5 Vitelloni et 4 Dalton : le spectacle désolant de la primaire socialiste

Hollande a décrété que son bilan ne lui permettait pas de se présenter. Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon ont balisé le terrain à la gauche de l’élection présidentielle. Alors à quoi peuvent donc servir les Primaires Socialistes ?

Les inutiles Les inutiles

Aujourd’hui je suis conscient des risques que ferait courir une démarche (…) qui ne rassemblerait pas largement autour d’elle” François Hollande a pourtant été clair. Quelle partie de la phrase n’a pas été comprise par le Premier Secrétaire du Parti Socialiste ?

Pour la première fois depuis le 15 mai 2012, le Parti Socialiste désavoue le président. Jusque là, il l’avait toujours suivi : Sur sa politique étrangère et militaire hasardeuse, sur l’usage du 49.3, sur la loi Sapin, sur la loi Macron, sur la loi Travail, sur la déchéance de nationalité,… Alors pourquoi aujourd’hui ?

Un intérêt financier ?

On l’a vu. La Primaire de Droite a été une excellente opération financière pour les Républicains, un parti virtuellement mis en faillite et en examen par ceux qui prétendent aujourd’hui gouverner la France. Une excellente opération financière que les Républicains doivent en partie à des électeurs socialistes. Ces derniers se feront-ils avoir une deuxième fois ?

On le pressent. Un tel succès n’est pas prévu pour la Primaire Socialiste. Comme l’a très bien expliqué notre président, cette démarche ne suscite pas l’engouement. Il est à craindre un plus faible nombre d’électeurs qu’en 2011. Plus de 2,8 millions s’étaient déplacés au second tour et presqu’autant au premier tour à l’époque. On craint même une perte sèche pour un parti, financièrement bien géré par ailleurs.

A blessing in disguise ? Oui peut-être, en tous les cas pour le candidat qui affrontera Fillon. Ce dernier devra en effet déduire de son compte de campagne à l’élection présidentielle toutes les dépenses engagées depuis le 1er Avril 2016. Ce désavantage financier pourra lui être fatal au second tour.

Un intérêt pour « la Gauche » ?

En fait Mélenchon et Macron balisent à eux seuls les courants de l’électorat de gauche. Dans cet échiquier, il n’y a aujourd'hui plus de place pour un candidat socialiste. Le PS ne représente plus que lui-même. Harlem Désir puis Jean-Christophe Cambadélis en ont fait un parti sans ligne politique.

Cette Primaire ne présente pas donc pas d’intérêt pour la Gauche. Elle ressemble de plus en plus à un énième congrès du PS.

C’est d’ailleurs de cela qu’il s’agit : une tentative de récupération pour être prêt en 2022. Alors la question devient :

Qui sera le prochain Premier Secrétaire ?

dalton

Et c’est pour répondre à cette question que se battent les 4 Dalton : Jo Valls et Averell Peillon sans oublier les interchangeables Jack Montebourg et William Hamon.

Mais alors que viennent faire les 5 Vitelloni dans cette galère ?

Ce sont celle et ceux qui n’ont aucune chance de gagner…autre chose qu’un maroquin de ministre.

Gérard Filoche représente le passé militant du parti tandis que Fabien Verdier incarne l’avenir. En 2012, le premier représentait 13,28% et le second 1,36% des votes des motions au Congrès de Toulouse. Cambadélis fera tout pour les empêcher de concourir.

Sylvia Pinel, Jean-Luc Bennahmias et François de Rugy achèvent la decoration, morne et triste d’une primaire inutile.

9 candidats donc qui posent un problème logistique : Comment éviter que les débats télévisés ne soient pas inaudibles ?

Avec 7 candidats, la primaire de Droite a été une mascarade. Son format n’a permis de traiter aucune question sur le fond. Qu’en sera-t-il avec 9 ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.