WattMan
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 avr. 2021

WattMan
Abonné·e de Mediapart

WattGate ou comment continuer à tromper le consommateur en toute tranquillité

En ne respectant pas l'obligation du Règlement (UE) 2015/1188 de fournir l'information de la puissance thermique sur leurs sites internet, les fabricants de radiateurs électriques ou leurs importateurs peuvent tromper le consommateur qui ignore que, aujourd'hui, la puissance indiquée sur l'emballage et la plaque signalétique peut notablement différer de la puissance thermique.

WattMan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nota du 23 octobre 2021 : ne partez pas sans lire mon 2ème billet → surprise garantie

En préambule, un brin de technique : un radiateur électrique n’a qu’une fonction simple : chauffer. Il le fait même très bien car il ne sait pas faire autre chose : l'énergie électrique consommée est transformée en énergie thermique avec un rendement de 100 %. Par exemple, un radiateur électrique d'une puissance électrique de 1000 Watt fonctionnant en position Max pendant une heure consommera une énergie de 1 kWh en ayant fourni une énergie thermique de 1 kWh.

Cette explication relative à l'énergie a conduit depuis longtemps à ne mentionner dans les caractéristiques d'un radiateur que le terme "puissance", sans les qualificatifs électrique ou thermique :

  • Sur la plaque signalétique de l'appareil, ce n'est pas écrit mais il s'agit de la puissance électrique. Cette information est obligatoire pour le raccordement de l'appareil à l'installation électrique du logement.  
  • La puissance calculée, nécessaire pour le chauffage d'une pièce, s'exprime souvent en Watt par m2 : il s'agit de la puissance thermique.

La puissance thermique d'un radiateur est fondamentale :

  • Si elle est insuffisante, la température de la pièce va diminuer au fur et à mesure que la température extérieure diminue. Vous n'arrivez plus à compenser les déperditions thermiques.
  • Elle permet un augmentation rapide de la température de la pièce lorsque vous augmentez la consigne.

Je vous en parle aujourd'hui suite à une mauvaise surprise survenue après l'achat récent d'un radiateur électrique. J’ai découvert, à la lecture de sa notice papier, chapitre « Informations techniques et légales », la valeur de sa puissance thermique de 1 140 W. "Comment cela ? J'ai acheté un radiateur de 2000W. C'est écrit partout."
Je consulte la notice sur le site internet du vendeur : stupéfaction, le document est identique sauf qu’il manque les 3 pages d’informations techniques et légales où figurent les informations de puissance thermique. 

"Mais qu'est-ce que c'est que ce binz ?"

Après investigation, je découvre le Règlement (UE) 2015/1188 qui, à compter du 1er janvier 2018, a rendu obligatoire, pour les dispositifs de chauffage décentralisés électriques, la fourniture, sur les manuels d’instruction et les sites internet des fabricants, de leurs mandataires et des importateurs, des informations relatives à la puissance thermique.

Je décide de mesurer la puissance thermique de mon nouveau radiateur. Je mesure le courant et la tension en le mettant sur la position maximale (29°) : 8,5 A et 240 V soit 2040 W électrique. Mais, en attendant un peu, je constate qu'il fait en permanence des cycles de 2 fois 40s : 40 s On et 40 s Off. Cela nous fait un bilan moyen de 1020 W, soit seulement la moitié de ce que je pensais en achetant un radiateur de 2000 W. Je suis scandalisé.

La supercherie (dans le cas de ce radiateur) consiste à afficher des Watt électriques sans expliquer qu’ils ne sont disponibles que la moitié du temps.

"Ils vont voir de quel bois je me chauffe. Ils vont me rembourser !!! Oui, mais pour acheter quel radiateur ? ? .Comment éviter de me faire avoir une seconde fois". J'ai donc décider d'évaluer l'ampleur de ce scandale.

Mon enquête a porté principalement sur des radiateurs horizontaux, si possible de 2000W, issus des sites internet de grandes surfaces de bricolage et de comparatifs. Pour chacun des 135 modèles (32 marques), dont les prix varient entre 48 € et 990 €, j'ai recherché l'information de la puissance thermique dans les notices. Voici la synthèse :

© WattMan

Explications du tableau :

  • Ok : la puissance thermique du modèle est égale à sa puissance électrique.
  • Ko : la puissance thermique du modèle est inférieure à sa puissance électrique. En moyenne, la différence est de 37 % (minimum 20 % et maximum 73%).
  • ? : la notice ne donne pas l'information de puissance thermique ou est "introuvable", y compris  sur le site du fabricant.

Voici le détail par modèle

et les valeurs de puissance thermique des modèles Ko

(pdf, 67.3 kB) © WattMan

Conclusions de l'analyse :

  • Pour 36 % des modèles il est impossible de connaître la valeur de la puissance thermique : non respect du règlement (UE) 2015/1188
  • 41 % des modèles "prix inférieur à 280 €" et "puissance thermique connue" ont une puissance thermique inférieure à la puissance électrique

De formation "ingénieur en électricité", j'ai cherché à comprendre les raisons qui ont pu conduire à concevoir ce type de radiateur, dont le mien. Si le design d'un radiateur ne supporte pas de fonctionner plus de la moitié du temps du fait de sa limite d'échauffement, pourquoi ne pas le faire fonctionner tout le temps mais avec une puissance réduite de moitié ? D'autant plus que c'est très facile : il suffit de doubler la valeur de sa résistance de chauffage. Le radiateur fournit alors la même puissance thermique et avec ce fonctionnement permanent, il a aussi une puissance électrique réduite, égale à sa puissance thermique Qu'est ce qui ne va pas dans ce raisonnement ? Ce radiateur ne pourrait plus être vendu dans la catégorie 2000 W mais seulement dans celle des 1000 W. "Si je me trompe, qu'on me l'explique".

Techniquement, le design électrique de mon radiateur est un non-sens :

  • Il est trop puissant et donc, en permanence, il faut  l’arrêter. Du point de vue « fiabilité », c’est très mauvais : sa durée de vie en sera impactée.
  • Pour une même puissance thermique installée dans un logement, ces types de radiateur peuvent obliger à souscrire une puissance électrique supérieure de 3 voire 6 kVA.
  • Par grand froid, il sera nécessaire de rajouter des radiateurs d'appoint (si la puissance souscrite le permet), avec tous les risques que cela peut comporter. Pourrait-on parler de "mise en danger de la vie d'autrui" ?

Pour toutes ces raisons, j'appelle :

  • Les associations de défense des consommateurs et l'Institut National de la Consommation à relayer ce message : n'achetez pas  de radiateurs électriques sans avoir prix connaissance de l’information « Puissance thermique », sous peine de possible déception.
  • La DGCCRF à veiller à la bonne application du Règlement (UE) 2015/1188 : information relative à la puissance thermique sur les sites internet des fabricants européens, de leurs mandataires et des importateurs,
  • Les "vendeurs" à rajouter aux principales caractéristiques des radiateurs électriques l'information de la puissance thermique, à veiller à la bonne conformité des notices mises en ligne et à classer les radiateurs par puissance thermique au lieu de puissance électrique.
  • Les testeurs de radiateurs à rajouter l'information de la puissance thermique dans leurs comparatifs (elle est dans la notice papier de chaque radiateur), 
  • Les élus français et européens, non pas seulement à réviser le Règlement (UE) 2015/1188 afin que, eu égard à son importance, l'information de puissance thermique figure à une place plus digne et plus pertinente que dans le manuel d'instruction mais à interdire purement et simplement la commercialisation de radiateurs électriques dont la puissance thermique diffère de la puissance électrique compte tenu de leur manque d'intérêt pour le consommateur, leurs inconvénients et les risques qu'ils peuvent générer (pour les radiateurs soufflants, l'énergie mécanique générée devra être prise en considération).

Annexe : Liste des 135 modèles analysés :

  • Acova : Alcantara, Denim, Lina, Percale, Taffetas, Mohair,          
  • Adeo : Cylona, Lanai,              
  • Airelec : Actua 2, Alizé, Balma, Caruso, Coxy, Douceur, Lexy, Naomi, Sphinx, Wish,      
  • Altech : HY15CWT62T,               
  • Atenza : 463084, 463528,              
  • Atlantic : Agilia Connecté, F18, F617T, Nirvana Digital,            
  • B-Home : Serenza,              
  • Blyss : Alvara, Anthao, Icaria, Isando, Saris, Keros, Maela, Revelation, Tavua, Zumba,     
  • Carrera : Bea HV10GT41A, Cayenne 49606, Cayenne 49699, Jarpa, Klaas HMG20A2T41T, Mona HOE20GWT41A, Smart HLX20A3T41T, Tamara H0E20CWT41A, Uno HUA20CT41T,      
  • Celcia : Digital 2000, Fluide,             
  • Chaufelec : Anelia, Cancun, Edison, Elise, Etamine II, Evasion, Odessas II, Rolly,       
  • Concorde : Arkady plus, Dinky, Idao, Idylle, Cancun, Luminance, Rosace, Sid,       
  • De’Longhi : Dolce, Fivy, Kendra,            
  • Deltacalor : Cubo, Delicato, Dolce, New Ondulo,           
  • Equation : Sorali connect, Virtuoso,             
  • GoodHome  : Florya, Iriya, Mermoz, Sondrio,           
  • Haverland : Aspen, Medusa, Ottimo,            
  • Heallux : EPC02-20R,              
  • HJM : Aria, Arles, Cocoon, Marne, Spring,          
  • Id tech : 1971240, Rifo,             
  • Kingfisher : Cisco, Dillam, Firenze, HT20PMD, Kairos,          
  • Mariniere Energie : Le Fluide Plus, Medium, Prestige Plus, Tradition, Tradition Plus,          
  • Mazda : Cemacy, Dual kerr, Dual kerr curve, Palacy,           
  • Noirot : Aurea D M220, Calidou, Calou, Fusion II, Karisa, Lynx II, Millenium, Camelia, Dipsy, Nymphe,     
  • Nova Florida : Iraya,              
  • Oceanic : HT20BJ, HT20PMB1, OCEAISHC2000W,            
  • Rointe : D series, Sygma,             
  • Sauter : Bachata, Gyali, Hekla, Ipala, Malao, Orosi, Sibayak, Sundoro,       
  • Supra : Galbeo,              
  • Thermor : Baléares 2, Emotion 4, Evidence,            
  • Thomson : Digital  THRAYF013D, THRFIT2000,             
  • Univ'R : Caraibes, Palayer,             
  • Sans marque : EPA03-20, Neomia,                   

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les critiques envers Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot