Colombie : veillée d'armes avant la grève générale

En Colombie, la grève générale ("paro nacional") prévue jeudi 21 novembre est un moment important du mouvement social opposé au régime néolibéral "uribiste" d'Iván Duque.

C'est une étape après le succès relatif de "Colombia humana" aux dernières présidentielles puis la poursuite de l'émergence du mouvement indigène et paysan, qui est en première ligne face aux paramilitaires et aux narcos notamment depuis le démantèlement des guérillas "marxistes".

A la veille de la mobilisation du 21 novembre, plusieurs députés de la gauche européenne ainsi que le conseil des droits de l'homme de l'ONU s'inquiètent de la mobilisation de moyens militaires pour faire échec ou réprimer les manifestations et redoutent un bain de sang. Il rappellent que conformément à la Constitution et au droit international c'est la police et non l'armée qui doit être en charge de l'ordre public.

De l'Union européenne (France notamment) aux pays de l'OAE (Organisation des Etats américains), les régimes néolibéraux alliés des USA se sentent menacés et renforcent partout leur nature autoritaire, justifiant la remise en cause de la démocratie représentative, du droit de manifestation et parfois l'ingérence dans les affaires des pays voisins qui ont fait un autre choix et ont parfois rompu avec le FMI, l'OEA ou l'UE.

 

 

ej2cnbexuaamcfb

 

ej1zv9xw4aexxa

ej1zv9zwkaiuzl

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.