Prendre le pouvoir (Branco)

Notre clergé politique a trouvé son os à ronger: M. Castaner, ou l'insignifiance incarnée.

https://twitter.com/anatolium/status/1124578807279771648

Pense-t-on sincèrement que son remplacement changerait quoi que ce soit ? Que ses ordres n'étaient pas pris à l'Elysée ?

Infantilisations puériles visant à endormir un peuple fatigué. J'aimerais que l'on cesse de nous manipuler. Que l'on cesse, de Cahuzac à Benalla, de nous accorder, de temps à autre, tel ou tel corps, donnant ainsi l'impression que nos mots compteraient. Pour ainsi ne rien changer.

Nous ne sommes pas aux jeux du cirque. La putridité de ce pouvoir n'est pas affaire d'individualité.

Que notre sérénissime altesse l'entende clairement: c'est le RIC et les mandats révocatoires que nous souhaitons lui arracher. Non pas telle ou telle part de sa tutelle avariée.

Son pouvoir, tout entier.

Juan Branco, 4 mai 2019

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.