Deux joyeux pessimistes.

Louis Ferdinand Céline (1894-1961) et Stéphane Zagdanski (né en 1963).

"L'amour c'est l'infini mis à la portée des caniches".

"Sachez avoir tort. Le monde est rempli de gens qui ont raison. C'est pour cela qu'il écoeure".

"Si les gens sont si méchants, c'est peut-être seulement parce qu'ils souffrent".

"Quand la haine des hommes ne comporte aucun risque, leur bêtise est vite convaincue, les motifs viennent tout seuls".

"Ne croyez jamais d'emblée au malheur des hommes. Demandez leur seulement s'ils peuvent dormir encore? Si oui, tout va bien. Ça suffit".

"Faire confiance aux hommes, c'est déjà se faire tuer un peu".

"Moi j'ai jamais voté de ma vie. J'ai toujours su et compris que les cons sont la majorité, que c'est donc bien forcé qu'ils gagnent".

"La jeunesse vraie, la seule, c'est d'aimer tout le monde sans distinction, cela seulement est vrai, cela seulement est jeune et nouveau".

"Le délire de mentir et de croire s'attrape comme la gale".

"C'est peut-être cela qu'on cherche à travers la vie, rien que cela, le plus grand chagrin possible pour devenir soi-même avant de mourir".

"La plupart des gens ne meurent qu'au dernier moment ; d'autres commencent et s'y prennent vingt ans d'avance et parfois davantage. Ce sont les malheureux de la terre".

L'excellent Stéphane Zagdanski le dit avec beaucoup de sensibilité: https://www.youtube.com/watch?v=KGBa3SyqxIA

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.