Femmes misogynes.

“Quelque mal qu'un homme puisse penser des femmes, il n'y a pas de femme qui n'en pense encore plus mal que lui.” (Sébastien-Roch Nicolas, dit Chamfort). "Les hommes n'aiment pas toujours ce qu'ils estiment, les femmes n'estiment que ce qu'elles aiment." (Joseph Sanial Dubay).

Les exemples ci-dessous autorisent-ils à émettre l'hypothèse, qu'en France, les femmes seraient plus misogynes que les hommes?

Premier exemple: contrairement à l'Angleterre, la France n'a jamais eu de reine-régnante, puisque toutes les reines de France n'étaient que les épouses de rois-régnants. Les anglais ont eu de nombreuses reines, notamment la grande Elisabeth (https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lisabeth_Ire_(reine_d%27Angleterre)) qui posa les premières pierres de l'Empire anglais, le plus vaste Empire de tous les temps, pépinière de nos plus grandes démocraties. Nous avons probablement là une preuve que l'alternance femmes-hommes au pouvoir c'est mieux que les hommes-toujours-au-pouvoir.

Second exemple: la France n'a jamais eu non plus de Présidente de la République. Pourtant, en France, les femmes sont plus nombreuses que les hommes et elles ont le droit de vote effectif depuis 75 ans (1945). Il suffirait que les femmes le veuillent vraiment, et leur majorité leur permettrait d'avoir, enfin, une Présidente de la République. Par exemple, lors de l'élection de Sarkozy contre Ségolène Royal, c'est cette dernière qui aurait été élue si les femmes n'avaient pas eu le droit de vote.

Signé: un enfant élevé par sa seule mère.

“L’admission des femmes à l’égalité parfaite serait la marque la plus sûre de la civilisation, et elle doublerait les forces intellectuelles du genre humain.” (Stendhal)

"L'homme acquiert de la finesse, la femme naît avec elle." (Joseph Sanial Dubay).

"Les hommes n'aiment pas toujours ce qu'ils estiment, les femmes n'estiment que ce qu'elles aiment." (Joseph Sanial Dubay).

"Dans la vengeance et en amour, la femme est plus barbare que l'homme." (Friedrich Nietzsche).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.