La vitamine C liposomale, une « nouvelle » forme de vitamine C

La très étudiée vitamine C est un pilier de la santé et des compléments alimentaires. Jusqu’à présent on connaissait l’acide ascorbique (vitamine C de forme naturelle), l’ascorbate de calcium (forme non acide) et l’acérola. De plus en plus, nous entendons parler de cette nouvelle forme de vitamine C.

La vitamine C liposomale est une vitamine C qui est encapsulée (« emprisonnée » ) dans un liposome, une micro-goutelette de lécithine. Ce procédé nanotechnologique aboutit à une micro-vitamine C soluble dans les graisses, augmentant ainsi son absorption intestinale et cellulaire.

Sa jeune histoire

La 1ère vitamine C de ce type a été mise au point en 2004 aux USA par la société LivOn.

En 2008, le laboratoire finance une étude (1) mettant en évidence que la forme liposomale permet des concentrations sanguines 2 fois plus élevées que celles pouvant être atteintes par voie orale avec une vitamine C classique. C’est une petite révolution, car lorsque la vitamine C a atteint un seuil de concentration sanguine, elle n’est plus assimilée par l’intestin et est éliminée dans les selles (3). Cela cause notamment des troubles digestifs.

Autre élément important découvert lors de l’étude, cette concentration de vitamine C sanguine atteinte reste beaucoup plus longtemps que la vitamine C traditionnelle. C’est une seconde révolution, car la vitamine C classique à doses sanguines élevées est rapidement éliminée dans les urines. La vitamine C liposomale serait donc la meilleure forme pour les prises journalières de plus de 500 mg de vitamine C.

Mais ce n’est pas tout : selon certains experts de la vitamine C aux USA, la forme liposomale concurrencerait la forme injectable sur les effets. Certes, la forme intra-veineuse permet d’augmenter plus massivement le taux de vitamine C dans le sang, contournant la problématique d’assimilation intestinale. Mais elle est sujette à l’élimination rénale très rapidement, ce qui n’est pas le cas de la forme liposomale qui diffuse la vitamine C progressivement aux cellules. Ces éléments ont été confirmés par une étude(2) commanditée en 2016 par Empirical Labs, qui a mis son propre produit sur le marché en 2010.

Une vitamine C très prometteuse, mais…

Les 2 études citées plus haut sont les seules qui ont été réalisées. La vitamine C liposomale mériterait plus d’expérimentations cliniques. L’explication est simple : le brevet de la technologie date des années 60, il est donc tombé dans le domaine public. Si un laboratoire finance une étude, elle profitera à l’ensemble des fabricants et revendeurs.

Prenant note des études réalisées, ainsi que les résultats cliniques observés par les praticiens et leurs patients, les laboratoires ont bien compris la manne que la vitamine C liposomale représente. Depuis 3 ans, elle pousse comme des champignons dans les catalogues des laboratoires. Or, fabriquer cette vitamine C ne s’improvise pas : c’est un process très technique et très coûteux à mettre en place. Pire, certains laboratoires ne se gênent pas pour appeler leur produit liposomal alors qu’il n’en est pas. Il n’y a plus de brevet dessus, chacun peut utiliser ce terme comme il l’entend…

Le site Phytonut.com, très au fait de ces questions, donne des indications pour s’y retrouver dans cette jungle : « Une vitamine C liposomale de qualité se définit par la taille des liposomes, leur encapsulation et leur stabilité. Ces paramètres peuvent être fournis par les fabricants». Le site aide aussi à décoder les fausses liposomale « pour repérer la supercherie sur l'étiquette ».

 

1 – Hickey S, Roberts HJ, Miller NJ. Pharmacokinetics of oral vitamin C. J Nutr Environ Med. 2008;17(3):169–177.

2- Davis, J.L., Paris, H., et al. (2016) Liposomal-Encapsulated Ascorbic Acid: Influence on Vitamin C Bioavailability and Capacity to Protect against Ischemia-Reperfusion Injury. Nutrition and Metabolic Insights
3- Steve Hickey et Hilary Roberts "Ascorbate: The Science of Vitamin C" (2004)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.