Européisme et nazisme

http://www.greekcrisis.fr/2015/03/Fr0416.html

Un article de Panagiotis Grigoriou qui revient sur la réticence des anciens, qui ont connu le nazisme, vis-à-vis de l'Union européenne (notamment à travers l'exemple d'écrivains et poètes). Il évoque aussi la participation d'anciens nazis à la construction européenne. Face à ce monstre idéologique, les ressorts du pusillanime "Parti de la Gauche européenne" sont bien fragiles.

 

Mark Mazower note que le répertoire d’idées et de pratiques dans lequel puisèrent les nazis (pour en rajouter), est bel et bien profondément européen, et plus précisément colonialiste. Contrairement aux autres Puissances (France, Grande Bretagne), l’Allemagne a tenté de coloniser l’Europe, telle fut enfin la grande... innovation du Vingtième siècle. Parmi ces pratiques, le double système juridique, le double statut, “mutatis mutandis” allant de l’indigénat... à la citoyenneté, par exemple.

Ainsi et encore, les régimes politiques imposés au nom de la dette et par le mémorandum, comportent autant un paramètre bien de ce type. Cela, n’est pas encore tout à fait visible par tout le monde et pourtant. De ce point de vue, l’européisme “progressiste” du Parti de la gauche européenne (SYRIZA compris), tourne alors dans un vide abyssal et surtout, cela se voit.

Un point de vue qu'Aimé Césaire n'aurait pas contredit.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.