Assumer son abstention et en finir

La 5ème République nous conduit aujourd'hui à un désastre annoncé. Nous assumons parfaitement dans ces conditions ne pas avoir à choisir entre le pire et celui qui enracinera le pire pour les années à venir. Faire passer le référendum révocatoire via les législatives offre une issue pour en finir.

La lente, mais certaine et méthodique destruction de notre système démocratique, entamée par les connivences entre média de masse, politiques et milieux financiers, ne nous laisse plus aujourd’hui que l’impasse offerte comme horizon par la 5ème République.

L’idéal démocratique est autre idée que celle d’un système faisant la réclame d’un candidat l’amenant aux portes du pouvoir et nous assignant à l’élire au nom de la seule peur du désastre, alors que ces deux là ne portent nullement les convictions d’une majorité de nos concitoyens [1].

Nous assumons parfaitement dans ces conditions ne pas avoir à choisir, pas plus qu’il n’y a de bonnes réponses à apporter entre l’arsenic et la toxine botulique.

Nous ne donnerons jamais aucune légitimité à un candidat dont la campagne fut entamée au centre névralgique de l’évasion fiscale (la City), entourée d’une équipe qui a montré son intérêt pour les paradis fiscaux [2] et les milieux financiers qui ont saigné et travaillé contre ce pays et tant d’autres à travers le monde parmis les plus pauvres.

Nous ne donnerons jamais aucune légitimité à une candidate dont le parti né sur les cendres de la collaboration et du pétainisme, perdure aujourd’hui par ses connivences avec le néo-nazisme européen, prospère sur la haine raciale, la xénophobie, en pointant l’immigré comme éternel bouc-émissaire.

Assumer son abstention ce n’est pas dans ces conditions laisser les autres faire le « sale boulot ». mais prendre acte que le premier nous conduit en marche forcée vers la seconde, comme le million d’électeur déjà plongé dans le lepenisme sous Hollande. Dans ces conditions, le moindre pire enracine et continuera d'enraciner le pire.

Et si ce pire advenait, c’est à dire l’horreur Le Pen, il sera alors temps d’en finir avec cette peur, définitivement, la mettant à visage découvert. D'en finir avec les manipulations grossières et tous les votes conditionnés qui y sont liés.

Dans ce désastre, l’urgence d’une 6ème République crève aujourd’hui les yeux devant la mascarade actuelle, tant il apparaît urgent d’en finir avec ce système avant qu’il en finisse avec nous. Un vote massif pour le programme de la France Insoumise aux législatives offre une belle issue : faire passer le référendum révocatoire pour enfin en finir avec les deux, et par la même, la 5ème République.

 

Références :

[1] : Présidentielle: 59% des Français «pas satisfaits» des résultats du premier tour, 20 Minutes, 27 avril 2017

[2] : Le Luxembourg, paradis fiscal préféré de proches de Macron, Médiapart, 24 mars 2017

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.