LE PACTE AVEC LE DIABLE

Malheureusement beaucoup de dirigeants occidentaux refusent d'accepter l'idée simple qu'il est illusoire d'obtenir une quelconque avantage à jouer avec les islamistes salafistes. Ce double jeu met les populations en danger partout dans le monde. Ils ont joué avec ces assoiffés de sang. Maintenant la déferlante est arrivée en Europe.

 

LE PACTE AVEC LE DIABLE

LE JEU DANGEREUX DE L'OCCIDENT AVEC LES ISLAMISTES SALAFISTES.

Il est de bon ton d'affirmer qu'il ne faut jamais déjeuner avec le diable même avec une longue cuiller. Cependant, comme d'une guigne, les grandes puissances ne tiennent aucunement compte de ce précepte de bon sens.

C'est ainsi qu'au nom de la légitime guerre d'influence contre le communisme, tout comme l'était l'engagement du communisme contre l'impérialisme capitaliste, les étasuniens ont inventé une nouvelle forme de lutte contre l'adversité en utilisant une théorie, pourtant bien marxiste, la contradiction fondamentale(principale) et la contradiction secondaire d'abord en Afghanistan.

En Afghanistan, la présence de l'URSS, intervenue en 1979 dans le pays en application d'un accord de défense, constituait la contradiction fondamentale pour les USA par le fait qu'elle empêchait l'expression aisée de l'expansionnisme étasunien au proche orient. Le pays, l'Afghanistan, est un véritable carrefour dans la région. Les stratèges étasuniens ont donc eu recours à la contradiction secondaire, les talibans managés par Oussama Ben Laden, un saoudien salafiste wahhabite, pour barrer la route à l'URSS qui a fini par quitter la région après de nombreux échecs sur le terrain,  en 1989, dix ans après. Juste après le retrait de l'armée rouge, leur poulain au pouvoir en Afghanistan, Mohammad Najibullah, a été arrêté et assassiné par les talibans en 1992, alliés des étasuniens qui ont pris le pouvoir  et imposé la charia avec les dérives que l'on connait. La dérive majeure constitue la création de Al Qaida par le même Oussama Bel Laden contre ses ex alliés étasuniens. On connait la suite...

Mais les crimes commis par Al Qaida étaient du pain béni pour les étasuniens. Après avoir aidé à la création de ce groupuscule salafiste terroriste, ils se posent en recours contre lui et le reste du monde n'y a vu que du feu. Ils  pouvaient et ont argué de cet argument de guerre contre Al Qaida pour monter une manipulation de haut vol dont le but n'était que de s'imposer dans la région en cassant tout pour, ensuite,  reconstruire par les seules entreprises des USA. L'invasion de l'Irak, par la suite, avec quelques ajustements structurels, a suivi le même schéma. Pour ce cas précis, la CIA,  avec la complicité de Dick Cheney, vice président et véritable homme fort de l'administration sous Georges Bush fils entre 2001 et 2009, a poussé jusqu'à fournir de fausses preuves au secrétaire d'Etat Colin Pauwels afin qu'il les utilise contre le régime de Saddam Hussein lors d'une réunion du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Cet exemple a fait des émules chez d'autres puissances membres de l'OTAN comme l'Etat français qui, sous le règne du gaulliste Nicolas Sarkozy, a réintégré la France au sein de l'OTAN alors que Charles De Gaulle, au nom de la France, s'en était retiré. Un gaulliste qui va à contre-courant des idéaux de De Gaulle, comprenne qui pourra...

Cet homme a fait sienne la stratégie mortifère étasunienne en Afrique. La contradiction fondamentale, dans ce cas, était la réoccupation de territoires africains, selon le plan mis en place par les précurseurs de l'OCRS entre 1954 et 1956. La contradiction secondaire dont l'élimination permettait d'atteindre l'objectif principal était Mahammar Kadhafi de Libye. Cette élimination avait un triple intérêt: l'élimination d'un homme détenant des  secrets inavouables sur Nicolas Sarkozy; l'éparpillement de son armada à ciel ouvert qui ne pouvait que déstabiliser le Sahel et une partie du Sahara ouvrant, ainsi, la voie à une intervention et une installation durable de l'armée française dans la région. Cela sonnait également la fin de la récréation pour les velléités panafricanistes monétaires mises en avant par le leader libyen avec  la faconde qu'on lui connait.

 Le Mali, étant le maillon faible parce que dépossédé de sa puissance militaire par ses propres enfants, est redevenu la porte d'entrée dans la région à travers les Ifoghas de Kidal instrumentalisés depuis 1963, date de la première rébellion armée du nord Mali ourdie à partir du camp militaire français de Reggane dans le centre-sud de l'Algérie.

Ces mêmes Ifoghas, minoritaires parmi les Touareg, mais autoproclamés aristocrates de Touareg, s'étaient alliés à Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb Islamique) et au MUJAO (Mouvement pour l'Unicité et le Jihad en Afrique Occidentale) dans le nord Mali pour repousser l'armée régulière. Par la suite le MNLA (Mouvement Nationale de Libération de l'Azawad) de ces Ifoghas avait été mis en déroute par ses ex alliés du MUJAO et AQMI. Ses soldats et chefs avaient trouvé refuge au Burkina Faso de Blaise Compaoré et la Mauritanie de Mohamed Ould Abdel Aziz.

C'est  ce groupuscule, terroriste, trafiquant, s'alliant aux islamistes salafistes au gré de leurs intérêts, que François Hollande, Jean Yves Ledrian et Laurent Fabius ont aidé à revenir au Mali avec l'aide de la force SERVAL. Ce groupe a été imposé dans la ville Kidal avec interdiction à l'armée malienne de les déloger. Iyad Ag Ghaly, un des principaux membres de ce groupe est, aujourd'hui, le plus influent des djihadistes salafistes du nord Mali.

Alors quand on entend des hommes politiques d'aujourd'hui, dans nombre de pays occidentaux, pousser de hauts cris contre l'islamiste, cela provoque un rictus de dégoût chez tous les observateurs intègres de la scène sahélienne.  La déferlante sanguinaire islamiste continuera de frapper partout tant que certains dirigeants occidentaux, essentiellement en France et aux USA, continueront à essayer de ruser avec eux sous d'autres cieux, Moyen-Orient et Afrique.

Le  diable sort toujours gagnant de la signature de ses pacte: Pile je gagne, face tu perds.

Yamadou Traoré

Analyste politique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.