Alterius non sit, qui potest esse sui.

Le titre de ce billet est de Paracelse ou Paracelsus, dont le nom d'origine est Philippus Theophrastus Aureolus Bombast von Hohenheim (1493-1541). "N'est pas un autre qui peut être lui-même." / "Si tu as reçu un don, fais en usage librement et joyeusement comme le soleil: donne de ta splendeur à tous!" (Paracelsus)

Cette citation de Paracelse ("Alterius non sit, qui potest esse sui.") est proche de son contemporain Érasme, 1466-1536: "Le bonheur consiste principalement à s'accommoder à son sort, et à vouloir être ce qu'on est." [cette idée, déjà présente chez les stoïciens (Sénèque, Cicéron, Marc Aurèle, Epictète), en inspira de nombreux autres, par exemple Friedrich Wilhelm Nietzsche: "Deviens ce que tu es. Fais ce que toi seul peut faire."]

Autre manière de le dire: "Alterius non sit qui suus esse potest." / "Let no man belong to another that can belong to himself."

Quelques autres citations de Paracelse:

"Si nous, hommes, nous connaissions bien notre esprit, rien ne nous serait impossible sur terre."

"Là où l'esprit souffre, le corps souffre aussi."

"Ce qui est une nourriture pour l'un, est un poison pour l'autre." / "All things are poisons, for there is nothing without poisonous qualities. It is only the dose which makes a thing poison."

"Les médecins sont pires l'un envers l'autre que les maquereaux."

...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.