L'ambiance est au chaos complotiste.

L'ambiance évoque les raids vikings du moyen-âge. La décapitation revient, comme à l'époque du bon roi Louis XVI. Les plus aptes migrent vers des zones plus paisibles. Ils y préserveront sans doute des lambeaux d’héritage.

Les décadences, ou effondrements, vont souvent de pair avec:

- le déclin de l'élite créative vers une position de privilèges héréditaires qu’elle ne mérite plus,

- une perte du sens du réel au profit de règles formelles progressivement confondues avec la réalité,

- une détérioration de la disponibilité des ressources, voire leur épuisement.

Cela progresse comme la vie: étiolement, relâchement, abaissement, affaiblissement, descente, déclin, dégradation, avilissement, décrépitude, déliquescence, perte de prestige, chute, corruption, agonie, pourriture, disparition.

La renaissance accompagne ce vaste mouvement.

"Man is neither angel nor beast, and the misfortune is that he who would act the angel acts the beast. Man knows that he is wretched. He is wretched because he knows it. Yet in this he is evidently great, that he knows himself to be wtretched. If he boasts, I lower him; if he lowers himself, I raise him; either way I contradict him, till he learns that he is a monstrous incomprehensible mystery". Blaise Pascal

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.