Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

197 Billets

2 Éditions

Billet de blog 17 juil. 2019

Et la parité, bordel !

Nicolas Hulot a été ministre d’état puis il a démissionné. Il fut remplacé par François Henri Goullet de Rugy qui a gardé le titre de ministre d’état. Puis il fut remplacé par une femme, Elisabeth Borne. Alors ce ministère a perdu sa prééminence protocolaire.

Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Edouard Philippe nous avait déjà fait le coup avec le ministère de la justice.

Le peu de temps durant lequel François Bayrou fut garde des Sceaux, il fut ministre d’état. Remplacé par une femme, Nicole Belloubet, le ministère a perdu sa prééminence protocolaire.

Pourtant la prérogative devrait relever du ministère, non du ministre.

Certains ministères peuvent avoir à traiter de dossiers qui relèvent de plusieurs ministères. Le Premier Ministre ne peut gérer à lui seul tous ces dossiers. Il doit être secondé par une garde prétorienne de ministres d’état ; ceux-ci auront la prééminence pour gérer de tels dossiers.

Et le sexe ne fait rien à l’affaire.

Mais voilà, si Emmanuel Macron n’est ni de droite ni de gauche, Edouard Philippe, lui, est résolument de droite.

Et, à droite, une femme est une potiche. C’est même un marqueur de droite.

En France, on peut facilement imaginer tous les partis proposer une femme candidate à l’élection présidentielle ; tous les partis l’ont d’ailleurs fait, de l’extrême-gauche à l’extrême droite en passant par la gauche et les écologistes. Tous sauf un : Seul un courant politique ne l’a jamais fait et ne le fera jamais, le courant dont est issu Edouard Philippe.

Trois femmes et un homme ont des attributions ministérielles rattachées au service d’Edouard Philippe ; un seul a le titre de ministre. Je vous laisse deviner son sexe.

Et dans le gouvernement d’Edouard Philippe, lorsqu’une femme est ministre, alors si elle n’a que des hommes comme attachés, ces deux-là ne sauraient être des secrétaires d’état. Dans le ministère de Jacqueline Gourault, ses deux attachés ont le statut de ministre.

Il n’est pas besoin d’être grand féministe pour s’étonner non seulement de cette anomalie mais de sa constance depuis deux ans. Cette incapacité à comprendre la nécessite d’une représentation politique plus juste, plus à l’image de la société civile naît de l’entre-soi politique, dont le gouvernement Phillipe est la preuve accablante.

Emmanuel Macron avait pourtant semblé comprendre ce mal des élites politiques françaises lorsqu’à lui seul, il permit le renouvellement paritaire de l’assemblée nationale.

Edouard Philippe a très vite entraîné le président vers ses travers de droite. Et la parité est devenue une mesure quantitative. Or, pour exister durablement, la parité se doit d’être qualitative.

Alors oui, il y a une secrétaire d’état à l’égalité entre les hommes et les femmes mais comme le chantait la grande Nina Hagen : Marlene hat and’re Pläne !

Unbeschreiblich weiblich ?

La lutte contre les discriminations en France aura fait un pas de géant le jour où un chef de gouvernement de droite nommera un homme à la tête du secrétariat à l’égalité des chances. Nul doute qu’à ce moment-là, il aura le statut de ministre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement