Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

197 Billets

2 Éditions

Billet de blog 4 nov. 2020

L’élection la moins démocratique du monde

Dans toute élection, nous connaissons le nombre de votants. Toute ? Non ! L’élection américaine est l’évènement le plus suivi dans le monde aujourd’hui. Pourtant aucun journaliste ne vous donnera jamais la réponse à cette simple question : Combien d’ électeurs inscrits ?

Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’élection présidentielle américaine n’aura pas lieu.

En tous les cas, pas aujourd’hui.

Aujourd’hui a lieu 3 141 élections, une dans chaque county des Etats-Unis, pour élire 538 grands électeurs.

Et c’est pour cette raison que personne ne s’intéresse vraiment au nombre total d’électeurs aux Etats-Unis.

Et c’est dommage. Car le nombre d’électeurs permet de mesurer le caractère démocratique d’un pays.

Et le moins que l’on puisse dire est que les Etats-Unis ne sont pas un parangon de démocratie.

Ce qui est étrange pour un pays qui prétend l’imposer à d’autres. Souvent à coup de bombes. 7 423 bombes américaines ont ainsi été lancées, seulement en 2019, et seulement sur l’Afghanistan. 

Souvent avec la collaboration de la France…. Pas nécessairement celle des français.

L’élection américaine n’est pas une élection démocratique.

En 2018, 153,07 millions de personnes étaient inscrites pour voter aux États-Unis. Sur une population à l’époque estimée à 327,2 millions d’américains. En 2018, la population en âge de voter aux Etats-Unis s’élevait à 249,75 millions. (sources : census.gov)

38,8% des électeurs américains en âge de voter n’étaient donc pas inscrits sur une liste électorale en 2018.

En 2018, aux Etats-Unis, seulement 46,78% de la population américaine étaient inscrits sur une liste électorale. 

A titre de comparaison, en France en 2017, 47 568 693 électeurs étaient inscrits pour le second tour de l’élection présidentielle. Sur une population estimée à 66,77 millions, il s’agit donc de 71,24% de la population française. (source : interieur.gouv.fr)

46,78% aux Etats-Unis contre 71,24% en France

Au regard de ce simple chiffre, comment peut-on encore considérer les Etats-Unis comme une démocratie ?

Un fait étrange 

153,07 millions d’inscrits en 2018, c’est étrangement moins que lors de l’élection de Trump. En 2016, 157,6 millions d’électeurs américains étaient inscrits sur la liste électorale. Pourtant la population américaine a augmenté entre 2016 et 2018.

Un second fait étrange 

Alors qu’elles ont lieu en même temps que l’élection présidentielle, les élections sénatoriales et législatives n’ont pas le même nombre d'électeurs.

Ainsi en 2016, 

  • Les élections pour le Sénat ont vu 97 261 445 électeurs s’exprimer
  • Les élections pour le Congrès ont vu 131 652 458 électeurs s’exprimer
  • Les élections pour le Président ont vu 136 669 276 électeurs s’exprimer

Un troisième fait étrange

Aux dernières élections présidentielles américaines, il y avait en fait 31 candidats. Pourtant 94,27% des votes se sont répartis entre deux candidats seulement.

Une histoire coloniale

Aux Etats-Unis, le vote n'est pas un droit mais un privilège. Du fait de l'histoire coloniale du pays, il est compris comme un privilège; un privilège réservé à l'élite blanche, propriétaire terrienne de préférence. En un mot, aux colons.

D'ailleurs les citoyens américains  des colonies américaines (Samoa, Guam, Puerto Rico, Îles Vierges et Îles Marianne du Nord) n'ont pas le droit de vote.

Les femmes américaines obtiendront le droit de vote le 18 août 1920... un an après les femmes afghanes.

Et seulement les femmes blanches. 

Les autres, notamment celles d'origine africaines, devront attendre le 6 août 1965. Et encore uniquement celles âgées de plus de 21 ans.

Les plus jeunes d'entre elles se verront accorder le droit de vote, dès 18 ans, six ans plus tard : le 2 mars 1971.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77