mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart ven. 30 sept. 2016 30/9/2016 Édition de la mi-journée

RAPPEL : NON A BELO MONTE

Rappel du billet de JJMU


Non à Belo Monte: appel à mobilisation le samedi 20 août

 

11 Août 2011 Par JJMU

 

 

Le monde entier se mobilise pour faire barrage à la mort programmée du cœur de la forêt amazonienne.

 

raoni2.jpeg


 

samedi 20 août · 15:00 - 18:00


Parvis des droits de l'Homme, place du Trocadéro, Paris

 

Soutenue par France Libertés, Survival France, la Fondation pour la Nature et l'Homme et l'ONG américaine Amazon Watch, une manifestation se tiendra le samedi 20 août 2011 de 15h à 18h sur le parvis des Droits de l'Homme (Trocadéro) à Paris. Soyez nombreux à venir demander l'abandon définitif du projet Belo Monte, la suspension de tout autre projet de barrage en Amazonie allant à l'encontre du respect des droits des peuples autochtones et de la biodiversité et la recherche d'une alternative énergétique non destructrice pour l'environnement.

L’enjeu est planétaire, comme l’explique le célèbre Chef kayapo Raoni, dans une pétition destinée à l’opinion internationale (http://raoni.fr/signature-petition-1.php) et signée par les plus grands tribuns indigènes du Brésil. Ceux-ci multiplient les manifestations depuis quatre ans, depuis que le projet Belo Monte, pourtant annulé en 1989 après une bataille féroce, a été ressorti des cartons. Prévu pour être le troisième plus grand complexe de barrages au monde, Belo Monte ouvrira une gigantesque brèche dans laquelle s’engouffreront bien d’autres projets similaires (16 de même envergure, ainsi que 120 autres, plus modestes, pointent déjà le bout de leur nez).

Selon les nombreuses études d'organismes indépendants, ce méga-barrage aurait un impact écologique dramatique sur l'environnement, une analyse confortée par le constat des destructions irréversibles causées de façon systématique par les méga-barrages déjà opérationnels aux quatre coins du globe. Cette fois, c'est le cœur de la forêt amazonienne (communément surnommée "poumon de la Terre") qui est directement menacé. Cette immense zone indigène, à cheval sur les états du Pará et du Mato Grosso, est pourtant légalement protégée.

Les gouvernements successifs des présidents Lula Da Silva et Dilma Rousseff ont de ce fait délibérément bafoué à plusieurs reprises la Constitution brésilienne et la Déclaration sur les droits des peuples autochtones des Nations Unies, qui affirment notamment que tout projet ayant un impact sur des territoires indigènes doit s'établir en concertation avec la population y vivant. Alors que des solutions alternatives utilisant les énergies renouvelables existent et que son efficacité est mise à mal, le projet Belo Monte est censé apporter la preuve, aux yeux du reste du monde, du rayonnement économique et de l'autonomie énergétique du Brésil, pays hôte de la Coupe du monde de football en 2014 et des JO en 2016. Ces échéances expliquent l'accélération des procédures légales de validation, étalées généralement sur de très longues années. Ainsi le projet Belo Monte a-t-il été définitivement entériné par l’Institut brésilien de l’Environnement (IBAMA) le 1er juin 2011.

Il y a deux ans vous aviez été près de 11000 à participer à la cyber @ction pour demander l'abandon du projet

http://www.cyberacteurs.org/archives/archive.php?id=265

Nous vous proposons de vous joindre à la mobilisation internationale du 20 aout.

merci de votre mobilisation à leur côté

 

Alain

,__o Alain UGUEN Association Cyber @cteurs

_-\_<, votre souris @ du pouvoir

(*)/'(*) http://www.cyberacteurs.org

 

>>> COMMENT AGIR ?


> signer en ligne

 

http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/presentation.php?id=347

> signer par courriel

C'EST FACILE : A VOUS DE SUIVRE LES 6 ETAPES SUIVANTES :

1- Copiez LE TEXTE À ENVOYER ci-dessous entre les ############

2- Ouvrez un nouveau message et collez le texte

3- Signez le : prénom, nom, adresse, ville

4- Rajouter l'objet de votre choix :

Non au barrage de Belo Monte

5- Adressez votre message aux adresses suivantes :

cyberacteurs@wanadoo.fr

 

politico@bresil.org

protocolo@planalto.gov.br

Cliquer ici mais vérifiez bien que les adresses ne sont pas coupées :

<

mailto:cyberacteurs@wanadoo.fr;politico@bresil.org;protocolo@planalto.gov.br

>

ou ici

<

mailto:cyberacteurs@wanadoo.fr,politico@bresil.org,protocolo@planalto.gov.br

>

Vérifiez que les adresses apparaissent bien

6- Envoyez le message

Par cette action, vous ferez connaître votre opinion à la Présidente de la République du Brésil, à son ambassadeur à Paris, et à Cyber @cteurs pour nous permettre d'évaluer l'impact de cette action.

############

Prénom, Nom

Profession :

Adresse :

code postal Localité :

Je soutiens le Chef Raoni et les populations indigènes du Xingù et demande l'abandon définitif du projet de barrage de Belo Monte.

 

AUTRE PETITION MEME AMAZONIE :

 

Incroyable! Plus de 750 000 signatures -- atteignons un million à temps pour soutenir de gigantesques marches pour la protection de la forêt dans tout le Brésil. Faites suivre ce message à tout le monde!
Chers amis,

1382_1359_Deforestation-Amazon-1024x667_
L'Amazonie est en grand danger. Le Sénat brésilien s'apprête à adopter une loi qui affaiblirait dangereusement la protection de ce trésor mondial. Mais dans quatre jours les peuples indigènes organisent des marches dans tout le Brésil appelant à l'arrêt de la destruction. Soutenons-les en en faisant une marche mondiale pour sauver l'Amazonie.


Signez la pétition

L'Amazonie est en grand danger. Le Brésil s'apprête à démanteler ses lois de protection des forêts. Si nous n'agissons pas maintenant, de vastes étendues du poumon vert de notre planète pourraient subir une déforestation massive et dévastatrice.
Cette menace sur la forêt amazonienne a provoqué la colère générale et des manifestations dans tout le pays, et la tension monte. Pour faire taire tout détracteur, des voyous armés suspectés d'avoir été embauchés par des exploitants forestiers, ont assassiné des défenseurs de l'environnement. Mais la mobilisation redouble: dans quatre jours, de courageux militants indigènes organisent de gigantesques marches partout au Brésil pour demander des actes. Des sources internes indiquent que la Présidente Dilma envisage d'opposer son veto aux modifications du code forestier.
79% des Brésiliens soutiennent un tel veto à ces changements, cette pression intérieure conduit certains membres du gouvernement de Dilma à appuyer à leur tour cette option. Mais nous avons besoin d'un tollé international en solidarité avec le peuple brésilien pour forcer la main à Dilma. Les chiffres de notre pétition mondiale figureront en évidence sur des banderoles en tête de cortèges massifs pour la protection de l'Amazonie. Allons jusqu'à un million et SAUVONS L'AMAZONIE! Signez la pétition urgente ci-dessous et faites-la suivre à tous vos proches.
http://www.avaaz.org/fr/save_the_amazon_b/?vl
Les gens aiment le Brésil ! Le soleil, la musique, la danse, le football, la nature -- c'est un pays qui inspire des millions de personnes autour du monde. C'est pourquoi le Brésil accueillera la prochaine Coupe du Monde et Rio organisera les Jeux olympiques de 2016 et le Sommet de la Terre l'année prochaine, une réunion visant à stopper la mort lente de notre planète.
Notre amour pour ce pays n'est pas déplacé -- l'Amazonie brésilienne est indispensable à la vie sur terre. 20% de notre oxygène et un cinquième de l'eau douce de toute la planète proviennent de cette magnifique forêt. Voilà pourquoi il est capital que nous la protégions.
Mais le Brésil, c'est aussi un pays qui se développe rapidement, qui se bat pour sortir des dizaines de millions de personnes de la pauvreté, et la pression mise sur ses dirigeants politiques est intense pour que soient autorisées les pratiques lucratives de déforestation et d'exploitation minière. Ils sont à présent à deux doigts de céder sur les protections environnementales. Les militants locaux se font assassiner, intimider ou réduire au silence. C'est aux membres d'Avaaz autour du monde de s'exprimer avec les Brésiliens et d'appeler les dirigeants politiques brésiliens à se montrer fermes.
Beaucoup d'entre nous ont vu dans nos propres pays comment la croissance se fait souvent au détriment de notre patrimoine naturel, et ont constaté la pollution de l'eau et de l'air, la destruction de nos forêts.
Pour le Brésil, il existe une alternative. Le prédécesseur de Dilma a réduit massivement la déforestation et a bâti la réputation internationale du pays comme leader environnemental, tout en profitant d'une croissance économique colossale. Unissons-nous dès maintenant, alors que les militants indigènes et pro-environnement descendent dans la rue, et exhortons Dilma à continuer dans cette voie -- signez la pétition pour sauver l'Amazonie, puis faites suivre ce message à tous:
http://www.avaaz.org/fr/save_the_amazon_b/?vl
Au cours des 3 dernières années, les membres d'Avaaz au Brésil ont fait des pas de géant vers le monde que nous voulons tous : ils ont obtenu une législation anti-corruption qui fera date; ils ont fait pression sur leur gouvernement pour qu'il joue un rôle clé à l'ONU, intervienne pour soutenir la démocratie au Moyen-Orient et protège les droits humains en Afrique et au-delà. A présent, alors que les militants brésiliens sont tués pour protéger ce patrimoine mondial crucial, mobilisons-nous autour de cette journée d'action décisive pour sauver l'Amazonie et faire du Brésil un véritable leader international une fois de plus.
Avec espoir,
Emma, Ricken, Alice, Ben, Iain, Laura, Graziela, Luis et toute l'équipe d'Avaaz
PLUS D'INFORMATIONS:
Brésil : forêts menacées, populations en danger, Coordination Sud:
http://www.coordinationsud.org/actualite/bresil-forets-menacees-populations-en-danger/
Amazonie: le Brésil ouvre les vannes de la déforestation, Le Point:
http://www.lepoint.fr/monde/amazonie-le-bresil-ouvre-les-vannes-de-la-deforestation-25-05-2011-1335047_24.php
Brésil: 6e paysan assassiné en Amazonie en pleine réforme du code forestier, Romandie/AFP:
http://www.romandie.com/news/n/_Bresil_6e_paysan_assassine_en_Amazonie_en_pleine_reforme_du_code_forestier150620111906.asp
La majorité des Brésiliens rejettent l'assouplissement du code forestier (résultats du sondage en anglais):
http://news.mongabay.com/2011/0611-amazon_code_poll.html
Amazonie : le recul du Brésil face à la déforestation, Maxisciences:
http://www.maxisciences.com/d%E9forestation/amazonie-le-recul-du-bresil-face-a-la-deforestation_art14874.html
Vague de violences meurtrières sur fond de conflit agraire en Amazonie, Euronews:
http://fr.euronews.net/2011/06/17/vague-de-violences-meurtrieres-sur-fond-de-conflit-agraire-en-amazonie/
Plus de 90% des forêts tropicales "mal gérées, voire pas du tout", AFP:
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gPv5VT7Dor6VoytuIoQwqclGFG5Q?docId=CNG.a0b3fa7d0b116e606934ce1926a4a9fd.401

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

@Bob, watayaga,

je connais bien le Brésil Bob depuis fort longtemps, depuis le temps des généraux et des escadrons de la mort, et je suis d 'accord avec l'analyse que tu fais de Lula et de son gouvernement de coalition. Tout à fait d 'accord

Quant a Belo Horizonte et Xingu- que je connais bien j'y étais encore il y a peu -je ne peux que ré-affirmer ici ce que disait Ana Maria à qui j'ai fait suivre tes commentaires. Elle a toujours fait partie des forces de l'opposition y compris à Lula, qui la reçut, et si elle dit qu'il y a un bilan avantage/bénéfice positif pour le Brésil sa Liberté et son indépendance j'ai plutot tendance à la croire la sachant tenace, fine, informée . Je ne crois pas que nous soyons ici dans le cas classique d'investissements  de pillage. J'ai passé grande partie de ma vie à les dénoncer. Je peux me tromper je ne connais pas le dossier. Mais évitons, si faire se peut, de tout mélanger, de crier aux loups dés qu'une fourrure apparait. La présence des banques européeennes ne dit rien d'autre que leur présence. Sont -elles majoritaires? ont -elles droit de regard sur le projet? Nous ne sommes pas dans le cas de figure du rachat de la Compagnie d'électricité brésilienne mais dans un cofinancement d'un barrage. Toiut barrage est, nous le savons, disparition.  Quid des villages disparus  dans la région de Castellane? Des groupes - pas des ethnies mais des groupes vont ils être touchés? certainement. Mais il n'y a aucune sanctuarisation possible, aucun enfermement dans une muséologie  ethnographique. Les indiens effectivement ne vivent pas en dôme. Ni aujourd'hui ni hier. Et, historiquement le Brésil a été le premier Etat à se préoccuper du respect du aux indiens. Random. J'ai travaillé sur -et avec- les indiens dans le Brésil du début du siècle, sur l'épopée du caoutchouc et des seringueros qui fut l'époque de leur dédomisation scélérate.110 ans aprés, 106 ans aprés le traité de Manaus, les choses ont changé.

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

Le blog

suivi par 63 abonnés

Par des sentiers oubliés et novateurs

À propos du blog
“Que celui qui combat les monstres prenne garde dans sa guerre à ne pas devenir un monstre lui-même. A force de plonger trop longtemps dans l’abîme c’est l’abîme qui entre en vous.” Nieztsche