Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

210 Billets

2 Éditions

Billet de blog 8 mars 2021

Faut-il dissoudre Les Républicains ?

Les députés ont récemment voté en première lecture une loi confortant les principes de la république. L’honnêteté de ses présidents est-elle un principe de la république ? Après la condamnation de Sarkozy, Balladur, Tron et Fillon se pose un cruel dilemme à Gérald Darmanin : Faut -il dissoudre Les Républicains ?

Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si tu n'as pas volé sous Sarkozy © Yamine Boudemagh

Si tu n'as pas tué sous Hollande © Yamine Boudemagh

Si tu n'es pas mort sous Macron © Yamine Boudemagh

Que retenir de la condamnation de Sarkozy ?

Que retenir de la condamnation de Nicolas Sarkozy après celle de Jacques Chirac ?

Que retenir de la condamnation de Nicolas Sarkozy, de Jacques Chirac après celle d'Edouard Balladur ?

Que retenir de la condamnation de Nicolas Sarkozy, de Jacques Chirac, d'Edouard Balladur après celle de François Fillon ?

Que retenir de la condamnation de Nicolas Sarkozy, de Jacques Chirac, d'Edouard Balladur, de François Fillon après celle d'Alain Juppé ?

Le Parti politique qui a le plus changé de nom sous la Vème République s'est appelé RPR puis UMP et aujourd'hui s'appelle Les Républicains.

Il a gouverné la France de 1986 à 1988, puis de 1993 à 2012 soit 21 ans. Il nous donné deux présidents et six premiers ministres. Sur ces huit élus au plus haut niveau de l'état, cinq ont été condamnés par la justice de notre pays.

Ce parti nous a donné aussi une pléthore de ministres. Un certain nombre, et non des moindres, ont aussi été condamnés par la justice de notre pays : De Léon Bertrand à Georges Tron plus récemment, en passant par Alain Carignon, Michel Noir, Charles Pasqua, Claude Guéant,...

A un échelon plus bas, le parti nous a donné des maires, et le plus célèbre d'entre eux reste sans conteste l'extraordinaire Patrick Balkany... condamné par la justice lui aussi.

Gérald Darmanin a récemment dissous des associations utilisant de simples soupçons de non-conformité aux valeurs de la république.

Là, il s'agit de faits réels, tous établis pas la police dont Gérald Darmanin est le patron. Ces faits ont tous été confirmés par le ministère de la justice. Ils sont indiscutables.

Donc la question se pose :

Faut-il dissoudre les Républicains ?

Le Projet de loi nº 3649 confortant le respect des principes de la République a été adopté en première lecture à une grande majorité...des députés de la majorité présidentielle. Donc de celle qui permet l'existence du gouvernement dont fait partie Gérald Darmanin.

Le chapitre II de cette loi concerne les associations. L’article 6 soumet toute subvention publique au  respect des principes républicains. S’il est établi que l’association bénéficiaire d’une subvention poursuit un objet incompatible avec le contrat d’engagement républicain qu’elle a souscrit, l’autorité enjoint au bénéficiaire de lui restituer les sommes versées.

En 2021, le parti Les Républicains a reçu en aide publique :

  • 3 922 429,71 € lors d'un premier versement
  • 9 188 329,35 € lors du second versement

Suite à la condamnation désormais habituelle de ses dirigeants par la justice républicaine de notre pays, faut-il demander au parti Les Républicains la restitution des 13, 11 millions d'euros d'aide publique ?

L'honnêteté des dirigeants politiques est-elle un principe républicain ?

Pire, ce parti est celui qui tous les ans paient le plus de pénalités pour non respect de la parité hommes-femmes. En 2021, et comme les années précédentes, il a du payer 1 787 436,33 € d'amende.

L'égalité homme-femme est-elle un principe républicain ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena