Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

197 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 sept. 2021

EELV : Entre le Think Tank et la Caricature

Selon l’INSEE, 47,9 millions d’électeurs étaient inscrits sur les listes électorales en mai 2021. Aucun de ces électeurs ne pensent sérieusement que notre prochain président sera issu des rangs d’Europe Ecologie Les Verts. Aucun ? Non, 5 irréductibles optimistes nous demandent aujourd’hui, moyennant 2 euros, de faire comme si.

Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ne nous trompons pas. Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin d’écologie.

L’écologie est devenue incontournable dans tout débat politique sérieux.

L’actualité elle-même (Afghanistan, COVID-19, Gilets Jaunes,…) nous enjoint à repenser notre rapport à la mort, notre rapport à la vie et à son organisation sociale. C’est justement ce que propose l’écologie. 

Avant d’être un mouvement politique, l’écologie politique est une science. Contrairement au nationalisme, républicanisme, socialisme, communisme voire au centrisme, elle n’est pas un sujet d’étude à l’intérieur de la science politique.

L’écologie politique est une science à part entière; elle crée des interactions avec les autres sciences (mathématique, physique, chimie, géographie, anthropologie, biologie,…). Elle permet de comprendre pourquoi les crises se produisent et comment y mettre fin. 

Contrairement aux autres courants politiques, l’écologie politique peut être étudiée, en tant que telle, dans le cadre d’une formation diplômante, un master par exemple, dans de grandes universités à travers le monde. Selon le site findamaster.com, il existe au moins 72 masters enseignant cette discipline dans le monde et, selon le site findaphd.com, 4 doctorats (3 au Angleterre et 1 au Portugal).

L’écologie politique peut se révéler une excellente base de données, consultable par tout élu, tout citoyen engagé quelque soit sa couleur politique.

En France, l’écologie politique a pour interlocuteur principal EUROPE ECOLOGIE LES VERTS. Si l’on s’intéresse à l’écologie politique en France, il faut et il suffit de discuter avec EELV

Discuter n’est pas acquiescer. La discussion, le débat sont les bases de toute action politique.

EELV peut donc devenir un formidable influenceur pour transformer notre vie politique qui en a bien besoin. EELV peut obtenir ce statut en assumant cette fonction de scientifique de la politique.

Le rôle de l’écologie politique sera alors de repositionner la science au coeur du processus de décision politique. 

Fini le « Moi président » !

Il sera remplacé par un

« Nous, les citoyens engagés en collaboration avec les chercheurs »,

Et la première décision sera de suggérer, dès la prise, de fonction,

dès le 24 avril, un audit de la dépense publique.

Pour pouvoir proposer au parlement, en octobre, 

un projet de loi de finances basé sur la croissance… des recettes fiscales

et la décroissance… des dépenses publiques.

Aucun euro public ne doit être dépensé

sans une évaluation scientifique de son impact environnemental.

EELV est un mouvement jeune, optimiste, sensible, attractif, en phase avec son environnement. Ses militants ont un niveau de formation et un niveau de vie généralement supérieurs à la moyenne nationale. Ils n’ont pas à en rougir. Pour eux, l’étranger n’est pas étrange et le Monde est Humanité.

Son mode opératoire consiste à mettre cette énergie positive, cette formidable intelligence au service de la communauté et de l’intérêt général.

Sans ostracisme, ni préjugés.

Ou bien

EELV peut faire comme les autres  : Oublier l’harmonie, la bienveillance, l’empathie et devenir une caricature. 

  • Comme les autres, tu parleras de sécurité, d’immigration et de laïcité, même si ces sujets n’ont strictement rien à voir ni avec l’intelligence la plus élémentaire, ni avec l’écologie politique.
  • Tu n’auras pas besoin d‘élaborer, tu auras juste à répéter les réponses que te suggéreront les journalistes complaisants. Entre gens de bien, on se comprend. Quant aux autres, ces gens-là bien différents, tu préciseras toujours que tu les as rencontrés dans les… « quartiers », sans évidemment jamais préciser de quels quartiers il s'agit. Rassure-toi personne ne te demandera de les citer.

Et tant pis, si ces questions occupent la majorité du débat.

  • Et comme les autres, tu feras bien sûr référence à d’hypothétiques « valeurs républicaines » que personne n’a jamais définies, mais dont tout le monde comprend que ce sont justement les valeurs qui font défaut aux autres, tu sais, ceux ne qui sont pas comme nous.

Tu pourras même pousser la caricature jusqu’à faire tomber le premier E et le remplacer par un F bien de chez nous : 

FELV, ça sonne moins bien mais c’est français, monsieur !

Et surtout

  • Comme les autres, tu organiseras des primaires ouvertes pour évincer le vote des militants... pour 2 euros seulement. 
  • Evidemment, tu mettras en place un vote dont il sera impossible de vérifier la fiabilité… pour cause de confidentialité.

ET BIEN SÛR, TU OUBLIERAS DE RAJOUTER LA CASE :

AUCUN DES CANDIDATS CI-DESSUS

SOUS LE NOM DES 5 CANDIDATS


Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart