20 ans après l'an 2000

L'an 2000, c'était l'avenir. Et même l'avenir du futur. 1984, c'était le futur. Il était glauque. Puis viendrait l'an 2000 où tous les espoirs seraient permis. Aujourd'hui, l'avenir a 20 ans. Et quand on aime, on a toujours 20 ans.

1969 : Les enfants imaginent l'an 2000 | Archive INA © Ina Société

Ok Boomer, l'an 2000, tu te souviens ? Rappelle-toi, c'était l'avenir ! 

Et même l'avenir du futur.

Le futur c'était 1984...
et l'univers dystopique décrit par Orwell dès 1948

L'an 2000, c'est ce qui devait arriver après :

  • Nous n'aurions plus besoin de travailler, des robots le feraient pour nous;
  • Plus personne n'aurait faim, des pillules chimiques, disponibles pour tous, remplaceraient la nourriture;
  • Plus personne ne serait isolé, on volerait dans des soucoupes volantes et on pourrait aller partout.
  • Et il n'y aurait plus ni douanes ni frontières

C'était le rêve ! 

C'était notre rêve. 

C'était l'an 2000 !

2020 : Note du professeur
"Élevé doué, peut mieux faire"

Putain, il est chié, le professeur ! 

On a appris à rêver, à aimer, à espérer. Et comme nos parents de la génération silencieuse, nous avons subi la haine sans la transmettre.

Ce n'est pas rien, le rêve ! 

Mieux faire ? Comment ? 

- Regarde Brigitte par exemple.

- Bardot ?

- Non, Macron.
Elle a appris à Emmanuel à aimer, à rêver et il a réalisé son rêve.
Ce n'est pas la faute de Brigitte si Emmanuel préfère les comptables aux poètes.

- C'est bien ce que je dis "Professeur doué, peut mieux faire

- Regarde nos retraités, ils ressemblent à des adolescents.


- Regarde tes enfants, ils ressemblent à de jeunes cadres dynamiques.


- oui, ils sont plus beaux, plus intelligents, en meilleure santé que nous. Ils n'ont connu ni la guerre ni même le service militaire. Ils voyagent dans toute l'Europe sans s'arrêter aux frontières. 


- oui mais ils croient encore leurs professeurs, leurs médecins, leurs banquiers.


- Justement leurs enfants seront des rêveurs. C'est cyclique.


- Et quel sera leur rêve ?


- 2050, 2100 je ne sais pas. Ils choisiront.

Nous leur avons transmis le libre arbitre, pas la liberté de l'arbitre.
S'ils apprennent à se passer d'arbitre, tous les rêves leur sont permis.

C'est tout ce que je souhaite à tous, toutes générations confondues, en cette année nouvelle :
Trouver un rêve et se donner les moyens d'y croire.

Bonne et heureuse année 2020

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.