiatique et le réseau que cela conférait, voilà pourquoi tant ‘passent au privé’.

Mais si l’on s’intéresse, du coup, à notre troisième catégorie, les sans-grade des élites, ceux qui sortent des écoles d’administration en milieu fin de classement, ou pire, ceux qui n’ont pas fait l’ENA, mais les IRA. On constate qu’eux, à la différence des majors de promo, et autres bottes, correspondent en fait à la mission initiale de ces écoles de former l’administration de l’état. Et on constate également, avec une certaine surprise, un certain attachement au bien commun, un sens de la mission, une volonté d’œuvrer pour tous, et non pas simplement pour eux. En d’autres termes, si la proportion de ceux qui visent l’ENA, l’inspection générale des finances ou la Cour des Comptes pour se faire une place au soleil (appelons les les Emmanuels, tiens) elle ne change pas, les autres, eux, s’attachent à une idée du bien commun.

Ce qui fait, du coup, de la suppression de l’ENA, à la fois un coup de communication sans réelle finalité (ce qui, soyons honnêtes, connaissant le gouvernement n’a rien de surprenant), mais aussi une double connerie. Une connerie parce que cela décourage ceux, majoritaires, qui visaient réellement le service public, et qui devront maintenant passer par des débouchés plus dévolus au privé. Une connerie également parce que cela prive l’Etat d’un vivier d’administrateurs compétents dont il a bien besoin, le condamnant à recruter au sortir notamment d’écoles de commerce…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND