wawa
Chien qui aboie ne mord pas (et la caravane passe).
Abonné·e de Mediapart

316 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 oct. 2021

Ce que Zemmour fait au nom juif.

Le titre de ce billet est de Bernard-Henri Lévy. C'est le titre de cet excellent article: https://laregledujeu.org/2021/10/18/37786/ce-que-zemmour-fait-au-nom-juif/ - "Lorsqu'arrive ce que nous ne voulons pas, alors arrive ce qu'il y a de meilleur pour nous." (Martin Luther)

wawa
Chien qui aboie ne mord pas (et la caravane passe).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chacun y pense.

Mais personne ne semble décider à en parler.

Zemmour est juif.

Et, parmi les questions posées par sa candidature, il y a ce qu'elle implique quant au destin de l'être juif en France.

La matière est délicate.

Et je ne voudrais pas qu'elle dissuade de s’interroger: ni sur ce que le phénomène révèle d'un système politique à bout de souffle; ni sur l'atomisation par le pugiliste de ce qui reste, en France, de droite républicaine; ni sur le remake en gestation du fameux "appel des 43" qui siphonna, en 1974, l'électorat de Chaban-Delmas et qui permettrait de faire main basse, en 2021, sur le trésor de guerre des Républicains; ni, enfin, sur les idées qu'il brasse, les infamies qu'il profère ou la piteuse idée de la France qu'il promeut quand il affirme qu'elle n'a "rien à faire" du sort des femmes afghanes, qu'elle "ne saura jamais" la vérité sur l'affaire Dreyfus ou qu'elle réprouve les petits anges assassinés par Mohamed Merah dont les parents ont "inhumé les os" à Jérusalem.

Sur chacune de ces vilenies, je m'exprimerai si nécessaire.

Et, ayant eu l'occasion d'en débattre quand il n’était encore, comme le premier Mussolini, qu'un journaliste ivre de lui-même, je connais assez ses ficelles pour y revenir, le moment venu, si la bulle tarde à se dégonfler.

Aujourd’hui, c’est cette autre question que je veux poser.

Celle de ce que M. Zemmour fait, qu'il le veuille ou non, au nom juif.

Et je souhaite y réfléchir posément, froidement.

On notera, si l’on est optimiste, que c’est l'électorat, non de Mme Pécresse, mais de Mme Le Pen qu’il a commencé par atomiser et que cela, quarante ans après l’apparition du Front national, n’est pas forcément une mauvaise chose.

On trouvera plaisante, si on a l’humeur à sourire, l'ironie, la ruse ou le piège de l'Histoire qui font que la vieille extrême droite antisémite se donne un champion répondant à un type d'homme qui n'était pas précisément son genre.

Peut-être se trouvera-t-il même des amateurs de romanesque pour s'émerveiller qu'une fable pareille, il n'y avait, pour l’inventer, qu’un Philip Roth (celui d’Opération Shylock) ou un Romain Gary (celui qui, dans La Danse de Gengis Cohn, imaginait un ancien nazi habité, ventriloqué, dibboukisé par un petit juif rescapé de la Shoah).

Il y aura, à l'inverse, les pessimistes qui, voyant cet homme chevaucher les pires obsessions de l'ultra-droite, craindront que cette identification n'alimente, en réaction, un antisémitisme d'ultra-gauche qui ne demandait qu’à prospérer et dont il sera d’ailleurs, lui, Zemmour, l’une des victimes.

Et sans doute y aura-t-il, un jour, des historiens pour voir dans cette affaire un cas extrême de la mécanique décrite par Hannah Arendt: on vit bien des "israélites" si éperdument épris de francité qu'ils en nourrirent, comme le Bloch de Proust, une définitive honte de soi! des juifs allemands ressortant du placard leur casque à pointe de la guerre de 14 quand les nazis vinrent, en 1933, les chercher pour les mener au Lager! pourquoi pas un Zemmour dont les parents furent, comme les miens, déchus de leur nationalité par Vichy et qui vocifère sur les plateaux que Pétain les a protégés?

Mais la question la plus brûlante est encore ailleurs.

J'observe sa rage à embrasser la rhétorique barrésienne et maurrassienne la plus criminelle comme s'il voulait arracher les yeux de la synagogue sur le fronton martyrisé de Notre-Dame.

Je regarde sa façon de s'engager dans la zone marécageuse, fangeuse, du fascisme français et, tantôt d'y barboter comme un poisson dans l’eau, tantôt d’y caracoler comme un Bonaparte de carnaval au pont d’Arcole.

Je le vois piétiner tout ce qui, dans le legs juif à la France, relève de la morale, de la responsabilité pour autrui ou de cet ancien et beau geste qui dessina, jadis, la lumineuse figure de l’étranger sur la terre et qui devrait nous inspirer dans notre hospitalité face aux migrants.

Et il y a, dans cette transgression, quelque chose qui glace les sangs.

Je l'ai dit, il y a cinq ans, aux juifs américains tentés par le trumpisme: faire alliance avec cela, abdiquer son jugement devant tant de vulgarité, s'incliner face à un mauvais berger qui ne respectait que la puissance, l'argent, les stucs et les ors de ses palais, pouvait s'apparenter à un suicide.

Eh bien je le dis aux juifs de France tentés de se reconnaître dans le simplisme funeste d'Éric Zemmour: cette hubris nationaliste et raciste, cette cruauté, ce renoncement à la générosité juive, à la fragilité juive, à l’humanité et à l’étrangeté juives, cette ignorance, non des fiches de lecture dont il s’est gavé, mais de la vraie science, inscrite en lettres de sang dans les mémoires familiales et qui implique une réserve face aux tornades de l’Histoire et aux jets d’acide de la persécution, tout cela est une offense au nom juif que tout juif porte en lui tant qu’il ne s’en est pas explicitement déchargé.

M. Zemmour n'est certes pas le premier à donner à penser que l’on puisse être juif et ultrapopuliste.

Et il restera toujours, heureusement, des juifs d'affirmation pour lui opposer que choisir entre Claudel et le Talmud, Claudel ne l'eût pas souhaité.

Reste que l'ampleur de la vague, l'engouement, l'obscure jubilation à voir cet homme, non seulement profaner son nom, mais devenir le porte-glaive de ce que l'espérance juive a combattu depuis des millénaires, est d'une obscénité insupportable.

Désastre politique en vue.

Mais aussi péril en la demeure métaphysique qui abrite, depuis la nuit des temps, un peu du sens de l'humain et de la France.

 https://laregledujeu.org/2021/10/18/37786/ce-que-zemmour-fait-au-nom-juif/

...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : le président réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau