VpourVendredi
Ingénieur
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 avr. 2021

Les typologies du vote de gauche, bis repetita

Il ne me semble pas que l’on ait fait, la semaine dernière, le tour de la gauche (un peu comme le tour de France, mais avec un col Mao au lieu du col de la Loze). Du coup c’est reparti pour un complément de panorama. Et qu’est ce qui empêche ces braves gens de s’unir ? Oh dieux, bien des choses en somme (reconnaisse qui pourra).

VpourVendredi
Ingénieur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Donc effectivement, nous nous sommes promenés la semaine dernière sur les décombres de la gauche de gouvernement, de son pendant socialiste (social-démocrate, social-réaliste ou social-traître, c’est selon) qui nous a offert d’aussi inoubliables leaders que François Hollande, Jacques Delors ou Laurent Joffrin (inoubliables, on a dit) jusqu’à son pendant communiste (depuis le Kremlin jusqu’à la mairie de Villejuif, plus qu’un parti, un concept). Et ce, évidemment, en passant par leur rejeton, le souverainisme de gauche, fièrement défendu par le lion de Belfort (Chevènement), même si la crinière de ce dernier s’est quand même un peu déplumée.

Mais trêve d’énumération passéiste et rétrograde. Le modernisme est en marche, incarné par le pendant, le produit de la décroissance radioactive inéluctable du communisme. Celui qui l’a remplacé dans son habitat naturel, le groupuscule d’extrême gauche. J’ai nommé le déconstructiviste. Il a troqué l’égalité pour l’intersectionnalité, voit dans le positionnement assumé, exigé, meaculpé de l’individu la clé d’une société plus juste et pense que mettre les hommes dans des cases est d’une pertinence inversement proportionnelle à la taille de la case. Le déconstructiviste déconstruit (normal, me direz-vous, c’est dans le nom). Effectivement, mais tout. Il part du principe que celui à qui il s’adresse, s’il ne partage pas ses opinions, a tort. Non pas du fait de ce qu’il pense (haha, cette blague, je me gausse… ahem), mais par ce qu’il est. Le déconstructiviste exècre les vieux blancs, d’ailleurs, pour faire mieux, on peut même dire vieux mecs blancs, ou vieux mâles blancs, il ne reconnait ni liberté, ni libre arbitre, voit en tout et dans tout le produit d’une société quintessentiellement inégalitaire (ce qui, blague à part, est très loin d’être aussi con que je le fais paraître). Pour autant, sur l’autel de l’égalité des luttes, le déconstructiviste ne voit pas ce qu’il pourrait y avoir d’intéressant, de pertinent, voire, soyons fous, de logique à reconnaître que le capitalisme est une matrice structurelle des inégalités (mais j’arrête, je suis céciphobe, je me moque des aveugles). En bref, il est permis de penser que le déconstructiviste finira un jour par se déconstruire lui-même. Et à dire vrai, pas certain que la lutte pour l’égalité s’en porte plus mal.

Enfin, last but not least, comme dissent nos amis british (haha, la gauche britannique, je me re-gausse…ahem). J’ai nommé l’écologiste alarmiste. The end is near, les amis (beaucoup d’anglais ici… enfin). Le péril climatique est là, c’est bientôt, c’est demain, c’est dans une heure, j’espère que vous avez pris votre café et êtes passés aux toilettes d’ailleurs, c’est tout de suite en fait. Mais l’écologiste alarmiste peut nous sauver. Comment, me direz-vous ? Par des actes politiques pertinents et sensés sur le long terme visant à rendre aux dirigeants élus un vrai pouvoir de décision ? Par une réflexion scientifique, logique et rationnelle sur l’avenir que nous voulons, la façon dont la technologie pourrait permettre d’y accéder via une politique industrielle cohérente ? Haha (je me re-re-gausse, il faut décidément que j’arrête). Non, par de belles incantations, un mépris de la compétence scientifique, la responsabilité sociale des entreprise, l’autonomisation des individus et, et et un peu de yoga, quand même (il est bon d’avoir le colon souple). Enfin, je ne vais pas vous faire, du 100 % renouvelables à la plantation d’arbres en ville jusqu’au SUV électrique le bréviaire de l’écologiste alarmiste, vous m’avez compris. Ce dernier voit la tempête qui s’annonce (c’est son mérite), et cours se réfugier dans la maison en paille (#TroisPetitsCochons4Ever). Le fait de croire dans le réchauffement climatique ne dispense pas de réfléchir, et j’entends évidemment par réfléchir, raisonner. Scientifiquement. Désolé.

Bon, et bien voilà pour notre tour d’horizon… Rien de fou… Soupesons les choses à la louche, quelque chose comme 10 à 15% de socio-démocrates, un gros 5% tout mouillé de souverainistes et de communistes, peut être la même de déconstructivistes, et quoi, allez, un 10% d’écologistes. Taillé à la serpe, ça peut nous faire un 30% au premier tour de la présidentielle (allez paf, une tarte à la crème, disons que c’est en mémoire de Manuel Valls). Rien d’inenvisageable à avoir une gauche au second tour, donc. Mais ça, c’est si quelqu’un arrive à faire voir à ces braves gens que bon, les lignes rouges là, et bien, en fait, elles sont peut-être rose pâle, en fait. Et pour ça, on est pas encore sorti des ronces.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Journal — Parlement
Les macronistes et LR préfèrent les amendes à la parité
Moins de femmes ont été élues députées en 2022 qu’en 2017. Plutôt que respecter les règles aux législatives, des partis ont préféré payer de lourdes amendes : plus de 400 000 euros pour Ensemble, et 1,3 million pour Les Républicains, selon nos calculs. Certains détournent aussi l’esprit de la loi.
par Pierre Januel
Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch