Quand les chiens de garde font des piges au "Monde diplomatique"

Une fois n'est pas coutume, voilà un article qui parlait vraiment de l'UPR, le parti créé par François Asselineau et qui compte aujourd'hui quelque 38 000 adhérents cotisants. Oui mais voilà, ce parti trublion ébranle quelques certitudes. Sans le vouloir, il montre la vacuité des confortables postures "de gauche". Critique par Laurent Dauré, rédacteur à "Ruptures" et sur Acrimed.

http://www.librairie-tropiques.fr/2019/11/les-chiens-de-garde-veillent-sur-le-monde.html

« C’est le caractère essentiel du socialisme bourgeois de chercher à maintenir la base de tous les maux de la société actuelle et de vouloir en même temps les abolir. »

Friedrich Engels, La Question du logement (1872)

 

ob-35479d-chiens-de-garde

(bravo à l'auteur de cette affiche pour son hommage à Saul Bass)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.