« Islamophobie », un mot, un mal plus que centenaires (Alain Ruscio)

L’hostilité systématique à l’égard de l’islam est très anciennement ancrée dans la pensée occidentale. D’essence chrétienne, elle prend sa source dans l’esprit de croisade, fleurit pendant l’expansion coloniale et, après un temps de latence, reprend vigueur avec la « guerre contre le terrorisme ». Le mot « islamophobie » qui l’illustre a, quant à lui, une centaine d’années.

http://orientxxi.info/magazine/islamophobie-un-mot-un-mal-plus-que-centenaires,1155

Historique de l'emploi de ce terme et des contrevérités proférées par quelques islamophobes médiatiques. Peu de progrès de ce courant de pensée dont on peut s'apercevoir qu'il se concilie d'ailleurs assez bien avec l'idée européenne :

 L’islam est la plus complète négation de l’Europe. L’islam est le dédain de la science, la suppression de la société civile, c’est l’épouvantable simplicité de l’esprit sémitique, rétrécissant le cerveau humain, le fermant à toute idée délicate, à tout sentiment fin, à toute recherche rationnelle, pour le mettre en face d’une éternelle tautologie : “Dieu est Dieu“.

(Ernest Renan, "La réforme intellectuelle et morale", 1871).

 

L’islamophobie : il y a toujours eu, et il y a encore, un préjugé contre l’islam répandu chez les peuples de civilisation occidentale et chrétienne. Pour d’aucuns, le musulman est l’ennemi naturel et irréconciliable du chrétien et de l’Européen, l’islamisme est la négation de la civilisation, et la barbarie, la mauvaise foi et la cruauté sont tout ce qu’on peut attendre de mieux des mahométans.

(Alain Quellien, "La politique musulmane dans l’Afrique occidentale française", 1910).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.