Herrenvolk democracy : vu de Berlin, votre vote n'aura aucune valeur

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2014/12/30/31002-20141230ARTFIG00103-pour-bruxelles-et-berlin-le-vote-des-grecs-a-t-il-une-valeur.php

Un article d'Alexis Feertchak.

"Les mots du Ministre des Finances allemand Wolfgang Schaüble à propos des prochaines élections législatives en Grèce ont le mérite d'être clairs et sans fioriture excessive: les Grecs pourront voter pour qui ils veulent, mais la politique de la Grèce, elle, ne changera pas d'un iota. En somme, pour le grand argentier le plus puissant de l'Union européenne, c'est «Pile je gagne, face tu perds». Lors, qu'on lance la pièce ou non, le résultat ne sera guère différent.


Il faut bien peser les mots de M. Schaüble pour en mesurer toute la froide violence: « Les réformes difficiles sont en train de porter leurs fruits et il n'y a pas d'alternative ».

Mais puisqu'on vous dit qu'il n'y a pas d'alternative, pourquoi voteriez-vous ?"

"Il s'agit bien d'une remise en cause de la légitimité même du politique : un dirigeant politique déclare sans sourciller au peuple d'un pays souverain qui n'est pas le sien que son choix politique n'a point d'importance puisque son destin est déjà tracé ailleurs."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.