Thaïlande : La révolution des orchidées

Un coup d'état militaire, une nouvelle constitution imposée par les militaires, une élection sous contrôle au suffrage universel indirect : La Thaïlande vient juste de connaître le même tour de passe-passe démocratique qui a fait naître la Vème république en France.

À la suite des élections législatives du 24 mars dernier, le parlement thaïlandais était convoqué ce 5 juin pour désigner le futur premier ministre du pays.

Deux candidats étaient en lice :

prayut-et-thanathorn

Au départ, aucun des deux candidats ne pouvait être nommé Premier Ministre.

Le Premier parcequ’il n’était pas député; le second parceque, sitôt élu, il a été suspendu de sa fonction de député par le Conseil constitutionnel. Il semblerait que Thanathorn possède toujours des parts dans un média privé, ce qui est interdit pour un député.

Aucun des candidats n’a donc pris part au vote.

La nouvelle constitution imposée par l’armée suite au coup d’état permet à un outsider de devenir Premier Ministre s’il est élu par le Parlement réuni en Congrès.

Aujourd’hui, les 250 sénateurs, tous nommés par l’armée et les 500 députés élus en mars dernier étaient réunis pour désigner le futur Premier Ministre.

Après plus de 12 heures de délibération, Prayut a été élu par 500 voix contre 244.

Rien n’est gagné pour autant pour le nouveau Premier Ministre.

S’il a pu être élu grâce aux 249 sénateurs nommés par l’armée, il lui sera difficile d’obtenir une majorité à l’Assemblée pour faire passer ses lois. En effet, seuls 251 députés ont donc voté pour lui grâce à une coalition fragile d’une vingtaine de partis dont le parti démocrate.

Ce soutien tardif du parti démocrate, le plus vieux parti politique de Thaïlande, pourrait d’ailleurs lui être fatal. Abhisit Vejajiva, le chef du parti démocrate et ancien premier ministre, a démissionné de son poste de député pour justement ne pas avoir à voter avec son parti en faveur du chef de la junte militaire.

Avec seulement 251 députés face aux 244 députés qui ont soutenu Thanathorn, la situation risque de se révéler rapidement intenable pour le nouveau Premier Ministre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.