La question ukrainienne selon Emmanuel Todd

Emmanuel Todd, dans « Après l'empire » (2002), consacre un chapitre au "retour de la Russie". Voici un résumé de l'extrait concernant spécifiquement l'Ukraine. Pour le lire in extenso, dans son développement (recommandé), c'est ici .

 

_____


Le cas de l'Ukraine est le plus complexe du contexte de retrait impérial de la Russie dans les années 1990. Si l'indépendance pouvait être solidement envisagée, [Samuel] Huntington [auteur de l'ouvrage "Le choc des civilisations"] a raison de penser que l'Ukraine ne peut échapper à l'influence de la Russie. Non pour des raisons spécifiquement religieuses, mais de permanences historiques.

Pour l'Ukraine, l'innovation est toujours venue de Russie, des vagues modernisatices qui ont commencé au XVIème siècle à la révolution bolchévique, puis à la percée libérale, jusqu'à la destruction du communisme. Et toutes ces évolutions ont transité par la langue russe. Coupée de la Russie, l'Ukraine est condamnée à stagner, quelque soient les velléités du FMI.

L'Ukraine est donc essentiellement une périphérie russe, soumise au centre. Elle se caractérise en revanche par son conservatisme face à tous les processus de modernisation : antibolchévique, antisémite, ancrée dans le stalinisme. A ce sujet, les Occidentaux n'ont pas compris que la couper de la Russie revenait à freiner sa modernisation.

Le paradoxe, c'est que bien que bénéficiant des capacités de se distinguer culturellement de la Russie, l'Ukraine est dépourvue de dynamique propre. Elle ne pourrait échapper à la Russie qu'en passant dans l'orbite d'une autre puissance. Mais l'Amérique est trop loin et l'Europe n'est pas une puissance militaire et politique. Même si l'Europe le devenait, elle n'aurait pas intérêt à satelliser l'Ukraine.

Le cas de l'Ukraine révèle l'inexistence concrète des États-Unis au cœur de l'Eurasie. Ses liens économiques avec l'Ukraine sont faibles. Le seul lien réel consiste à donner l'illusion de la puissance financière à travers le rôle idéologique et politique du FMI. Les échanges commerciaux révèlent en fait la dépendance de l'Ukraine vis-à-vis de la Russie et de l'Europe. N'étant plus dispensateurs de "plan Marshall" et n'ayant rien à vendre à l'Ukraine, les Etats-Unis ne peuvent jouer aucun rôle dans le sauvetage du pays.

Le rapprochement de l'Ukraine avec la Russie est probable, sans reprise en main directe par Moscou. La Russie redevenant un centre de gravité économique, la Communauté des États indépendants prendrait une forme politique conciliant leadership de la Russie et autonomie politique. L'Ukraine deviendrait une seconde Russie, avec une réémergence dans les consciences de la notion de « toutes les Russies ».

L'émergence d'un pôle euro-asiatique comme une deuxième entité plurinationale à l'est de la Communauté européenne, conduite par la force directrice centrale de la Russie, par la complexité politique de ces structures éloignerait les risques de tension internationale.

 

DSCF0796.jpg

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.