L’évolution du e-commerce

Ces derniers temps, de plus en plus de commerces en ligne voient le jour. On vend un peu de tout sur la Toile. Si bien que l’on se pose des questions quant à l’avenir du commerce traditionnel.

La forme de distribution de nos jours

Voici une cinquantaine d’années que l’on ne cesse de prédire la disparition d’une méthode de distribution. Au début, le commerce de proximité aurait dû cesser d’exister à cause de l’apparition des hypermarchés. Mais les supermarchés n’ont pas succombé pour autant. De nos jours, il semblerait que c’est au tour des hypermarchés de disparaître pour laisser la place au commerce en ligne. Que nenni ! En fait, toutes ces prédictions se sont avérées bien fausses, comme on peut le voir par soi-même. Le commerce de proximité est bel et bien là, les hypermarchés ouvrent toujours leurs portes.

Ce qui se passe, en fait, c’est que le marché actuel allie le commerce traditionnel à la vente en ligne. « A noter que la stratégie d’omnicanal offre une multitude d’avantages, pour ne citer que le simple fait de pouvoir passer commande sans avoir à bouger de son domicile, sans être obligé de perdre du temps à se faufiler entre les rayons » nous indique le dirigeant de maison-et-beaute.fr.
Il est en l’occurrence possible de récupérer les emplettes au magasin même, par la suite, ou de se faire livrer chez soi, au bureau ou ailleurs, selon la demande du client. L’un des plus grands avantages pour les consommateurs, c’est l’accessibilité. Les plateformes de magasin en ligne peuvent être visitées 24/7. Par ailleurs, concurrence oblige, chaque commerce virtuel se doit de faire preuve d’innovation en proposant par exemple des activités d’impression 3D, de découpe de légumes et de fruits, de restauration et tant d’autres encore.

L’avenir de toutes les formes de commerce

Contrairement aux croyances populaires, le commerce électronique ne tuera point le commerce physique. Ces deux formes de distribution dépendent l’une de l’autre afin de pouvoir évoluer comme il se doit. D’un côté, il faut savoir que le client veut se faciliter la vie et ainsi avoir la possibilité de faire ses emplettes depuis son téléphone ou son ordinateur, mais également en magasin, selon ses disponibilités. Nombreux sont les distributeurs traditionnels qui ont mis du temps à ouvrir leur propre plateforme de vente en ligne. Puis, depuis l’ouverture de leur magasin e-commerce, force est de constater que leur notoriété a pris une certaine ampleur, allant jusqu’à s’inscrire dans le top 15 du commerce virtuel. Parmi ces enseignes, on cite notamment Darty, Fnac, Leroy Merlin, Leclerc et Carrefour.

Malgré cet état de fait, le commerce électronique ne représente que 10 % du marché, globalement. C’est dans le secteur du voyage qu’il est le plus prisé, mais là encore, il ne fait que 46% des ventes.

A vrai dire, la vente en ligne est une véritable aubaine pour les commerçants, qui peuvent en profiter non seulement pour vendre leurs produits, mais également pour élargir leur clientèle et inciter les clients à venir dans leur magasin, notamment avec l’option « click and collect ». Avec cette dernière, le consommateur peut commander en ligne, puis récupérer son achat en magasin, sachant qu’une commande sur trois permet de gagner un achat supplémentaire auprès du point de vente.

Source : https://www.la-croix.com/Economie/Economie-et-entreprises/Internet-supplanter-commerce-traditionnel-2018-01-22-1200907823

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.