XipeTotec
Eleveur de xoloitzcuintles
Abonné·e de Mediapart

120 Billets

1 Éditions

Lien 6 nov. 2019

XipeTotec
Eleveur de xoloitzcuintles
Abonné·e de Mediapart

Vingt ans après : l'euro, une erreur ?

"Nous devons admettre que l'euro était une erreur". Le gouverneur de la banque centrale hongroise demande la création d'un mécanisme de sortie de l'euro (actuellement, il faut quitter l'UE). Selon Matolcsy, l'euro avait été imaginé pour lutter contre les Soviétiques. Mais la prise de décision a eu lieu après la chute de l'URSS. Dès sa naissance, cette monnaie n'avait plus de raison d'être.

XipeTotec
Eleveur de xoloitzcuintles
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.ft.com/content/35b27568-f734-11e9-bbe1-4db3476c5ff0

Extraits de l'éditorial de Gyorgy Matolcsy, gouverneur de la Banque nationale de Hongrie :

Le moment est venu de chercher un moyen de sortir du piège de l'euro. Il existe un dogme néfaste selon lequel l'euro était la prochaine étape «normale» vers l'unification de l'Europe occidentale. Mais la monnaie européenne commune n’était pas du tout normale, car presque aucune des conditions préalables n’était remplie. Deux décennies après le lancement de l'euro, la plupart des piliers nécessaires à la réussite d'une monnaie mondiale - un État commun, un budget couvrant au moins 15 à 20% du produit intérieur brut total de la zone euro, un ministre des Finances de la zone euro et un ministère associé - sont toujours manquants.

Nous reconnaissons rarement les véritables racines de la décision mal avisée de créer la monnaie commune : c’était un piège français. Au moment de l’unification de l’Allemagne, François Mitterrand, alors président de la République française, craignait que le pouvoir allemand ne grandisse. Il pensait que convaincre le pays d’abandonner son deutsche mark suffirait pour éviter une Europe allemande. Le chancelier de l'époque, Helmut Kohl, a cédé et a considéré l'euro comme le prix ultime d'une Allemagne unifiée.

Ils avaient tous les deux tort. (...) l'euro n'a pas pu empêcher l'émergence d'une nouvelle puissance allemande. Mais les Allemands sont également tombés dans le piège de l'euro «trop beau pour être vrai». L'inclusion des économies du sud de l'Europe dans la zone euro a conduit à un taux de change suffisamment faible pour permettre aux Allemands de devenir la plus grande machine d'exportation mondiale de l'UE. Cette opportunité inespérée les a rendus complaisants. Ils ont négligé d'améliorer leur infrastructure ou d'investir suffisamment dans les industries futures. Ils ont raté la révolution numérique, ont mal calculé l’émergence de la Chine et n’ont pas réussi à créer des entreprises mondiales paneuropéennes. Dans le même temps, des sociétés comme Allianz, Deutsche Bank et Bayer ont lancé des efforts infructueux pour conquérir Wall Street et les États-Unis.

La plupart des pays de la zone euro ont obtenu de meilleurs résultats avant l'euro. Selon l' analyse du Center for European Policy, il y a eu peu de gagnants et beaucoup de perdants au cours des deux premières décennies de l'euro. La monnaie commune n’était pas nécessaire pour les succès européens avant 1999 et la majorité des États membres de la zone euro n’en ont pas profité plus tard. Au cours de la crise financière de 2008 et de la crise économique de la zone euro de 2011-2012, la plupart des membres ont été durement frappés par l'accumulation de dettes publiques considérables. Il n’y a pas de repas gratuit et les prêts bon marché sont coûteux à long terme.

Alexandre Lamfalussy, économiste d'origine hongroise, a eu raison de nous dire qu'une monnaie commune était nécessaire pour renforcer le lien entre les puissances européennes et défendre l'UE contre les Soviétiques. Il n'y avait qu'un seul problème: la décision finale de créer l'euro avait été prise à Maastricht en 1992, au moment de l'effondrement de l'Union soviétique. La raison d'être de la monnaie a pris fin précisément au moment de sa naissance.

Le moment est venu de se réveiller de ce rêve néfaste et infructueux. Un bon point de départ serait de reconnaître que la monnaie unique est un piège pour pratiquement tous ses membres - pour différentes raisons - et non une mine d’or. Les États de l'UE, à l'intérieur et à l'extérieur de la zone euro, devraient reconnaître que l'euro est une erreur stratégique. L’objectif de la création d’une monnaie occidentale mondiale en concurrence avec le dollar constituait un défi pour les États-Unis. La vision européenne des États-Unis d’Europe a abouti à une guerre ouverte et cachée des États-Unis contre l’UE et la zone euro au cours des deux dernières décennies. Nous devons trouver un moyen de nous libérer de ce piège. Les Européens doivent abandonner leurs fantasmes risqués de créer une puissance qui rivalise avec les États-Unis.

Les membres de la zone euro devraient être autorisés à quitter la zone monétaire au cours des prochaines décennies et ceux qui restent devraient construire une monnaie mondiale plus durable. Célébrons le 30e anniversaire en 2022 du traité de Maastricht qui a engendré l'euro en réécrivant le pacte.

Financial Times, 3 novembre 2019

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019. L’élue dénonce un  « règlement de comptes » d’anciens du RN.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal
Conditions de détention : une demi-victoire pour les prisonniers de Nanterre 
Vendredi 2 décembre, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a ordonné quelques mesures pour améliorer la vie quotidienne des détenus au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine. Trois organisations dénonçaient « l’inertie manifeste des autorités » et réclamaient des décisions plus draconiennes.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar