Lutte contre le staphylocoque doré : Une nouvelle avancée importance

Le staphylocoque doré est l’une des bactéries multirésistantes qui peuvent être à l’origine d’une large palette d’infections graves, voire mortelles. Dans la lutte contre la bactérie, des chercheurs bâlois ont récemment développé une cellule immunitaire génétiquement modifiée. Cette dernière serait en mesure de combattre avec succès les infections au staphylocoque doré multirésistant.

Une bactérie sous surveillance

Sévissant dans les services hospitaliers, causant des infections nosocomiales et résistant parfois aux antibiotiques, le staphylocoque doré est une bactérie qui fait énormément parler d’elle. En effet, ce microbe, encore appelé staphylococcus aureus, est présent un peu partout : dans l’air, dans l’eau, sur notre peau ou encore sur nos muqueuses. Il est de ce fait présent chez de nombreuses personnes sans que celles-ci soient malades ; on parle dans ce cas de porteurs sains.

La bactérie ne devient alors dangereuse que lorsqu’elle se retrouve à un endroit où elle ne doit pas être en causant toute une panoplie de maladies différentes. Habituellement, il suffit d’un traitement antibiotique local ou général pour en venir à bout. Mais comme souligné un peu plus haut, il s’agit d’un germe fréquemment impliqué dans les infections que l’on contracte à l’hôpital. Au fil des années, il est devenu de de plus en plus résistants aux antibiotiques au point de devenir l’ennemi public numéro 1.

Découverte d’un effet supérieur à l’action d’un antibiotique

Il est vrai que les chercheurs n’ont pas encore pu mettre au point un moyen efficace pour empêcher le staphylocoque doré de devenir pathogène. Mais des experts de l’hôpital universitaire de Bâle (USB) sont sur une bonne piste pour lutter contre cette bactérie. En collaboration avec d’autres chercheurs du Département des biosystèmes de l’EPF de Zurich, ils ont pu développer une cellule immunitaire génétiquement modifiée dont l’effet serait supérieur à l’action d’un antibiotique.

En effet, ladite cellule immunitaire a la possibilité de reconnaître et d’éliminer le germe en sécrétant une enzyme bactériolytique, la lysostaphine. C’est cette dernière qui détruit le MRSA afin de lutter efficacement contre un début d’infection. Mais même si cette étude est assez intéressante et ouvre de nouvelles portes, selon le Dr Stephen Harbath, infectiologue aux HUG, nous sommes encore loin de son application dans la médecine humaine.

Sources : https://www.radiolac.ch/actualite/une-avancee-importante-dans-la-lutte-contre-le-staphylocoque-dore/http://www.urps5962ml.fr/staphylocoque/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.